Los aguilhonèrs son davant l’ostau

image_printImprimez la page

Une ancienne tradition gersoise qui n’a pas attendu la découverte d’Halloween. Les aguilhonèrs consistent, pendant l’Avent, en des visites des maisons du voisinage par un groupe de jeunes gens. Des visites qui permettaient de collecter des victuailles dont une partie sera partagée avec toute la communauté du village. Redécouvrons cette coutume. Continuer la lecture de Los aguilhonèrs son davant l’ostau

image_printImprimez la page

Village et sobriquet

marché au lait de Cauterets - sobriquets
image_printImprimez la page

Une tradition gasconne est de donner un sobriquet aux habitants des villages, sobriquet souvent humoristique. Il est parfois renforcé d’un proverbe de même ton. Comment nos ancêtres percevaient-ils leurs voisins ? Faisons un tour en Gascogne afin de réchauffer ces journées d’hiver. Continuer la lecture de Village et sobriquet

image_printImprimez la page

Le commissaire Magret prend un Bèth peu de sau

image_printImprimez la page

Le commissaire Magret revient avec un troisième volume : Bèth peu de sau, Beaux cheveux couleur de sel. Ce roman policier, définitivement contemporain, confirme le talent de Jean-Louis Lavit et ravit les lecteurs. Coup de projecteur sur l’ouvrage. Continuer la lecture de Le commissaire Magret prend un Bèth peu de sau

image_printImprimez la page

14 – 18 vue par les Gascons : Le choc du retour à la maison

image_printImprimez la page

11 novembre 1918, l’armistice est signé. Pour certains c’est le retour à la maison, un retour non sans appréhension et un retour qui ne ressemblera pas toujours à celui que l’on souhaitait. Les combattants et l’arrière ont vécu cinq années bien différentes. Les retrouvailles ne se passeront pas sans difficulté. Et la langue y perdra.

La Guerre 14 – 18 vue par les Gascons, dernier épisode : Le choc du retour à la maison. Fait suite à l’épisode 1, La mobilisation, à l’épisode 2, Bégarie un destin tragique, à l’épisode 3 : les Territoriaux du Gers, à l’épisode 4 : les femmes dans la guerre, et à l’épisode 5 : Les félibres, petit ou grande patrie ?, épisode 6 : Une permission à la maison. Continuer la lecture de 14 – 18 vue par les Gascons : Le choc du retour à la maison

image_printImprimez la page

Le net, une opportunité pour le gascon ?

image_printImprimez la page

Si, en France, une langue régionale a besoin des pouvoirs publics pour être enseignée, faut-il encore que cette langue soit utilisée pour qu’elle continue à exister. Le net est-il une opportunité, un lieu de diffusion, un moteur de développement ? Domenja Lekuona nous aide à trouver des sites tous plus intéressants les uns que les autres. Continuer la lecture de Le net, une opportunité pour le gascon ?

image_printImprimez la page

14 – 18 vue par les Gascons : Une permission à la maison

image_printImprimez la page

Cette guerre qui devait être rapide et qui n’en finit pas. Cette guerre où l’on entend en permanence le bruit des obus, les cris des blessés, cette guerre, tout le monde voudrait s’en échapper. La permission, rare, est l’occasion de ré-apprécier un instant, le cœur endolori, le parfum de sa région, la douceur de la maison. Édouard Moulia raconte.

La Guerre 14 – 18 vue par les Gascons, épisode 6 : Une permission à la maison. Fait suite à l’épisode 1, La mobilisation, à l’épisode 2, Bégarie un destin tragique, à l’épisode 3 : les Territoriaux du Gers, à l’épisode 4 : les femmes dans la guerre, et à l’épisode 5 : Les félibres, petit ou grande patrie ? Continuer la lecture de 14 – 18 vue par les Gascons : Une permission à la maison

image_printImprimez la page

Mélenchon comprendrait-il Montesquieu ?

Le port de Bordeaux au 18ème siècle - Montesquieu
image_printImprimez la page

Montesquieu est un penseur politique majeur de la France du XVIIIe siècle. Il vit principalement à Bordeaux et alentour. Il écrit en français, il parle français. Parle-t-il français avec un accent gascon ? Voilà la question que nous allons explorer avec l’aide de ses biographes.

Continuer la lecture de Mélenchon comprendrait-il Montesquieu ?

image_printImprimez la page

Quand la politique soutient la langue

image_printImprimez la page

1871, la Troisième République s’installe. Depuis le suffrage universel (1848) les politiques doivent séduire les électeurs. À Orthez, le candidat républicain Louis Vignancour et le candidat soutenu par le Pouvoir Charles Chesnelong s’affrontent. Pour séduire le monde rural qui parle gascon, ils vont recevoir le soutien de batalaires (chroniqueurs) qui publient leurs textes en langue locale. Parmi ceux-là, deux vont jouter avec un grand talent : Catdèt de Hourcadut et Hillot de Hourquillat.

Le landais Paul Clavé, docteur de l’université de Toulouse, présente cet échange dans sa thèse La prose béarnaise des origines à 1939, publiée en 1980 seulement, sous le titre Prosateurs béarnais.

Continuer la lecture de Quand la politique soutient la langue

image_printImprimez la page

14 – 18 vue par les Gascons : les félibres, petite ou grande patrie ?

Les trois revues de guerre et les félibre
image_printImprimez la page

La guerre, par sa mobilisation générale, crée un grand élan de rassemblement pour la France. Les félibres qui militent pour une reconnaissance et une renaissance de la culture des régions, doivent jongler avec la grande et la petite patrie. En Gascogne, trois grandes revues en langue régionale, fondées par des félibres, Reclams, Armanac de la Gascougno, Era bouts dera mountanho. Trois façons de se positionner. Louis Batcave, le président de l’Escole Gastou Fébus, pose le problème.

La Guerre 14 – 18 vue par les Gascons, épisode 5 : Les félibres, petite ou grande patrie ? Fait suite à l’épisode 1, La mobilisation, à l’épisode 2, Bégarie un destin tragique, à l’épisode 3 : les Territoriaux du Gers et à l’épisode 4 : les femmes dans la guerre. Continuer la lecture de 14 – 18 vue par les Gascons : les félibres, petite ou grande patrie ?

image_printImprimez la page

Les siècles noirs de la sorcellerie en Gascogne

GOYA_-_El_aquelarre_(Museo_Lázaro_Galdiano,_Madrid,_1797-98) - Les sorcières
image_printImprimez la page

Au XIVe siècle, l’Église juge la population encore trop païenne et se met à combattre les sorciers, qui ont alors un rôle social important. Pour cela elle les accuse de connivence avec Satan. Cette origine diabolique des sorciers restera ancrée dans les esprits. La sorcellerie, sorcierumi,  n’est pas une spécialité gasconne, mais sa chasse y est renforcée par le savoir-faire des inquisiteurs qui viennent d’en finir avec les cathares. Les visitadors, personnes qui savent identifier les sorciers, secondent les magistrats. Dans leur mémoire, Domenge Bidòt German et Josiana Dexperets expliquent la sorcellerie en Béarn. Continuer la lecture de Les siècles noirs de la sorcellerie en Gascogne

image_printImprimez la page