1

Le droit d’arromèga ou de sèga dans les Pyrénées

Les anciennes communautés bénéficiaient de droits établis par leurs Coutumes. Parmi eux, le droit d’arromèga [prononcer arroumègue ou arroumègo] ou le droit de sèga qu’a étudié Monsieur Lafforgue dans deux communautés de haute-Bigorre : Ordizan et Trébons.

Qu’est-ce que le droit d’arroumèga ?

Noce à Laruns - Musée des Beaux-Arts de Pau - Le droit d'arromèga lors des mariages
Noce à Laruns – Musée des Beaux-Arts de Pau

Dans son Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes, Simin Palay nous donne les définitions suivantes de arroumèga  ou de sèga :

Arroumegà,-gàlh ; sm. – Terre couverte de ronces ; ronceraie ; buisson ; (fig.) tas de choses.
Arroumegà-s ; v. – Se déchirer aux ronces.
Arroumegàt,-ade ; s. – Egratignure produite par les ronces ; tas de ronces.

En gascon, l’arromèc ou l’arromèga ou encore la romèga est la ronce, l’arromegar le roncier. Le droit d’arromèga serait donc un droit de ronces ? N’en doutons pas, c’est une bien grande curiosité, fort ancienne en Gascogne.

L’arromèga est un droit d’entrée exigé par les jeunes du village lorsque l’un des deux mariés, se rendant à l’église pour leurs noces, n’est pas du village. Il se concrétise par un arromèc ou un ruban qui barre le chemin. L’étranger au village doit verser son obole, généralement en vin, pour pouvoir passer. Si elle est jugée insuffisante, les nouveaux mariés ont droit à un calhavari (voir l’article correspondant).

 Le droit d’arromèga, un ancien droit municipal

Droit de sèga - Lou Disna - tiré de Caddetou que s'y tourne (Ernest Gabard)
Lou Disna – tiré de Caddetou que s’y tourne (Ernest Gabard)

L’arromèga est souvent officialisée dans les statuts municipaux. À Ordizan, les statuts de 1689 prévoient que « chacun homme estranger n’estant né ny baptisé audit lieu qui voudra y estre voisin, marié et habitant payera d’entrée ou rouméguère une barrique, un pipot et une tasse vin bon et marchand à la communauté suivant l’uzage du lieu et autres circonvoisins. Et chacune des femmes estrangères qui viendront estre mariées audit lieu payeront d’entrée un pipot et une tasse vin ».

À Trébons, le droit d’arromèga est aussi d’une barrique, un pipot et une tasse de vin. Les femmes paient seulement un pipot de vin et 32 sols.

Les mariages soumis à l’arroumèga

Danse des rubans en Bigorre - après avoir payé la sèga, on peut danser
Danse des rubans en Bigorre

On voit que la coutume de faire payer les époux qui ne sont pas du village, est devenu un droit appliqué à tous ceux qui viennent s’y installer. Même le curé doit payer l’arromèga avant d’entrer en possession de sa cure.

En s’acquittant de l’arromèga, l’étranger acquiert « un droit d’usage sur les biens communs et autres émoluments comme les anciens habitants ». Le sacrifice en vaut la peine !

Le droit d’entrée est une institution généralisée. Dans nombre de communautés, celui qui est reçu comme vesiau (communauté des voisins) doit payer un droit d’entrée en argent ou planter des arbres dans les bois communs pour bénéficier des droits et franchises des habitants. Dans ce cas, la qualité de vesiau n’est pas liée à un mariage car il faut résider pendant longtemps dans la communauté et se montrer bon citoyen avant de devenir vesin (voisin, membre à part entière de la communauté).

On poursuit les mauvais payeurs du droit de sègua

Il arrive que les intéressés refusent de payer l’arromèga. Les communautés qui sont sourcilleuses de leurs droits, les poursuivent en justice.

Les tribunaux de première instance donnent souvent raison aux plaignants. Les communautés portent alors l’affaire devant le Parlement de Toulouse qui, lui, leur donne toujours raison.

Tribunal villageois (ca. 1910)
Tribunal villageois (ca. 1910)

Ce droit est entré dans les mœurs, à tel point que le contrat de mariage de Bacquerie d’Orizan qui épouse en secondes noces une femme de Hiis, prévoit que ce sont les parents de la mariée qui paieront l’arromèga. À Barlest, une famille fait l’objet de tracasseries pendant plus de trente ans parce que le chef de famille, venu d’un autre village, a refusé de payer l’arromèga.

À Anclades et à Sarsan, près de Lourdes, les revenus de l’arromèga permettent de payer à tous les habitants, un banquet après la messe de la Toussaint.

La Révolution abolit tous les anciens droits. Les communautés ne perçoivent plus le droit d’arromèga qui contribuait largement à leurs finances. Les traditions ont la vie longue. Ce sont désormais les jeunes des villages qui organisent des arromècs.

Le droit d’arromèga, de sèga ou de barrèra

Ailleurs, le droit d’arromèga prend le nom de sèga ou de barrèra. En Ariège, c’est la romiguèra.

Dans son Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes, Simin Palay nous donne la définition suivante :

Barrère ; sf. – barrière mobile à claire voie.
Sègue ; sf. – Ronce frutescente (Rubus fruticosus, plante). V. arrouméc…

Malgré un nom différent, on voit bien la similitude de la pratique. Palay nous donne ensuite une description de cette tradition.

La sèga selon Simin Palay

 Simin Palay définit le droit d' arromèga ou de la sèga
Simin Palay

« La sèga est un très ancien usage qui se pratique à l’occasion d’un mariage ; malgré quelques différences locales, il consiste généralement en ceci : un ruban est tendu en travers du chemin que le cortège nuptial doit suivre, soit à l’entrée du village si l’un des époux vient du dehors, soit à l’entrée de l’église, soit parfois devant les maisons dont les habitants désirent faire honneur aux époux.

Droit de sèga - Caddetou que s'y tourne (Ernest Gabard)
Caddetou que s’y tourne (Ernest Gabard)

Des jeunes gens habituellement, tiennent un des bouts du ruban tandis que d’autres portent une bouteille de vin du cru et des verres ; ils ont parfois aussi des bouquets destinés aux invités ; le cortège doit s’arrêter devant la sègue, la barrière ; les époux sont invités à trinquer et à boire un coup ; il y a parfois échange de compliments et de souhaits, puis après avoir remis une offrande en argent, la noce est autorisée à poursuivre son chemin. Le ruban, autrefois, était remplacé par des ronces naturelles.

Cet usage ayant donné lieu à des abus, en 1488, Catherine de Navarre le frappa d’interdiction, mais il n’en persiste pas moins, les abus seuls sont abolis ».

 

 

La fin d’une longue tradition

Au XIXe siècle, les autorités luttent contre cette pratique qui leur parait contraire aux libertés individuelles. La tradition de l’arromèga, de la sèga ou de la barrèra s’est définitivement perdue au XXe siècle.

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Revue de Gascogne, 1924
Dictionnaire du Béarnais et du gascon modernes, Simin Palay, Edicions Reclams, 2020.




L’eau et Bordeaux, vingt siècles d’histoire

Si on associe Bordeaux au vin, son histoire d’eau mérite aussi de s’y intéresser. Entre les marais et les eaux salées, la ville a dû faire preuve d’ingéniosité pour trouver de l’eau douce.

L’eau aux temps anciens de Bordeaux

Ausonius
Ausonius

Nos ancêtres s’installent dans un méandre de la Garonne, permettant l’accès à l’océan. Pourtant la zone est un marais, mais la Garonne est une voie de communication et le lieu devient une place commerciale. C’est une des routes de l’étain qui permet d’acheminer le métal depuis les mines de Cornouailles. Ce métal est très prisé car il permet de fabriquer le bronze.

En 56 av J.-C., Crassus vainc les Aquitains et Burdigala grandit. On estime la population à 20 000 habitants. Il faut de l’eau douce à consommer, ils utilisent principalement cinq sources.

Ausone, au IVe siècle, écrit un quatrain sur la source Divona :
Salve, fons ignote ortu, sacer, alme, perennis,
Vitree, glauce, profunde, sonore, inlimis, opace!
Salve, urbis genius, medico potabilis haustu,
Divona, Celtarum lingua, fons addite divis!

Salut, source d’origine mystérieuse, sacrée, nourricière, éternelle,
transparente, verte, profonde, chantante, limpide, ombreuse!
Salut, génie de la ville, breuvage curatif,
Divona, en langue celte, source d’ordre divin!

 

Vestiges de l'aqueduc gallo-romain à Sarcignan
Vestiges de l’aqueduc gallo-romain à Sarcignan

Il faut aussi se laver, alors les Romains construisent des aqueducs pour leurs thermes. Encore une fois, Ausone nous renseigne en évoquant un aqueduc qui part de Léognan vers Bordeaux. On peut encore en voir des vestiges à Sarcignan.

Ces constructions seront détruites par les invasions barbares un peu plus tard. Il faudra attendre dix siècles pour recommencer à mettre en place un réseau d’eau.

Enfin, les Romains, comme leurs successeurs, ne dédaignaient pas de se baigner dans la Garonne.

L’alimentation en eau de Bordeaux devient difficile

Au Moyen Age, les eaux des rivières où on s’abreuve sont appelées esteys / estèirs ; elles vont être contenues grâce aux constructions des remparts. La situation reste fragile. La Devèze s’envase ; l’influence des marées entraine une salinité élevée de l’eau. Des puits sont creusés, privés et publics, dans la nappe phréatique.

Bordeaux - les bains publics
Bordeaux – les bains publics

À la fin de XVe siècle, le développement de Bordeaux entraine une dégradation de la ressource. Au XVIIIe siècle, la population double. La qualité de l’eau est affreuse, les pénuries fréquentes. On fait venir l’eau de Mérignac grâce à de grands travaux.

À cette même époque, on interdit la baignade dans la Garonne. Des bains publics sont alors construits. D’abord, en 1763, deux bateaux-bains flottants installés le long du cours du Chapeau rouge et de la place des Quinconces. Puis, en 1799, des bains orientaux, et enfin, en 1826 les bains des Quinconces.

Les bains-douches du Bouscat
Les bains-douches du Bouscat

Deux pavillons furent construits à l’extrémité des allées d’Orléans et de Chartres, les hommes et les femmes avaient des thermes séparés. Des conduites en fonte amenaient l’eau de la Garonne jusqu’à un réservoir au sommet des deux édifices, puis elle s’écoulait dans un bassin de décantation avant d’être distribuée dans les baignoires. Des pompes aspirantes et refoulantes alimentées par des machines à vapeur assuraient le bon fonctionnement de l’ensemble.

De l’eau à domicile au service public

L'eau à Bordeaux - L'aqueduc du Thil franchissant sur un pont la jalle d'Eysines au Taillan-Médoc
L’aqueduc du Thil franchissant sur un pont la jalle d’Eysines au Taillan-Médoc

En 1850, 130 000 personnes vivent à Bordeaux et n’ont que 5 l d’eau par jour et par personne (à comparer aux 250 l/j/pers d’aujourd’hui !). Des marchands à domicile colportent l’eau depuis les fontaines.

Alors, on lance un grand projet en 1835, sur la suggestion de Joseph Louis, directeur de l’établissement hydraulique de la Font de l’Or. Les ingénieurs Mary et Devanne captent les eaux d’une source située du côté du Thil, au Taillan, et construisent un aqueduc jusqu’à Bordeaux.  On utilise des moellons, et il est long de 12 km. Dès 1857, il permet d’acheminer 250 m³ d’eau par heure et alimente 400 bornes fontaines, cinq fontaines monumentales et cinq fontaines Wallace. On l’exploite encore aujourd’hui.

En 1880, la ville achète les terrains contenant les sources de Fontbanne à Budos et construit un aqueduc de 41 km qui apportent par gravité les eaux captées à l’usine du Béquet à Villenave d’Ornon. Avec seulement 4,50 m de différence d’altitude entre le début et la fin de l’aqueduc, sa construction est un exploit. Il est opérationnel en 1887. On utilise l’eau pour alimenter la population et aussi pour nettoyer les rues. Les anciennes fontaines sont peu à peu reléguées au simple agrément. Cet aqueduc fournit encore 15% des besoins de la métropole.

Tracé de l'aqueduc de Budos et Usine du Béquet qui alimente Bordeaux
Tracé de l’aqueduc de Budos et Usine du Béquet

Les fontaines monuments de Bordeaux

Bordeaux - Place de la Bourse - Fontaine des Trois Grâces
Fontaine des Trois Grâces

Il existe déjà des fontaines comme la fontaine de la Grave, dans le quartier St Michel, construite par l’architecte bordelais Richard-François Bonfin en 1784. Mais c’est surtout à partir de 1850 que la ville engage plusieurs constructions de fontaines.

En 1865, l’architecte Louis-Michel Garros et le sculpteur bordelais Edmond Prévot construisent la fontaine du Parlement. Quatre visages de femmes la surmontent alors que, plus bas, L’eau sort de la bouche de quatre barbus. L’aqueduc du Thil l’alimente.

Léon Visconti, en 1869, lance le projet de la fontaine des Trois Grâces, place de la Bourse. Lors de son inauguration, le pauvre curé de la paroisse s’exclame : j’aurai préféré bénir des statues de Saints que des seins de statues.

Enfin citons la fontaine du monument aux Girondins. En 1857, la ville lance un concours pour réaliser une fontaine monumentale place des Quinquonces. C’est Frédéric Bartholdi (le sculpteur de la statue de la Liberté) qui le remporte. En 1887, il propose sa fontaine, Char triomphal de la Garonne. Trop cher. Bordeaux abandonne et c’est Lyon qui la fera construire. Parallèlement, les Bordelais veulent faire construire un monument à la mémoire des députés girondins exécutés pendant la Révolution. Ils rapprochent les deux projets et édifient en 1902 une grande colonne montrant le génie de la Liberté tenant une chaine brisée, flanquée de deux fontaines de part et d’autre. Ironie de l’histoire, les statues représentant huit des principaux députés exécutés ne seront jamais réalisées et leurs emplacements en arrière de chacune des deux fontaines, sur le socle de la colonne, demeurent toujours vides.

Bordeaux - Place des Quinconces - La fontaine des Girondins
La fontaine des Girondins

Les grands travaux du XXe siècle à Bordeaux

On exploite toutes les sources à 40 km à la ronde. De plus, on creuse des forages en nappe profonde à la fin du XIXe siècle pour l’agriculture et l’industrie. La nappe phréatique est de mauvaise qualité et vulnérable. À partir de 1940, Bordeaux cherche de nouveaux approvisionnements et s’intéresse aux nappes profondes dans l’oligocène (100 à 150 m de profondeur) et dans l’éocène (plus de 300 m de profondeur).

Dix ans plus tard, Bordeaux et les communes environnantes mettent en place une gestion commune de l’eau. 120 forages prennent de l’eau dans la nappe de l’Éocène et apportent 35 millions de m3 par an.

En 1992, le prélèvement des eaux profondes de l’Éocène entraine des entrées d’eau salée dans la nappe. Un schéma directeur rééquilibre l’utilisation des ressources.

Schéma de circulation des eaux souterraines en Aquitaine
Schéma de circulation des eaux souterraines en Aquitaine

Quelle eau boivent les Bordelais ?

Les résurgences utilisés dans les houns / honts / fontaines provenaient principalement de la nappe de l’Éocène. Une partie des forages actuels prennent aussi dans cette nappe.

Sous Bordeaux, on trouve des roches datant de l’Eocène, soit de 33 à 65 millions d’années. L’eau qui y circule provient des contreforts du Massif Central et s’écoule vers l’océan. Lors des dernières glaciations, l’eau de pluie et surtout de la fonte des glaces s’est infiltrée dans ces roches et a commencé son cheminement vers l’océan. Mais le chemin est long et l’eau sous Bordeaux a 20 000 ans, c’est-à-dire qu’elle était à l’air libre dans le Massif Central il y a 20 000 ans. Une eau de belle qualité !

Aujourd’hui, l’eau circule moins vite car il n’y a plus que l’eau de pluie qui s’infiltre dans le Massif Central (plus de fonte de glace) et le niveau de l’océan est plus haut, freinant son écoulement.

Anne-Pierre Darrées

écrit en orthographe nouvelle

Références

SMEGREG, nappes profondes de Gironde
aqueduc gallo-romain de Villenave d’Ornon à Bordeaux
Champs captants du Thil
SAGE diagnostic

 




Le réseau ferré en Gascogne

Le réseau ferré français compte à son apogée, près de 70 000 kilomètres de lignes. Il n’en compte plus qu’environ 24 000. Fortement concurrencé par l’automobile et soumis à des questions de rentabilité, le train connait cependant un certain renouveau si l’on en juge par les nombreux projets de réouverture ou de création de lignes.

La lente construction du réseau ferré

La France prend du retard par rapport à ses voisins anglais ou allemands. Elle dispose d’un réseau routier et d’un réseau de canaux développés. La reconstruction après les guerres napoléoniennes engloutit d’énormes moyens financiers.

Pourtant, le rail constitue une véritable révolution. En 1828, Alexandre Dumas note qu’il faut 3 h 30 pour aller de Paris à Rouen, contre 14 h par la diligence.

La construction des lignes de chemin de fer, c’est l’affaire de compagnies privées. Avec le développement du réseau, on fixe l’heure de Paris, moins 5 minutes pour tenir compte des voyageurs retardataires, comme base horaire du service des trains sur tout le territoire national.

Le réseau ferré, une volonté d’Etat

Alexis Legrand (1791-1848)
Alexis Legrand (1791-1848)

Dès 1814, Pierre Michel Moisson-Desroches adresse un mémoire à l’empereur « Sur la possibilité d’abréger les distances en sillonnant l’empire de sept grandes voies ferrées ». Il préconise les lignes de Paris-Lyon-Marseille-Gênes, de Paris-Bordeaux, ou encore de Paris-Lille-Gand. Alexis Legrand reprend ses travaux et il fait voter la loi du 11 juin 1842 « relative à l’établissement des grandes lignes de chemin de fer ». La France ne compte alors que 319 km de voies ferrées.  Elle établit le réseau ferroviaire français à partir de Paris. On l’appelle « l’étoile de Legrand ».

Les trains du plaisir, caricature de Daumier 1864
Les trains du plaisir, caricature de Daumier 1864

La loi prévoit déjà les lignes Paris-Bordeaux-Bayonne et Bordeaux-Toulouse-Marseille. Les communes cèdent les terrains à l’Etat. L’Etat finance les ouvrages d’art et les bâtiments. Il en concède l’usage à des compagnies qui construisent et exploitent la ligne. C’est en quelque sorte le début du Partenariat Public-Privé (instauré par une loi de 2008).

 

 

 

Le réseau de l’Etat nait en 1878 par la nationalisation de la Compagnie des Chemins de fer de la Charente. Le plan Freycinet du 17 juillet 1879 (Charles de Freycinet est ministre des travaux publics) prévoie de porter le réseau de 29 600 km à 38 300 km afin de desservir toutes les sous-préfectures. Il est achevé en 1914.

Premier logo de la SNCF (1937)
Premier logo de la SNCF (1937)

L’Etat nationalise les chemins de fer en 1937 et crée la SNCF le 1er janvier 1938. On ferme alors aux voyageurs près de 10 000 km de lignes. En 1969, on ferme de nouvelles lignes aux voyageurs. À l’expiration de la convention de 1937, la SNCF se transforme en Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) le 1er janvier 1983. En 2009, c’est l’ouverture progressive à la concurrence.

La Compagnie des Chemins de Fer du Midi

Gare de Ségur à Bordeaux
La gare de Ségur à Bordeaux

La première ligne de train construite en Gascogne est celle de Bordeaux à La Teste par la Compagnie du Chemin de Fer de Bordeaux à La Teste, créée en 1838. La ligne ouverte en 1841 est à l’origine de la création d’Arcachon en 1857. La compagnie connait des difficultés financières et est absorbée par la Compagnie des Chemins de Fer du Midi et du canal latéral de la Garonne, en 1853.

Un long développement

Les frères Émile et Isaac Pereire (Le Monde illustré, 1863)-2
Les frères Émile et Isaac Pereire (Le Monde illustré, 1863)

La Compagnie du Midi, créée en 1852 par Isaac et Emile Pereire de Bordeaux, construit les 4 300 km du réseau ferré gascon. Elle reçoit la concession des lignes de Bordeaux-Bayonne et de Bordeaux-Sète. La ligne de Tarbes est couverte en 1859 pour la visite de Napoléon III et d’Eugénie aux bains de Luz Saint-Sauveur, celle de Toulouse à Bayonne en 1867.

Elle construit les lignes du plan Freycinet : Bordeaux à la pointe du Médoc, Saint-Girons à Seix, Castelsarrasin à Lombez, Auch à Lannemezan, Auch à Bazas, Saint-Sever à Pau, Nérac à Mont de Marsan, Oloron à Saint-Palais, Saint-Martin d’Autevielle à Mauléon ou encore Bayonne Saint Jean Pied de Port.

 

L’électrification des lignes

La centrale hydroélectrique d'Éget, Aragnouet, Hautes-Pyrénées
La centrale hydroélectrique d’Éget, Aragnouet, Hautes-Pyrénées

En 1909, la Compagnie lance l’électrification de ses lignes. Les mines de charbon du nord sont trop éloignées et la guerre de 1914 entraine une pénurie. La Compagnie exploite l’hydroélectricité dans les Pyrénées et construit des barrages et des usines électriques : Soulom en 1913, Licq-Atherey en 1917, L’Oule en 1919, Artouste en 1920, ….. La Société Hydro-électrique du Midi (SHEM) se crée en 1929. Elle devient une filiale de la SNCF en 1946 et une société indépendante en 2000.

En 1933, la Compagnie fusionne avec celle des chemins de Fer de Paris-Orléans. Lors de la nationalisation du réseau ferré de 1937, la nouvelle Compagnie se transforme en société financière et d’assurances et détient des actions dans la nouvelle SNCF jusqu’en 1988, date d’une Opération Publique d’Achat (OPA) lancée par la société AXA.

Des lignes métriques complètent le réseau ferré gascon

Le train de la Rhune

Des lignes à faible écartement des voies (1 mètre) complètent le réseau ferré gascon. Ce sont des tramways qui permettent d’accéder aux vallées reculées de montagne. Le train de la Rhune est le seul qui circule encore.

En Ariège, on maintient en service la ligne de Saint-Girons à Sentein de 1911 à 1937. Elle se connecte à la ligne de Saint-Girons à Boussens ouverte en 1866 et à celle de Saint-Girons à Foix ouverte en 1902.

La Compagnie des Chemins de Fer du Sud-Ouest (CFSO) créée en 1909 exploite 8 lignes métriques dans la région toulousaine, dont : Toulouse-Boulogne sur Gesse ouverte en 1900, Saint-Gaudens – Aspet en 1906, Carbonne-Le Mas d’Azil en 1907.

La ligne de Marignac au pont du roi, à l’entrée du val d’Aran, est inaugurée en 1914. La ligne Pierrefitte – Cauterets, Luz Saint-Sauveur est ouverte en 1897.

Très vite désaffectées, les lignes secondaires de la Gascogne sont déconstruites ou transformées en vélorail (ancienne ligne de Nogaro à Sorbets) ou en voies cyclables. Parfois, des ouvrages d’art isolés dans la campagne permettent de retrouver leur tracé.

Le renouveau du rail

Le projet de lignes TGV du sud-ouest
Le projet de lignes TGV du sud-ouest

Fermeture des gares, puis des lignes aux voyageurs, avant une fermeture définitive. Ce triptyque ne semble plus d’actualité car de nombreux projets de modernisation, de réouverture ou de création de lignes se font jour. La revanche du rail ?

Le gouvernement vient d’adopter le financement de la nouvelle ligne de TGV entre Bordeaux et Toulouse. Si l’essentiel du tracé se fait en Gascogne, n’oublions pas qu’un embranchement est prévu vers l’Espagne, jusqu’à Dax, via Mont de Marsan, sans toutefois que le financement en soit arrêté.

Ligne Montréjeau-Luchon
Ligne Montréjeau-Luchon

La vallée d’Aspe a aussi son TGV (Train Généralement Vide, comme le surnomment ses détracteurs). Le président de la région Nouvelle Aquitaine veut rouvrir la ligne d’Oloron à Canfranc par le tunnel hélicoïdal du Somport. Si la région est seule à financer ce projet, les Espagnols ont modernisé leur ligne jusqu’à Canfranc et attendent avec impatience la fin des travaux du côté français. Nul doute qu’une ligne Pau-Saragosse attirera de nombreux passagers.

On prévoit pour 2023, la réouverture de la ligne de Montréjeau à Bagnères de Luchon, voulue par la région Occitanie. Celle de Tarbes à Bagnères permettra à l’entreprise ferroviaire CAF d’expédier les rames de train ou de métro qu’elle re-conditionne pour de grands opérateurs, plutôt que de les mettre sur des camions. L’Etat apporte 8 M€.

Des réouvertures programmées

Retour des trains de nuit
Retour des trains de nuit

La ligne d’Auch à Agen, fermée au trafic de marchandises en 2015, fait l’objet de la création d’un syndicat mixte. Il est composé des régions Aquitaine et Occitanie, des départements du Gers et du Lot et Garonne, des communautés d’agglomération d’Agen et d’Auch et de la communauté de communes de la Lomagne gersoise). Une société d’économie mixte lancera, en 2021, un appel d’offres pour sa remise en état et l’exploitation de la ligne. L’ouverture à la concurrence a finalement du bon …

Et pour terminer, cerise sur le gâteau ! Le train de nuit La palombe bleue qui relie Tarbes à Paris circulera de nouveau à partir de 2022. Amis gascons, reprenez le gout du train. À vos billets !

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

www.sncf-reseau.com
www.gpso.




Édouard Lartet, Gascon fondateur de la préhistoire

Édouard Lartet (1801-1871) nait à Castelnau-Barbarens, dans le Gers. Il fait des études de droit et s’intéresse aux sciences naturelles. Avocat à Ornezan, il consacre ses loisirs à la géologie et à la paléontologie. Il devient un des premiers préhistoriens.

Édouard Lartet découvre le gisement de Sansan

Edouard Lartet
Edouard Lartet

Pour le remercier de ses conseils d’avocat, un paysan de Sansan offre à Édouard Lartet une dent de mastodonte en 1833. En effet, à chaque labour, il remonte des os. D’ailleurs le lieu s’appelle lo camp de las òssas [le champ des squelettes ou le champ des os].

Dans ce gisement qu’il fouille pendant 10 ans, Édouard Lartet identifie 90 espèces de mammifères et de reptiles fossiles. Dès 1834, il publie ses découvertes et reçoit des crédits du ministre de l’instruction publique (François Guizot) pour poursuivre les fouilles. Grâce à Édouard Lartet, l’État rachète le site en 1848. Enfin, il devient la propriété du Museum d’histoire naturelle de Paris et les fouilles durent jusque dans les années 1990.

Macrotherium sansaniense découvert à Sansan – Muséum d’histoire naturelle

Plus tard, en 1836, Édouard Lartet découvre la mâchoire d’un singe fossile. Sa découverte « fait le buzz » comme on dirait aujourd’hui car, à l’époque, on pensait impossible l’existence de singes fossiles.

Immédiatement, une commission d’enquête du Muséum d’Histoire naturelle de Paris vient faire une enquête et confirme la découverte. C’est une preuve de la théorie de l’évolution qui s’oppose au créationnisme, en vogue à l’époque (croyance qu’une création divine est responsable de la vie et de l’univers).

Édouard Lartet entreprend des fouilles en Gascogne

Dents du singe des chênes (Dryopithecus fontani)

En 1856, Édouard Lartet découvre le «singe des chênes» (Dryopithecus Fontani), fossile découvert près de Saint-Gaudens. On le considère longtemps comme un ancêtre de l’homme.

En 1857, il décrit un oiseau à dents (Pelargonis miocaenus) à partir d’un humérus fossile trouvé en Armagnac par l’abbé Dupuy. À Simorre, il découvre un rhinocéros fossile (Brachypothérioum brachypus). À Sansan et Villefranche d’Astarac, des ossements permettent de reconstituer l’Archeobelodon. D’ailleurs, une réplique du squelette grandeur nature vient d’être installée sur l’Archéosite de Sansan.

Archaeobelodon filholi – Musée d’Histoire Naturelle de Paris

Édouard Lartet entreprend des fouilles à Massat en Ariège et à Aurignac en Haute-Garonne. Il trouve des silex taillés, des restes d’animaux et un foyer.  Ainsi, ses découvertes confortent la théorie de Jean-François Noulens (1802-1890), un autre Gascon géologue et paléontologue né à Venerque en Haute-Garonne, qui pense que l’homme est contemporain des espèces animales disparues.

L’abbé Breuil reprend les travaux d’Édouard Lartet à Aurignac en 1906. Et le site donnera son nom à la première culture du Paléolithique supérieur : l’Aurignacien.

Crâne de panthère découvert à Montmaurin – Haute-Garonne

En 1861, Édouard Lartet propose une première chronologie de l’ère quaternaire qui tient compte des squelettes fossiles et des outils qu’il découvre dans les mêmes couches géologiques : l’âge de l’ours des cavernes, l’âge du mammouth et du rhinocéros laineux, l’âge du renne et l’âge de l’auroch.

Édouard Lartet à l’origine des fouilles en Périgord

Henry Christy fouille avec Edouard Lartet dans le Périgord
Henry Christy

Édouard Lartet fait des fouilles en Périgord en 1863. En compagnie de Henry Christy, paléontologue anglais qui parcourt le monde pour réunir une collection d’objets préhistoriques qui sont aujourd’hui au British Museum, il fouille les sites du Moustier, du Pech de l’Azé et de La Madeleine.

Dans la grotte de la Madeleine, Édouard Lartet découvre une gravure de mammouth sur une défense de cet animal, preuve de l’existence de l’art préhistorique. La publication de ses découvertes lui vaut une belle notoriété. Puis on l’appelle à La Roche-Solutré, site préhistorique qu’on vient de découvrir près de Mâcon, pour valider les hypothèses des découvertes.

Baton percé – La Madeleine – Museum de Toulouse

En 1869, Édouard Lartet est nommé professeur au Muséum national d’histoire naturelle à Paris. Malade, il meurt à Seissan sans avoir pu enseigner.

Les travaux d’Edouard Lartet sont poursuivis par son fils

Louis Lartet, fils de Edouard Lartet
Louis Lartet

Édouard Lartet épouse Léonie Barrère en 1840. Son fils Louis (1840-1899) nait le 18 décembre à Castelnau-Magnoac. Il devient assistant au Muséum d’histoire naturelle de Paris et effectue des missions de recherche en Espagne et en Palestine.

En 1868, Louis Lartet fouille le site des Eyzies, récemment découvert en Dordogne. Là, il trouve le squelette de l’homme de Cro-Magnon. D’ailleurs, il doit son nom au lieu de sa découverte : en occitan, Cròs signifie creux ou grotte ; Manhe signifie grand.

La guerre de 1870 ramène la famille d’Édouard Lartet en Gascogne. Louis devient chargé de cours à la Faculté des sciences de Toulouse. En 1879, il est titulaire de la chaire de géologie et de minéralogie.

Silex de Cro-Magnon – Museum de Toulouse

Louis Lartet poursuit les recherches préhistoriques en Gascogne et enrichit le fonds de la Faculté des sciences, aujourd’hui déposé au Museum d’Histoire naturelle de Toulouse.

La section médecine-sciences de la Bibliothèque universitaire de Toulouse acquiert en 1902 les papiers scientifiques d’Édouard Lartet et de son fils Louis.

Les sites de paléontologie en Gascogne

La Gascogne est riche en sites de paléontologie. Depuis les travaux d’Édouard Lartet, de nombreuses découvertes ont été faites.

Pour ceux qui s’intéressent à ces découvertes, plusieurs sites sont ouverts au public.

Musée de l’Aurignacien – Aurignac (Haute-Garonne)

Le paléosite de Sansan, dans le Gers, propose un sentier pédagogique de 3 km avec des panneaux didactique pour découvrir l’histoire du site et les fouilles d’Edouard Lartet.

Le musée de l’Aurignacien à Aurignac, en Haute-Garonne, propose un musée récemment rénové, des ateliers didactiques et un sentier découverte :

Le muséum d’histoire naturelle de Toulouse présente de magnifiques collections dans tous les domaines, scientifiques parmi lesquelles ont peut voir les découvertes d’Édouard Lartet et de Louis Lartet.

Le site de fouilles de Montréal du Gers appartient au Museum d’histoire naturelle de Toulouse. On y fait des fouilles depuis 1997. C’est un des sites majeurs d’Europe dans lequel on a trouvé quatre nouvelles espèces d’animaux fossiles, dont un cerf-girafe. Il est ouvert au public. On y organise des stages de fouilles pour les adolescents.

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Rencontre avec Edouard Lartet, Paléosite Sansan
Bulletin de la société préhistorique française, « Edouard Lartet (1801-1871) et la paléontologie humaine », Goulven Laurent, 1993, p.22-30
L‘origine de l’Homme: Édouard Lartet (1801-1871). De la révolution du singe à Cro-Magnon, Nathalie Rouquerol et Jacques Lajoux, 2021, Editions Loubatières




Les plus petites communes des Pyrénées

La France compte 36 697 communes. C’est le chiffre le plus important de tous les pays d’Europe. Certaines sont toutes toutes petites.  Allons respirer le bon air à la découverte de ces lieux en Gascogne.

Caubous, commune de 4 habitants

Commune de Caubós (31) - Eglise Saint Félix
Caubós (31) – Eglise Saint Félix

Caubós en gascon, Caubous est tout près de Bagnères de Luchon (Banhèras de Luishon en gascon), à 9 km dans la vallée d’Oueil (vath de Guelh). C’est la commune la moins peuplée de la Haute-Garonne avec ses 4 habitants. Depuis deux siècles, sa population n’a que rarement dépassé les 80 habitants. Pourtant, en regardant son église gothique, Sent Feliç de Caubós, avec son clocher-mur à deux baies et sa porte du XVIe, on imagine que le village a dû être plus important.

Pourquoi cette église est-elle dédiée à Sent-Feliç ? Dans le « Dictionnaire des communes » de Jean-Baptiste Gindre de Mancy (1797-1872), dix-sept communes françaises portent ce nom, dont treize en pays d’oc. Peut-être s’agit-il de ce Sent Feliç, évêque martyr de Girona, en Catalogne, au IIIe siècle, dont l’aura s’est étendue dans nos régions. L’empereur romain Diocletianus (244-311?) parle de lui : Parva Felicis decus exhibebit artubus sanctis locuples Gerunda [La petite Gérone, riche en saintes reliques montrera la gloire de Félix].

Une promenade pour les curistes de Luishon

Ernest Lambron - Les Pyrénées et les eaux thermales sulfurées de Bagnères-de-Luchon
Ernest Lambron – Les Pyrénées et les eaux thermales sulfurées de Bagnères-de-Luchon

Le docteur Ernest Lambron (1815-1882) s’intéresse à la santé des baigneurs des thermes de Luishon et aussi à leurs loisirs. Ainsi, il décrit tous les lieux de promenade à l’entour dans un de ses livres, Les Pyrénées et les eaux thermales sulfurées de Bagnères-de-Luchon. La commune de Caubós y est citée. En particulier, il y signale un sarcophage roman qui sert d’auge pour faire boire les chevaux.

Il faut, selon le docteur Lambron, 3 h à pied pour y aller et 2h 10 pour en revenir. Et c’est l’occasion d’admirer la vath de Guelh, relativement étroite, ses 700 ha de forêts et ses pelouses d’estives. Caubós s’y étage de 1900 à 1200 m d’altitude. Les amoureux de la nature y verront quelques jolies fleurs comme le « tabouret des montagnes » ou l’odorante « aspérule des Pyrénées ».

La Vallée d'Oueil
La vath de Guelh – la vallée d’Oueil

L’eau à Caubós

Presque toutes les communes de France proposent un réseau et des compteurs individuels pour délivrer l’eau potable. Caubós, elle, a gardé son ancien système : une source et un astucieux dispositif de vases communicants.

En revanche, il y a environ dix ans, le ministère de l’environnement a décidé de démanteler la centrale hydroélectrique de Caubous qui datait de 1904. Certes, l’échelle à poissons était à refaire mais certains se sont désolés de détruire un outil de production d’énergie renouvelable et une ressource économique pour les collectivités.

Baren, commune de 12 habitants

Eglise Saint-Pierre aux Liens de la commune de Baren (31)
Baren (31) – Eglise Saint-Pierre aux Liens

Si Baren n’a eu que 5 habitants, le village en compte aujourd’hui 12. Lui aussi se situe peu loin de Luishon. Avec ses 880 m d’altitude, il bénéficie du soleil quand la vallée est déjà dans l’ombre.

Le nom, Baren, pourrait venir du gascon barén, ravin, précipice, sol d’un marais desséché, que l’on peut rapprocher de barranca, selon le Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW).

Barén a beaucoup de charme, surtout grâce à la réhabilitation des granges, effectuée en très grosse partie par les particuliers eux-mêmes. Le village a une petite église, Sent Pèir deus ligams (Saint Pierre aux liens), munie d’un clocher-mur à deux baies. Le nom rappelle la basilique de Rome, San Pietro in Vincoli, construite au Ve siècle pour conserver les chaines qui avaient enchainé saint Pierre à Jérusalem.

Ce nom a bien séduit nos ancêtres car, sur les dix-huit églises qui portent ce nom en France, on en compte quinze dans la Gascogne et le Languedoc. En Gascogne, elles sont situées à Aragnouet (65), Aragnouet-Fabian (65), Aurignac (31), Baren (31), Betbezer-d’Armagnac (40), Courties (32), Mondonville (31).

Se promener autour de la commune de Baren

Royo et Perdiguère
Royo et Perdiguère

Baren peut être un point de départ de promenade. Et, si vous cherchez un endroit tranquille pour loger, pourquoi ne pas essayer son gite, la Boulotte, très confortable ?

Tout ce coin est sous protection environnementale et les randonnées sont agréables. Par exemple, vous pouvez rejoindre le pic Burat (2154 m). Ou encore, depuis le lavoir, en direction de l’église, entamer une jolie randonnée d’environ 5 h qui vous hissera jusqu’au malh de la Pica (1747 m). Si ce n’est pas très haut, attendez-vous à une superbe vue sur les grands pics du Luchonnais et de la Maladeta. En particulier, vous pourrez admirer le Perdiguèra [Perdiguère], en fredonnant la chanson de Nadau, lo Saussat.

Tota era calhavèra,
Deth som deth Perdiguèra,
Devara ath Portilhon,
Qu’enteni sa cançon,
Jo sus era montanha,
Non n’ei cap de companha,
Eth còr tot enclavat,
Que uèiti eth Saussat.
Tous les cailloux,
Depuis le sommet du Perdiguère
Descendent au Portillon,
J’entends leur chanson,
Et moi sur la montagne,
Je n’ai pas de compagne,
Le coeur tout serré,
Je regarde le Saussat.

Ourdon 9 habitants

Les Hautes-Pyrénées ont aussi une jolie petite commune, Ourdon. Entre Gazost et Agos-Vidalos, elle s’étend entre 560 et 1400 m d’altitude. La moitié des logements sont des habitations secondaires.

Si vous consultez le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, vous découvrirez l’évolution de la dénomination du village. Appelé d’Ordo en 1313 dans le Debita regi Navarre (livre des droits de Navarre), il prend aussi le nom d’Ordonum, dans ce même Debita regi. Ou encore, en 1342, De Ordano dans le pouillé (dénombrement des bénéfices ecclésiastiques d’un domaine géographique) de Tarbes.

L’écriture du nom va se stabiliser, passant par Ordoo en 1384 dans le livre vert de Bénac, Ordo en 1403 puis devient Ordon au XVIIIe siècle (registres paroissiaux, carte de Cassini). Notez que le o se prononce « ou ».

Et si vous êtes en jambes, pourquoi ne pas monter au soum de Trézères (1610 m) à pied ou en vélo ?

Soum de Trézères
Soum de Trézères

Senconac, commune languedocienne de 13 habitants

"Les

Senconac est la commune la moins peuplée du département de l’Ariège, et située dans la vallée de Haute Ariège, en amont de Tarascon. Elle n’est pas en Gascogne mais cette pyrénéenne a eu, au cours du temps, des liens avec elle : Bernard Roger, premier comte de Foix (981 ?- 1036 ?) possède le Couserans, Foix, le Sabartès, et la Bigorre par mariage avec Garsende.

Lorsque Roger II, comte de Foix, la donne à l’abbaye de Cluny en 1074, elle est appelée Villam Succunacum. Plus tard, un successeur, Roger-Bernard III de Foix, (fin XIIIe), en bisbille avec le roi de France, prétend que Senconaco appartient toujours à son comté…

Le village a parfois été appelé Sent Conac [Saint Conac].  Il est vrai que l’on trouve dans plusieurs endroits le nom de Conac ou Cosnac, du gaulois Condate, mettant en avant la confluence de plusieurs cours d’eau. En tous cas, trois ruisseaux passent par Senconac.

La commune a perdu son église Senta Maria il y a déjà pas mal de temps, mais sa visite reste agréable. En particulier, située à plus de 900 m d’altitude, on peut admirer la vue sur la vallée. Les plus courageux pourront se promener à l’étang d’Appy, au aller en cheminant sur les crêtes, jusqu’au pic de Galinat (2115 m).

L'étang d'Appy
L’étang d’Appy

Comment former une équipe municipale dans de si petits villages ?

Les communes entre 0 et 99 habitants ont droit à sept élus au conseil municipal. Pas si simple pour ces communes ! D’ailleurs, que se passerait-il s’ils ne pouvaient rassembler cette équipe ? Baren, en 2020, a réussi à élire six conseillers (sur six votants) et fait un procès-verbal de carence pour le septième membre. Caubous n’a pu présenter que cinq candidats. Heureusement, car en-dessous de cinq, « On nous rattacherait à une autre commune« , précise le maire de Caubous.

Anne-Pierre Darrées

écrit en orthographe nouvelle

Références

Les Pyrénées et les eaux thermales sulfurées de Bagnères-de-Luchon, Dr Ernest Lambron, 1860
Dictionnaire des communes, Jean-Baptiste Gindre de Mancy, 1897
Vallée d’Oueil et soulane du Larboust, INPN
Französisches Etymologisches Wörterbuch (FEW), Walter von Wartburg, dictionnaire étymologique et historique du gallo-roman (français et dialectes d’oïl, francoprovençal, occitan, gascon), ATILF




La cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges

 La cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges est bâtie au sommet d’un oppidum et domine le paysage. D’où que l’on vienne, sa silhouette caractéristique la fait reconnaitre. Elle fait partie de la première liste des monuments historiques classés de 1840. Et elle est sur le Patrimoine mondial au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, en 1998.

L’œuvre de Bertrand de l’Isle (XIe-XIIe siècles)


Statue de Saint-Bertrand au cloître
Statue de Saint-Bertrand au cloître

Les destructions des Vandales en 409 entrainent le repli de la ville sur l’oppidum enserré de remparts. On construit une première église. Elle sert de base à la cathédrale romane voulue par Bertrand de l’Isle, évêque de Comminges de 1073 à 1123.

Bertrand de L’Isle (L’Isle-Jourdain dans le Gers) est cousin des comtes de Toulouse. Il applique la Réforme grégorienne dans son diocèse et consacre sa vie au soulagement des pauvres, ramenant la sécurité sur les chemins, favorisant l’établissement de marchés et le commerce, rétablissant la justice. Aussi, à sa mort, le peuple réclame sa béatitude.

Cathédrale de Saint-Bertrand - Tympan - Adoration des Mages
Tympan – Adoration des Mages

Bertrand de Goth et la cathédrale gothique (XIIIe – XIVe siècle)


Cathédrale de St-Bertrand - Façade Ouest
Cathédrale de St-Bertrand – Façade Ouest

De la cathédrale romane, il ne subsiste que des bases de murs et la façade de la nef. On a remanié le cloitre roman aux XIIe et XIIIe siècles. L’entrée se situe dans un clocher aménagé en tour de défense avec des hourds. De plus, on restaure le clocher entre 1883 et 1887, et on restitue les hourds selon une peinture du XVIe siècle placée sur le mausolée du saint. Un tympan roman figurant l’Adoration des Mages surplombe la porte. À noter, l’évêque qui se tient debout près de la Vierge serait Saint-Bertrand lui-même.

Bertrand de Goth, évêque de 1295 à 1299, élu Pape en 1305 sous le nom de Clément V, lance la construction d’une cathédrale gothique. Il en confie la surveillance à Adhémar de Saint-Pastou, chanoine, dont l’inscription funéraire indique : « En l’an 1387, le 3 décembre, mourut Adhémar de Saint-Pastou chanoine et sacriste de cette église, qui avait été désigné jadis par le pape Clément V pour y être le maître de l’œuvre nouvelle dont il posa la première pierre en l’an 1307. Que leurs âmes reposent en paix. Amen ».


Le cloitre
Le cloitre

Ses successeurs poursuivent les travaux pour se terminer sous l’épiscopat de Bertrand de Cosnac (évêque de 1352 à 1374). Celui-ci fait construire une chapelle, côté sud, pour abriter les reliques de Saint-Bertrand. Hélas, elle déstabilise l’édifice et oblige à placer des arcs-boutants aux contreforts.

La translation des reliques de Saint-Bertrand (XIVe siècle)

Saint-Bertrand - Translation des reliques, peinture du mausolée)
Translation des reliques, peinture du mausolée

Clément V, un des Papes gascons et évêque de Comminges de 1295 à 1299 revient dans le Comminges en 1309 pour la translation des reliques de Saint-Bertrand. Un tableau représente cet évènement dans la chapelle Saint-Roch de la cathédrale.

Suivi d’un long cortège de cardinaux et d’évêques, il part de Toulouse le 8 janvier 1309. Puis il passe par Muret, Carbonne, l’abbaye de Bonnefont, Saint-Gaudens et arrive à Saint-Bertrand de Comminges, le 15 janvier. La translation des reliques a lieu le 16 janvier.

Les fêtes de la translation des reliques durent deux jours. 

Le mausolée de Saint-Bertrand (XVe siècle)

Pierre de Foix (évêque de 1422 à 1450) et Jean de Foix-Béarn (évêque de 1466 à 1501) construisent le mausolée de Saint-Bertrand sur l’emplacement des reliques du Saint. Le pape Clément V y avait placé les reliques en 1309. On les met dans le mausolée en 1476.


Mausolée de Saint-Bertrand de Comminges
Mausolée de Saint-Bertrand de Comminges

Le mausolée de Saint-Bertrand contient une châsse d’argent et d’ébène dans laquelle reposent les restes de Saint-Bertrand. Il est couvert de peintures sur pierre relatant sa vie miraculeuse. Le panneau de la queue de la mule et celui du tribut du beurre racontent un épisode de l’évangélisation de la Bigorre par Saint-Bertrand. En val d’Azun, des habitants coupent la queue de sa mule. Pour les punir, le Ciel envoie des fléaux qui durent 5 ans « les arbres ne donnèrent plus de fruits, les champs de culture et les femmes et femelles de progénitures ». Ils demandent pardon et s’engagent à donner à l’évêque leur production de beurre de la semaine précédant la Pentecôte. Ce tribut est payé jusqu’à la Révolution.

Les embellissements de Jean de Mauléon (XVIe siècle)


Saint-Bertrand de CommingesL'Adoration des Mages
L’Adoration des Mages

Jean de Mauléon (évêque de 1523 à 1551) construit la sacristie et la salle capitulaire. Il fait exécuter de nouveaux vitraux, installe le chœur des chanoines, le retable du Maitre-autel et l’orgue. Les éléments des vitraux d’origine sont rassemblés dans les trois verrières centrales.

Il offre aussi une série de neuf tapisseries racontant les principales scènes de la vie de Marie. C’est le maitre de Montmorency, un artiste des Flandres, qui les réalise. Il en reste deux qui sont exposées dans la chapelle Sainte-Marguerite. Elles mesurent 1,80 m de haut et 2,97 m de long et représentent l’Adoration des Mages et la Présentation au Temple. On les restaure en 2010.

Le chœur inauguré en 1535 comprend 66 stalles en bois et le trône épiscopal. Séparées des fidèles par un jubé, les stalles sont occupées par le clergé qui assiste à la messe. Les fidèles disposent d’une chapelle pour la messe paroissiale.


Le crocodile
Le crocodile

La salle capitulaire renferme le trésor de la cathédrale. On y expose des objets liturgiques précieux. Notamment la chape de l’histoire de la Vierge Marie offerte par le pape Clément V, le bâton pastoral, dit de « la licorne », et la mitre ayant appartenu à Saint-Bertrand, ainsi qu’un anneau épiscopal du XIIe siècle.

Parmi les curiosités de la cathédrale, on voit un crocodile fixé sur un des murs. D’après la légende, un monstre habite dans la vallée de Labat d’Enbès. Il imite le cri des enfants pour les attirer et les dévorer. Saint-Bertrand le frappe de sa crosse, l’animal le suit jusque dans la cathédrale où il meurt. En réalité, il s’agit plutôt d’un exvoto dont on ne connait pas l’origine.

Cathédrale de Saint-BertandChoeur, stalles et jubé
Choeur, stalles et jubé

Les Jubilés

Clément V institue un Jubilé, c’est-à-dire une fête marquant la translation des reliques. On le célèbre chaque fois que la fête de l’Intervention de la Sainte-Croix, c’est-à-dire le 3 mai, tombe un vendredi. Le dernier Jubilé date de 2019. Le prochain le sera en 2024. D’abord, l’Archevêque de Toulouse préside la messe, puis il y a une procession des reliques.

Les Jubilés de 1806, de 1816 et de 1822 connaissent un très grand succès. Ils raniment le pèlerinage de Saint-Bertrand.

Le palais des évêques de Comminges à Alan

À l’opposé du cloitre, on voit les restes d’un bâtiment surplombant la ville, appelé le palais des évêques. Mais il semble plutôt qu’il s’agisse d’une partie du couvent dont il reste le bâtiment des Olivetains, du nom de l’ordre des moines qui l’occupent jusqu’en 1881. « Les Olivetains » est aujourd’hui un lieu d’expositions et d’accueil pour les visiteurs de Saint-Bertrand de Comminges.


Palais des évêques de Comminges à Alan (31)
Palais des évêques de Comminges à Alan (31)

D’ailleurs, le palais des évêques de Comminges est situé à Alan, près de Martres-Tolosane.

Jean de Foix transforme la demeure en palais décoré au gout de son époque. Sur le tympan de l’entrée, il fait sculpter une vache portant à son cou les armes des Foix-Béarn. En 1493, il fait réaliser un Missel enluminé par Pierre de Lanouhe.

Puis, à la Révolution, on vend le palais comme bien national, divisé en 11 parcelles. Progressivement abandonné, il menace de tomber en ruines.

Plus tard, en 1912, un antiquaire d’Avignon achète la partie du bâtiment où se trouve la vache et propose d’acheter la vache elle-même. En effet, il travaille pour M. Delmotte, célèbre antiquaire parisien. Mais les habitants d’Alan s’y opposent. M. Delmotte fait une nouvelle tentative en 1920 pour l’offrir au musée du Louvre ou à celui de Cluny.

Sauvez la vache d’Alan !


La vache du Palais des Evêques de Comminges
La vache du Palais des Evêques de Comminges

Le maire fait appel au Duc Edouard de Trévise qui publie, le 28 octobre, un article « Où doit paître la vache d’Alan » dans le journal L’Illustration. Il conclue : « Il (M. Delmotte) se demande où doit paître la vache d’Alan. Répondons-lui : jamais dans un square, même parisien, mais là où elle est attachée, par ses anciens maitres, par ses statuaires, par sa longue vie de loyaux services, par la curiosité si utile des touristes, par l’activité courageuse de ses gardiens actuels ». La vache est sauvée.

Les travaux de restauration du palais des évêques de Comminges commencent en 1969. Les actuels propriétaires refont la décoration intérieure et créent l’Association Arts et rencontres au palais d’Alan qui organise des concerts en été.

Références

Le diocèse de Comminges
Si vous voulez participer à la rénovation de la cathédrale

 




Le Parc Naturel Régional d’Astarac

La Gascogne compte un Parc National, le Parc National des Pyrénées. Elle a quatre Parcs Naturels Régionaux : Landes de Gascogne, Médoc, Pilat, Pyrénées Ariégeoises. Le Parc d’Astarac devrait être le cinquième parc naturel. Un sixième est en train de naitre en Comminges.

Qu’est-ce qu’un Parc Naturel Régional ?

Un Parc Naturel Régional a pour vocation de protéger et valoriser le patrimoine naturel, culturel et humain de son territoire. Il met en œuvre une politique d’aménagement et de développement économique, social et culturel, respectueuse de l’environnement.

Les collectivités dans le périmètre du futur parc naturel portent le projet. Le Conseil régional le crée. Un décret du Premier ministre le classe pour douze ans renouvelables. Un syndicat mixte en assure la gestion.

La charte du Parc Naturel Régional fixe les objectifs à atteindre, les orientations de protection, de mise en valeur et de développement du Parc Naturel Régional, ainsi que les mesures à mettre en œuvre. Elle associe les collectivités territoriales, les organismes socioprofessionnels, les associations, les agriculteurs, les producteurs, etc.

Parmi les actions d’un Parc Naturel Régional, on peut citer la protection de la flore et de la faune, la restauration et la protection des paysages, l’insertion du bâti dans les paysages, la mise en valeur de la culture et des savoir-faire locaux, l’organisation de manifestations culturelles, le soutien à l’agriculture durable, l’aide au maintien des services en zone rurale, l’information touristique…

Le projet de Parc Naturel Régional d’Astarac

Parc Naturel Régional d’Astarac
Le Parc d’Astarac

L’idée de Parc Naturel Régional d’Astarac est née en 2017 entre les trois communautés de communes de Cœur d’Astarac en Gascogne, d’Astarac-Arros en Gascogne et de Val de Gers. Elles couvrent le territoire de l’ancien comté d’Astarac.

Le département du Gers et la région Occitanie s’associent au projet. Une entente intercommunautaire est créée pour mener à bien le projet.

Des études de faisabilité ont lieu. Elles affinent le périmètre du futur Parc Naturel Régional, évaluent les forces et les faiblesses économiques et démographiques de l’Astarac, ainsi que la richesse de son patrimoine (flore, faune, paysages, bâti, savoir-faire, etc.).

Ce travail permet de constituer le dossier de candidature du Parc Naturel Régional d’Astarac. La région Occitanie l’approuve en mars 2021 et transmets au ministère de l’environnement pour son approbation et son classement.

On associe constamment les populations ainsi que les organismes socioprofessionnels, les associations, les agriculteurs, les artisans et chefs d’entreprise, etc.

Les richesses du Parc Naturel Régional d’Astarac

Le territoire du Parc Naturel Régional d’Astarac est d’une exceptionnelle richesse.

Il se caractérise par une alternance de coteaux dissymétriques faits de sèrras (versants courts), de bobeas (versants longs) et de ribèras (vallées) dessinées par des cours d’eau orientés sud-nord. La polyculture et l’élevage y dominent.

C’est le pays de la vache mirandaise, de l’oie de Masseube, de la poule noire d’Astarac, du dindon noir du Gers ou du Bleu de Gascogne (race de chien). Le Parc Naturel Régional d’Astarac veut promouvoir l’élevage de ces races pour développer des filières d’élevage et améliorer le revenu des éleveurs.

Habitat traditionnel dans le Parc Naturel Régional d’AstaracL’habitat traditionnel fait appel au pisé et au torchis, autant d’éco-matériaux que le Parc Naturel Régional d’Astarac veut valoriser dans une filière du bâtiment. Les vielles fermes ont un plan en équerre avec des treillis en bois pour éclairer et ventiler les bâtiments.

Ses habitats naturels (lacs, bois, marécages, mares, …) sont divers. Le Parc naturel régional d’Astarac offre un refuge à de nombreuses espèces animales et végétales. Certaines sont protégées ou menacées.

Au fait, l’Astarac c’est où ?

Mirande capitale du Parc Naturel Régional d’AstaracLe comté d’Astarac se situe en Gascogne, englobant des terres du sud du département du Gers et du nord des Hautes-Pyrénées. Le comté d’Astarac était divisé en quatre châtellenies, Castèthnau Barbarens [Castelnau-Barbarens], Durban [Durban], Montcassin [Moncassin] et Vilafranca [Villefranche].

Corps de bâtiment de l'abbaye de Berdoues.
Corps de bâtiment de l’abbaye de Berdoues

On a trace des comtes d’Astarac quand, en 920, Arnaut dit Nonnat, fils de Gassia Sans, duc de Gascogne, reçoit l’Astarac. Cette lignée traversera habilement les événements locaux comme la croisade contre les cathares, et continuera jusqu’en 1511. À cette date, Marthe, l »héritière, transmet le comté au comte Gaston III de Fois Candale [Gaston III de Foix Candale].

En 1134, est fondée une abbaye cistercienne, l’abbaye de Berdoas [Berdoues], grâce à une donation de Bernart II, comte d’Astarac. Avec l’accord des seigneurs, l’abbaye fonde Miranda [Mirande] en la dotant d’institutions libérales. Cette bastide, surnommé Mirande la Jolie, très prospère, deviendra la capitale de l’Astarac dès 1297.

Connaissez-vous l’Astaracien ?

Chalicotherium goldfussi astaracien
Chalicotherium goldfussi astaracien

Ce n’est pas le nom des habitants de l’Astarac. Ce n’est pas le nom d’un animal….

C’est le nom donné à une période préhistorique située entre – 15 et – 13 millions d’années. On a fait des découvertes de fossiles de cette période au sud d’Auch. Castelnau-Barbarens, Sansan, Simorre, Tournan et Villefranche d’Astarac. C’est une appellation  bien connue des préhistoriens mais parfois ignorée du public. En effet, Édouard Lartet découvre en 1834 le site de Sansan. La mâchoire fossile d’un singe remet en question la vision biblique de l’origine de la vie. Elle démontre celle de l’évolution des espèces de Darwin.

Le Parc naturel régional d’Astarac compte développer cet attrait touristique si particulier.

Le territoire de Parc naturel régional d’Astarac compte aussi de nombreux vestiges gallo-romains, comme la pile (tour de pierre) de Saint-Lary, des abbayes et leurs granges, des châteaux et des bourgs médiévaux qui constituent sa trame urbaine : castèthnaus et bastidas.

L’identité du territoire

L’identité du territoire, c’est aussi la langue locale que le parc naturel régional compte sauvegarder et mettre en valeur.  Très récemment, Jacques Tujague a publié un dictionnaire de ce parler dans lequel il signale quelques particularités comme le s final, en particulier du pluriel, qui se prononce comme un h nettement expiré : los chivaus (louh chibauh), les chevaux. Ou encore le s franchement chuinté : a nosta (a nouchto), chez nous.  Écoutons-le raconter l’histoire du diable dans l’église.

      1. Istoèra deu diable de la glèisa

Il n’y a plus qu’a attendre le classement du Parc Naturel Régional d’Astarac. Pour en faire la destination de vos prochaines vacances !

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

www.parcs-naturels-regionaux.fr
Vers un parc naturel régional en Atarac
L’abbaye de Berdoues
À la découverte de l’Astarac

 




L’immigration italienne en Gascogne

On connait bien la vague d’immigration des Espagnols qui fuient le régime franquiste à partir de 1936. On connait moins bien l’immigration italienne qui l’a précédée et qui a permis le repeuplement des campagnes gasconnes.

L’immigration italienne en France, une vieille histoire

Morte agli Italiani ! Il massacro di Aigues-Mortes 1893
Morte agli Italiani ! Il massacro di Aigues-Mortes 1893

C’est une histoire qui commence dès le XIXe siècle avec les grands travaux d’aménagement du Second Empire et le développement de l’industrie à la recherche d’une main d’œuvre non-qualifiée, prête à accepter des travaux pénibles et peu rémunérés.

Les Italiens s’installent surtout dans le Sud-Est de la France. En 1911, ils représentent 20% de la population des Alpes-Maritimes et un quart de la population marseillaise. Cela ne se fait pas sans conflits qui peuvent être sanglants comme à Marseille en 1881 ou, plus gravement en 1893, à Aigues-Mortes où des émeutes xénophobes feront de nombreuses victimes. On trouve également une forte immigration dans la région lyonnaise, dans la région parisienne, en Lorraine et dans le le Nord qui recherchent une main d’œuvre surtout ouvrière.

On ne s’installe pas par hasard dans une région. Les réseaux familiaux, villageois ou provinciaux orientent les flux migratoires. Un voisin, un parent accueille, fournit un logement et ouvre les portes du travail.

L’origine de l’immigration italienne en Gascogne

L’immigration italienne en Gascogne a une origine différente. L’exode rural et la dénatalité caractérisent la Gascogne depuis le milieu du XIXe siècle. La saignée provoquée par la « Grande Guerre » 1914-1918 accélère ce mouvement.

Les Italiens dans les départements du Sud-Ouest
Les Italiens dans les départements du Sud-Ouest- (Les paysans italiens, une composante du paysage rural de l’Aquitaine centrale et du Réolais dans l’Entre-deux-guerres – Carmela Maltone)

Des domaines entiers sont en friches, les prés remplacent les champs de blé. Dans le seul département du Gers qui compte 314 885 habitants en 1846, il ne reste plus que 194 409 habitants en 1921. On compte 2 500 fermes abandonnées. La situation n’est pas meilleure dans les autres départements.

On songe à repeupler la Gascogne. Des Bretons et des Vendéens s’installent mais ils sont trop peu nombreux. On installe des Suisses mais c’est un échec. Quelques familles italiennes arrivent et se font vite apprécier. L’idée d’organiser l’immigration italienne est lancée.

L’immigration italienne est favorisée par la convention entre la France et l’Italie du 30 septembre 1919. L’Italie est surpeuplée, la guerre a ravagé les provinces du nord. La plupart des migrants échappent toutefois à ce cadre et entrent en France de manière autonome.

En mars 1924, un Office régional de la main d’œuvre agricole du sud-ouest est créé à Toulouse. Il met en relation les agriculteurs français avec les services italiens de l’émigration. On distribue des aides pour payer le voyage et les frais d’installation. En 1926, on compte déjà 40 000 Italiens en Gascogne.

L’apport des Italiens en Gascogne

Travaux agricoles sur les terres de la famille de Stefani à Saint-Jory (Haute-Garonne), 1942. © EDITALIE
Travaux agricoles sur les terres de la famille de Stefani à Saint-Jory (Haute-Garonne), 1942. © EDITALIE

L’immigration italienne en Gascogne est essentiellement celle d’une main d’œuvre agricole. Les italiens rachètent des fermes abandonnées et remettent en culture des terres délaissées.

Ils apportent avec eux le système de cultures intensives et des variétés de céréales inconnues en Gascogne. Profitant du canal d’irrigation de Saint-Martory, deux colons sèment du riz. La récolte est abondante. D’autres ressuscitent l’élevage du ver à soie.

Dépiquage au Mousse, Gers 1946. © Jean Dieuzaide.jpg
Dépiquage au Mousse, Gers 1946. © Jean Dieuzaide

Ils développent les prairies artificielles, améliorent les techniques de sarclage et obtiennent de meilleurs résultats sur la production de maïs, de pommes de terre ou de tomates. Les Italiens rationalisent l’utilisation des fumures et des engrais. Ils importent la charrue « brabant ».

Les Italiens sont propriétaires, fermiers ou métayers. Les travailleurs agricoles et forestiers sont minoritaires. Dans le Gers, par exemple, on trouve 2 000 propriétaires, 7 500 métayers, 3 000 fermiers et 500 ouvriers agricoles. La moitié de la surface agricole qui a été abandonnée est remise en culture grâce à l’immigration italienne.

Les propriétaires apprécient les Italiens. Ils les considèrent travailleurs, courageux, même si on les dit peu instruits et religieux. Ils viennent surtout du nord de l’Italie : Piémont, Lombardie, Emilie, Toscane et Vénétie.

Mussolini contrôle l’émigration italienne

Répartition de la population italienne dans les départements francais en 1931-V2 À partir de 1926, Mussolini change la politique d’émigration. Le nombre des arrivées chute et se tarit presque complètement à partir de 1930.

Quelques Italiens s’installent encore en Gascogne mais ils viennent du nord et de l’est de la France touchés par le chômage dans les mines.

En 1936, ils sont 18 559 en Lot et Garonne, 17 277 en Haute-Garonne, 13 482 dans le Gers, seulement 1 112 dans les Landes.

Intégration et assimilation de l’immigration italienne

La Voix des Champs / La voce dei Campi
La Voix des Champs / La voce dei Campi

Le gouvernement italien ne veut pas l’intégration des migrants. Il favorise la naissance des enfants en Italie en payant les frais de voyage aller et retour et donne une prime d’accouchement généreuse.

Le consulat général d’Italie à Toulouse exerce une étroite surveillance sur les émigrés italiens. Il favorise la création d’un Syndicat régional des travailleurs agricoles italiens, et installe des écoles italiennes, sans succès. Les Italiens ont leurs restaurants, leurs magasins d’alimentation. Ils ont leurs prêtres officiellement chargés de visiter les familles. Un secrétariat de l’Œuvre catholique d’assistance aux Italiens en Europe ouvre à Agen. Plusieurs journaux publient une chronique en italien.

Le gouvernement italien fait tout pour empêcher l’assimilation. Pourtant, les retours au pays sont peu nombreux. Les italiens sont exploitants agricoles et se sentent intégrés dans la société. Un mouvement de demande de naturalisation commence dans les années 1930.

Des facteurs favorables à l’intégration

Moisson chez les Casagrande à Saubens (Haute-Garonne), fin des années 50. © EDITALIE.jpg
Moisson chez les Casagrande à Saubens (Haute-Garonne), fin des années 50. © EDITALIE

Il y a peu de célibataires. Les italiens viennent en familles nombreuses. La Gascogne a un habitat dispersé. Cela  explique qu’il n’y a pas eu de concentration d’immigrés italiens, sauf à Blanquefort, dans le Gers, qui constitue une exception.

Le Piémontais ressemble au Gascon. C’est un facteur d’intégration. À l’école, les Italiens provoquent les railleries des autres élèves. Ils s’habillent différemment et ils ont de drôles de coutumes ! On les appelle « ritals » ou « macaronis » dans les cours de récréation. Mais, dans l’ensemble, les Italiens se font rapidement accepter et ils s’intègrent facilement.

La seconde guerre mondiale a été douloureuse pour les immigrés italiens. Elle provoque un sentiment de rejet à cause de l’accusation du « coup de poignard dans le dos » et l’invasion d’une partie du pays par les Italiens. Même si beaucoup ont rejoint les maquis, il est difficile de s’avouer Italien à la Libération.

L’immigration italienne s’est poursuivie en s’appuyant sur les réseaux familiaux. Elle s’est tarie au début des années 1950. Aujourd’hui, ils sont intégrés et fondus dans la population.

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Les photos viennent de www.histoire-immigration.fr
L’arrivée des italiens dans le Sud-Ouest (1920-1939), de Monique Rouch, École Française de Rome, 1986. pp. 693-720.
L’immigration italienne dans le sud-ouest, depuis 1918 , Jean Semat, Bulletin de la Section des sciences économiques et sociales / Comité des travaux historiques et scientifiques, 1933.
« Perdus dans le paysage ? Le cas des Italiens du Sud-Ouest de la France », Les petites Italies dans le Monde, Laure Teulieres, 2007, p. 185-196
Les Italiens dans l’agriculture du Sud-Ouest (1920-1950) – Musée de l’Histoire de l’Immigration




La République condamne les idiomes régionaux

Au moment de la Révolution française, cela fait déjà deux ou trois siècles que le français est utilisé comme langue administrative, juridique et politique. Pour le reste, les territoires conservent leur idiomes régionaux. Les Révolutionnaires vont changer les choses. Histoire d’une guillotine linguistique.

Le bilinguisme est la politique officielle

François-Joseph Bouchette (1735-1810) est partisan de la multiplicité des idiomes
François-Joseph Bouchette (1735-1810)

À la veille de la Révolution, la France est le pays le plus peuplé d’Europe (27 millions d’habitants). Il est aussi l’un des plus riches. On y parle différentes langues ou dialectes. Au recensement de 1806, 58,5% parlent un dialecte de langue d’oïl, 25 % un dialecte de langue d’oc. Les autres se découpent en franco-provençal, dialectes allemands, breton, corse, flamand, catalan, basque.

Aux premiers jours, la Révolution ne veut surtout pas imposer le français, langue du roi. Elle conserve le bilinguisme des régions.

Le député du Nord François-Joseph Bouchette (1735-1810) fait adopter à l’Assemblée nationale le 14 janvier 1790 de « faire publier les décrets de l’Assemblée dans tous les idiomes qu’on parle dans les différentes parties de la France ». Il voyait là un moyen de permettre à chacun de lire et écrire dans sa langue.

Des bureaux de traduction se mettent en place. Deux ans après, les traductions sont trop lentes, l’information circule mal et une commission est nommée pour accélérer les traductions. 

Les idiomes dangereux

Bertrand Barrère
Bertrand Barère

Bèthlèu, le discours change. L’avocat tarbais Bertrand Barère (1755-1841), membre du Comité de salut public, ouvre la réflexion. L’homme est bien de sa personne, éloquent. La comtesse Félicité de Genlis, romancière, écrit : C’est le seul homme que j’aie vu arriver du fond de sa province avec un ton et des manières qui n’auraient jamais été déplacées dans le grand monde et à la cour.

Il lance un plaidoyer en janvier 1794, disant que la monarchie entretenait les différents dialectes pour mieux régner. Citoyens, les tyrans coalisés ont dit : l’ignorance fut toujours notre auxiliaire le plus puissant. Maintenons l’ignorance ; elle fait les fanatiques, elle multiplie les contre-révolutionnaires. Faisons rétrograder les Français vers la barbarie. Servons-nous des peuples mal instruits ou de ceux qui parlent un idiome différent de celui de l’instruction publique.

Et il pointe Quatre points du territoire de la République qui créent problème :  l’idiome appelé bas-breton, l’idiome basque, les langues allemande [Bas Rhin] et italienne [Corse] ont perpétué le règne du fanatisme et de la superstition, assuré la domination des prêtres, des nobles et des patriciens, empêché la révolution de pénétrer dans neuf départements importants, et peuvent favoriser les ennemis de la France.

Il s’agit, à ses yeux, d’endroits trop liés à l’ennemi prussien, ou d’endroits à forte domination de l’Eglise qui associent loi et religion dans la pensée de ces bons habitants des campagnes !

Il termine son argumentation par : Dès que les hommes pensent, dès qu’ils peuvent coaliser leurs pensées, l’empire des prêtres, des despotes et des intrigants touche à sa ruine. Donnons donc aux citoyens l’instrument de la pensée publique, l’agent le plus sûr de la révolution, le même langage.

Ainsi, la Convention nationale décrète la présence d’un instituteur de langue française dans chaque commune de ces neuf départements parlant un de ces quatre idiomes.

Des idiomes dangereux à l’anéantissement des patois

L'Abbé Grégoire
L’Abbé Grégoire

Parallèlement, l’abbé Henri Grégoire (1750-1831), de Meurthe et Moselle a lancé un questionnaire auprès des régions.  En juin 1794, l’abbé Henri Grégoire (1750-1831), de Meurthe et Moselle, rédige un rapport de 28 pages qui va beaucoup plus loin que celui de Barère. Il calcule que seuls 3 millions de Français parlent plus ou moins le français, dans seulement 15 départements (sur 83). 6 millions ne le comprennent pas du tout. Les autres comprennent plus ou moins en étant incapables de soutenir une conversation suivie. En fait, ils utilisent 30 patois qu’il énumère.

Sans aller jusqu’à une langue unique pour le monde entier, objectif trop chimérique, Henri Grégoire propose. Au moins on peut uniformiser le langage d’une grande nation, de manière que tous les citoyens qui la composent puissent sans obstacle se communiquer leurs pensées. Cette entreprise, qui ne fut pleinement exécutée chez aucun peuple, est digne du peuple français, qui centralise toutes les branches de l’organisation sociale et qui doit être jaloux de consacrer au plutôt, dans une République une et indivisible, l’usage unique et invariable de la langue de la liberté.

Renoncer aux idiomes 

L’homme citoyen, son instruction, sa capacité à exercer sa souveraineté sont les éléments qui le guident. Et de renchérir : Le peuple doit connaître les lois pour les sanctionner et leur obéir. Il sait que c’est un renoncement pour de nombreux Français, mais c’est pour la bonne cause.  Alors il anticipe. Penserez-vous, m’a-t-on dit, que les Français méridionaux se résoudront facilement à quitter un langage qu’ils chérissent par habitude et par sentiment ?

Leurs dialectes, appropriés au génie d’un peuple qui pense vivement et s’exprime de même, ont une syntaxe où l’on rencontre moins d’anomalie que dans notre langue. Par leurs richesses et leurs prosodies éclatantes, ils rivalisent avec la douceur de l’italien et la gravité de l’espagnol. Et probablement, au lieu de la langue des trouvères, nous parlerions celle des troubadours, si Paris, le centre du Gouvernement, avait été situé sur la rive gauche de la Loire.

Ceux qui nous font cette objection ne prétendent pas sans doute que d’Astros et Goudouli soutiendront le parallèle avec Pascal, Fénelon et Jean-Jacques. L’Europe a prononcé sur cette langue, qui, tour à tour embellie par la main des grâces, insinue dans les cœurs les charmes de la vertu, ou qui, faisant retentir les accents fiers de la liberté, porte l’effroi dans le repaire des tyrans. Ne faisons point à nos frères du Midi l’injure de penser qu’ils repousseront une idée utile à la patrie. Ils ont abjuré et combattu le fédéralisme politique ; ils combattront avec la même énergie celui des idiomes.

Les attaques des idiomes

Dès lors, le mot langue est réservé au français, les mots patois ou idiomes féodaux couvrent tous les autres parlers. Toutefois, l’instruction en français se heurte au manque d’instituteurs et d’écoles. L’arrivée de Bonaparte, Corse n’ayant appris le français qu’à 15 ans, apporte un relâchement sur le sujet. Mais c’est au profit de l’étude du latin.

Le français ne devient pas la langue unique souhaitée par les Révolutionnaires. Mais il envahit petit à petit les idiomes locaux. Les idiomes empruntent des mots au français ; le sud de la France est de plus en plus bilingue. La troisième République et ses hussards noirs, la guerre de 14-18 accélèreront l’abandon de ces idiomes.

Ls hussards noirs de la République vont faire que les idiomes disparaissent au profit de la langue unique

Endret matat qui se’n aranja 
Sense aprestà’s tà r’arrevenja 
Endret qui sense arreguitnar 
S’ac deisha a beths drins tot panar.
eth nom, eth us, dentiò ’ra lenga…
« Ò ! Coma son tristes eths camps », Eds Crids, Philadelphe de Gerde (graphie originale).

Pays vaincu qui s’en accommode
Sans s’apprêter à la revanche,
Pays qui sans montrer les dents
Se laisse petit à petit tout prendre.
Le nom, les us, même la langue…

Anne-Pierre Darrées

écrit en orthographe nouvelle

Références

La langue nationale (1789-1870)
Rapport du Comité de salut public sur les idiomes, Bertrand Barère de Vieuzac, 8 pluviôse an II (27 janvier 1794)
Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser la langue française, abbé Grégoire, 16 prairial an II (4 juin 1794)




L’école « Des mots et des choses » et la Gascogne

« Wörter und Sachen », « Des mots et des choses » est une école allemande d’études ethnographiques. Son travail est essentiel pour la Gascogne. Elle se développe à Hambourg dans l’entre-deux guerres et elle s’intéresse aux sociétés rurales des peuples romans.

L’école des mots et de choses

Jacob Grimm Le linguiste Jacob Grimm (1785-1863) utilise le premier le terme ds mots et des choses
Jacob Grimm (1785-1863)

Le linguiste Jacob Grimm (1785-1863) utilise le premier le terme Wörter und Sachen. Mais c’est Rudolf Meringer  (1859-1931) et Hugo Schuchardt (1842-1927) qui créent vraiment l’école « des mots et des choses » en 1912 à Munich ; ce sera d’ailleurs le nom d’une revue.

Wörter und Sachen (Des mots et des choses)
Wörter und Sachen, la revue de R. Meringer

Meringer pense que l’étude d’une langue n’est « qu’une partie de la recherche sur les cultures, que l’histoire de la langue a besoin pour expliquer les mots de l’histoire des choses, de même que l’histoire des choses à la connaissance de la vie et de l’ensemble des activités d’un peuple ». La méthode consiste à mettre en regard le mot et l’objet pour les décrire. Ainsi, la connaissance de la culture, de la pensée et de l’âme d’un peuple devient essentielle à la compréhension des mots.

Fritz Kruger fonde l'école des mots et des choses
Fritz Kruger, au port d’Acumuer (Aragon – 1927)

C’est à l’université de Hambourg que l’école « des mots et des choses » prospère sous la direction du professeur Fritz Krüger. Entre 1927 et 1929, celui-ci parcourt les deux versants des Pyrénées pour réaliser des enquêtes. Il publie plusieurs ouvrages sur la comparaison des habitats permanents et pastoraux dans les différentes vallées, sur l’architecture intérieure et extérieure des maisons, sur la culture matérielle pastorale, sur les moyens de transport dans les Hautes-Pyrénées, sur les pratiques agricoles et apicoles, sur le tissage du lin.

 L’école « des mots et des choses » nous laisse 53 études ethnographiques réalisées dans les pays européens où des sociétés rurales emploient encore, à côté des langues nationales, leurs dialectes issus du latin. Parmi elles, 16 concernent la France. 

L’école des mots et des choses en Gascogne

G. Rohlfs (1892-1986)
G. Rohlfs (1892-1986)

Entre 1926 et 1935, le Professeur Gerhardt Rohlfs fait des enquêtes dans les vallées pyrénéennes. Dans la vallée de Barèges, il travaille avec Joseph-Pierre Rondou (1860-1935), instituteur à Gèdre. En 1935, il publie Le gascon, études de philologie pyrénéenne, ouvrage de référence sur le gascon et sa comparaison avec les autres dialectes. Je me suis simplement proposé, dit-il, d’étudier le gascon surtout dans les traits où cet idiome se détache de l’évolution générale des parlers du midi. Il est réédité en 1977.

D’autres érudits de l’école « des mots et des choses » publient sur la terminologie pastorale dans les Pyrénées centrales (Alphonse Schmitt), sur la maison ou les modes de transport (Hans Brelis et Walter Schmolke), etc.

Joseph Pierre Rondou (1860-1935)
Joseph Pierre Rondou (1860-1935)

Les chercheurs de l’école « des mots et des choses » font des enquêtes sur le terrain. Ils décrivent les outils, les maisons, etc., font des croquis et prennent des photos. Ils relèvent le vocabulaire correspondant qu’ils restituent dans leurs publications.

La méthode de l’école « des mots et des choses » inspire des travaux comme l’Atlas linguistique de la France de E. Bermont et J. Gilliéron (1902-1910),

 

Ou encore l’enregistrement, pendant la 1ère guerre mondiale, de la voix de 2 000 soldats français prisonniers en Allemagne qui s’expriment dans leur langue ou dialecte.

Lotte Lucas Beyer et l’école dans les Landes

De 1931 à 1934, Lotte Lucas Beyer, élève de Fritz Krüger, réalise une étude ethnolinguistique dans la forêt des Landes, Der Waldbauer in den Landes der Gascogne. Elle soutient sa thèse en 1936. Elle est éditée en français en 2007. Dans son étude réalisée selon les préceptes de cette école, Lotte Lucas Beyer décrit l’habitat, la vie familiale et la vie économique des Landes. Elle consacre 14 pages au gemmage et restitue un vocabulaire gascon précieux.

Lotte Lucas Beyer cite le lieu de recueil des mots (Host. = Hostens, Belh = Belhadeade, Sabr = Sabree, Pis = Pissos). Pour expliquer les mots, elle cite abondamment des auteurs comme Félix Arnaudin, Simin Palay ou Césaire Daugé.

Lotte Lucas Beyer - Le paysan de la forêt dans les Landes de la Gascogne et dessins
Lotte Lucas Beyer – Le paysan de la forêt dans les Landes de la Gascogne et dessins

L’école « des mots et des choses » dans le val d’Azun

Lotte Paret - Arrens 1930 - Les mots et les choses
Lotte Paret – Arrens 1930 – Les mots et les choses

En Val d’Azun, Lotte Parett, une autre élève de Fritz Krüger, réalise une étude sur le vocabulaire de la vie courante à Arrens-Marsous. Elle publie sa thèse en 1932 et la dédicace à Miquèu de Camelat qui l’a aidée dans son travail de recueil :

A moussu Miquèu de Camelat
Felibre Mayourau,
En respectuous mercés
D’era soua recounechenta

La thèse a été récemment publiée par l’Association Guillaume Mauran et la Société des Sept vallées. Elle parle des productions animales et végétales, de la fabrication des produits de l’élevage, de la maison, des repas, des fêtes des superstitions, etc.

À cette occasion, on redécouvre les noms donnés aux vaches en fonction de la couleur de leur poil (extrait de la traduction française) :

  • Haubina f. « vache fauve » (M.I, 1108) < FALU-INA,
  • Coloúma f., couloumeta f. « vache de couleur blanche » (comme les colombes), (M.I, 607 « vache grise en Gascogne ») < COLUMBA,
  • Palouméta f. « vachye de la couleyur de la palombe » < PALUMBA,
  • Nabéta f. « vache de la couleur blanche du navet » < NAPU,
  • Saurina f. « vache saure » < germ. SAUR « sec, maigre » (REW7626),
  • Mouréta f. « vache noire » (M. II.371 vaco moureto « vache noiraude ») < MAURU,

L‘apport considérable de l’école allemande – à rééditer ?

Les élèves de l’école « des mots et des choses » nous ont laissé un remarquable travail d’ethnographie et de linguistique sur la vie rurale et les mots de tous les jours en Gascogne dans la première moitié du XIXe siècle.

Rédigés en allemand, ces travaux sont progressivement traduits et publiés en français. Ils nous montrent tout ce que nous devons aux romanistes allemands de l’école « des mots et des choses » dans la connaissance du gascon.

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Wörter und Sachen
Le gascon, études de philologie pyrénéenne, Gerhardt Rohlfs, 1935
Bulletin société de Borda, 1er trimestre 2021
Arrens 1930, des mots et des choses, Lotte Paret, 2008, édité par l’association Guillaume Mauran
Un demi-siècle après… Redécouvrir les travaux de l’école romaniste de Hambourg   Christian Bromberger