La nouvelle un genre qui sied aux Gascons

La nouvelle est un genre peu goûté en France. Ce n’est pas le cas en Gascogne grâce à un terreau où contes et récits ont longtemps fait les délices des discussions. En fait, la nouvelle est un genre littéraire difficile. Après un bref rappel de ce qu’est la nouvelle, parcourons Isabèu de la valea et Entà créser au món, recueils de deux auteurs gascons de nouvelles, Éric Gonzales et Pierre Bec. Continuer la lecture de La nouvelle un genre qui sied aux Gascons

Le gascon a toujours été écrit !

L’école nous enseigne l’histoire et la littérature françaises. La littérature dans des langues autres sur le territoire de France est ainsi souvent mal connue. Que font les Gascons de leur langue ? Un tour rapide dans la littérature ou plutôt le gascon écrit, devrait nous donner quelques éléments d’appréciation et nous montrer que le gascon n’a jamais cessé d’être écrit. Continuer la lecture de Le gascon a toujours été écrit !

Arantxa, aux portes de l’histoire

Certains écrivains prennent le risque d’écrire en gascon, en sachant que le nombre de lecteurs potentiels est faible. Quelle flamme motive ces écrivains ? À quoi ressemble la littérature gasconne actuelle ? Nous vous proposons d’explorer quelques romans des dernières décennies. Aujourd’hui, Arantxa d’Eric Gonzalès. Continuer la lecture de Arantxa, aux portes de l’histoire

14 – 18 vue par les Gascons : les félibres, petite ou grande patrie ?

Les trois revues de guerre et les félibre

La guerre, par sa mobilisation générale, crée un grand élan de rassemblement pour la France. Les félibres qui militent pour une reconnaissance et une renaissance de la culture des régions, doivent jongler avec la grande et la petite patrie. En Gascogne, trois grandes revues en langue régionale, fondées par des félibres, Reclams, Armanac de la Gascougno, Era bouts dera mountanho. Trois façons de se positionner. Louis Batcave, le président de l’Escole Gastou Fébus, pose le problème.

La Guerre 14 – 18 vue par les Gascons, épisode 5 : Les félibres, petite ou grande patrie ? Fait suite à l’épisode 1, La mobilisation, à l’épisode 2, Bégarie un destin tragique, à l’épisode 3 : les Territoriaux du Gers et à l’épisode 4 : les femmes dans la guerre. Continuer la lecture de 14 – 18 vue par les Gascons : les félibres, petite ou grande patrie ?

L’Elucidari, le wikipedia de Gaston Febus

Scriptorium - elucidar

Ceux qui s’intéressent à Gaston Febus savent souvent que le comte était un homme cultivé, amoureux des lettres et des arts. Pour lui et sa bibliothèque, plusieurs livres ont été traduits dans la langue d’Oc. Parmi ces livres, on trouve l’encyclopédie De proprietatibus rerum de Barthélémy l’Anglais, devenu après traduction Elucidari de las proprietatz de totas res naturals. […]. Une encyclopédie qui compile les savoirs de l’époque, témoignage exceptionnel de la vie culturelle.

Maurice Romieu, ancien maître de conférences à l’Université de Pau, nous présente les deux ouvrages et nous en montre toute l’importance dans l’histoire des idées. Pour juger de la qualité de la connaissance de l’époque, vous pourrez lire deux extraits : De Vasconia o Gasconha (Sur la Gascogne) et De ciconia o ganta (Sur la cigogne) Continuer la lecture de L’Elucidari, le wikipedia de Gaston Febus

120 ans de promotion littéraire en Gascogne

En 1896 naissait après de nombreuses péripéties l’Escole Gastou-Fébus. Sa revue littéraire, la plus ancienne encore en activité de tout le sud de la France, continue à proposer des textes d’auteurs anciens et contemporains. Pour ses 120 ans, l’association Escòla Gaston Febus – Edicions & Revista Reclams publie deux tomes d’anthologie d’articles parus depuis la mort de son grand secretari en pè, Miquèu de Camelat.

Continuer la lecture de 120 ans de promotion littéraire en Gascogne

Le Commissaire Magret, un policier pas ordinaire

Les vacances ne sont-elles pas une bonne période pour découvrir ou redécouvrir quelques auteurs gascons contemporains, par exemple, les aventures savoureuses du Comissari Magret, ou Commissaire Magret ?

Jean-Louis Lavit, le créateur du commissaire Magret

Jean-Louis Lavit, auteur du Commissaire MagretJean-Louis Lavit, né à Lourdes en 1959, a une carrière de regent caminaire en Bigorre, puis de conseiller pédagogique. Toute sa carrière, il affirme sa conviction sur l’intérêt du bilinguisme pour les élèves.

Il publie son premier livre en 1994, Pelòt, pour lequel il obtient le Prèmi Pau Froment. Pelòt, rappelons-le, est ce bandit bigourdan qui se révolta contre le pouvoir central avec un panache et un cœur à la Robin des Bois. Depuis cette date, l’auteur a publié plus d’une dizaine de livres sur des sujets très divers.

Pour septembre 2018, il nous concocte le retour de son héros, lo comissari Magret, dans un nouveau roman policier qui s’intitulera Bèth peu de sau. Une contrepèterie qui présage un bon moment… Continuer la lecture de Le Commissaire Magret, un policier pas ordinaire

Lo gran Frédéric Mistral de Malhana qu’es mòrt !

Frédéric Mistral

Pour les félibres, l’année 1914 est doublement une année triste. C’est le 25 mars, la mort de leur champion et fondateur Frédéric Mistral puis le 1er août, la déclaration de guerre.
Le 9 mai 1914, le grand orateur gersois Fernand Sarran prononce à Notre Dame de la Daurade (Toulouse) , une superbe oraison funèbre en gascon, pour le grand Provençal qu’il connaissait bien. Elle sera largement diffusée. Miquèu de Camelat la qualifiera de cap d’òbra [chef d’œuvre]. Cette oraison explique à tous les peuples de langue d’oc rassemblés, ce qui animait Frédéric Mistral dans le combat d’une vie.
Continuer la lecture de Lo gran Frédéric Mistral de Malhana qu’es mòrt !

Gaston Febus prince troubadour

La cour de Febus, une cour recherchée

Troubadour - chanter les exploits de Marco Polo
Débarquement dans un port chinois, Devisement du monde, Marco Polo

Gaston III de Foix ou Gaston Febus est un lettré. Ainsi, il entretient un scriptorium, atelier avec des copistes, à qui il demande des travaux qu’il suit de près. Lui-même parle et écrit gascon, sa première langue, la langue d’Oïl, le catalan, le latin et la lenga mondina ou langue de troubadour. Il aime la musique, l’écoute, la compose comme ce motet sur un texte latin Inter densas admirabile est nomen tuum. Il collectionne de grands manuscrits, il les lit, parfois les fait traduire en gascon. Ce sont de livres scientifiques ou techniques comme la fameuse grande encyclopédie Le grand miroir de Vincent de Beauvais, 1258, ou bien des livres chevaleresques, épiques ou romanesques comme le Devisement du monde de Marco Polo, 1298. Febus échange aussi des manuscrits avec d’autres seigneurs. Continuer la lecture de Gaston Febus prince troubadour