Te matahiti âpī, le nouvel an en Polynésie

La Polynésie Française
image_printImprimez la page

Position géographique oblige, la Polynésie française passe à la nouvelle année bien après nous. Ayant intégré les traditions françaises et chinoises (communauté importante surtout à Tahiti), les îles présentent plusieurs facettes pour fêter le nouvel an.

La Polynésie française

La Polynésie, c’est un ensemble d’îles dont beaucoup ont été colonisées. Parmi cet ensemble, on peut distinguer la Polynésie française constituée de cinq archipels : l’archipel de la Société (avec les îles du Vent et les îles Sous-le-Vent), l’archipel des Tuamotu, l’archipel des Gambier, les îles Australes et l’archipel des Marquises. Au total 118 îles. Les Polynésiens, plus simplement, appellent tout cela le fenua, c’est-à-dire le pays.

Les îles du Vent sont les plus connues parce qu’elles comprennent les plus grandes îles : Tahiti, Moorea, Maiao, Mehetia et l’atoll de Tetiaroa. Elles rassemblent 75% de la population.

Pōmare V, dernier roi de Tahiti (1839-1891)
Pōmare V, dernier roi de Tahiti (1839-1891) © Wikipedia

Les premiers habitants des îles sont arrivés de l’Asie du Sud-Est il y a moins de 2000 ans. À la suite du conflit entre France et Tahiti,  le roi laisse son royaume à la France.

Aujourd’hui, les Polynésiens représentent 78% de la population, les Européens 12% et les Asiatiques 10%. La langue officielle est le français. Toutefois, la langue locale peut être utilisée dans le commerce, même pour rédiger des contrats. De même, elle est enseignée systématiquement à l’école, au lycée et dans l’enseignement supérieur (donc bien plus que chez nous). Pourtant, elle perd du terrain et moins de 30% des personnes de plus de 15 ans le parlent régulièrement à la maison. Dommage ! C’est une belle langue, pleine de voyelles. Souhaitons-leur de la conserver !

Les Polynésiens et les traditions du nouvel an

Pour fêter le nouvel an à Polynésie, le tiare tahiti © Wikipedia
Tiare tahiti © Wikipedia

Encore très présentes il y a quelques décennies, là aussi les traditions du nouvel an ont tendance à s’estomper. Toutefois, on peut apprécier leurs chants (même si ceux d’avant la venue des Européens ont disparu), leurs danses ou la qualité de leurs tatouages.

La Polynésie a une flore extrêmement riche toute l’année. Les deux fleurs les plus connues sont le tiaré (fleur merveilleusement odorante) et l’hibiscus. D’ailleurs, dans les premiers jours de décembre, a lieu la journée du Tiaré.

Pour fêter le nouvel an à Polynésie, l'auti ou Cordyline
Autï ou Cordyline © Wikipedia

Pourtant, pour les fêtes, en particulier du nouvel an, on va utiliser des feuilles d’autï et des feuilles de nï’au (palmiers) pour la décoration. L’autï ou cordyline est un cadeau des dieux. En effet, suite à de longues périodes de sécheresse qui entrainèrent des famines, Taaroa leur fit don de cette plante sacrée. Leurs racines gorgées de sucre redonnèrent aux hommes la force et l’énergie vitale pour tenir jusqu’à une meilleure saison.

Les Polynésiens et le Te matahiti âpī

Po'e à la papaye © Cuisine métisse
Po’e à la papaye © Cuisine métisse

Il ne semble pas qu’il y ait des traditions particulières à cette période, ou alors, elles se sont perdues. Mais le Polynésien est très ouvert à la fête. Il va donc se divertir, ârearea, ou faire la bringue, te ârearearaa.

Ainsi, il pourra manger en famille ou avec ses amis un excellent ia ota (poisson cru avec du citron et des concombres qu’il ne faut pas faire pleurer en les coupant), un poulet Fafa (poulet, lait de coco et feuilles de taro cuites). Notez que le poulet est cuit dans la braise en pleine terre. Et il finira le repas par un délicieux po’e, LE dessert polynésien, entremets à base de farine de tapioca et de lait de coco et parfumé avec un fruit. Bien sûr, il aura largement accompagné le repas de bière locale.

Le 1er janvier, c’est Faaati

Le 1er janvier, c’est l’occasion de saluer sa famille, ses amis, ses connaissances et leur souhaiter Ia ‘oa’oa i te matahiti âpī (la bonne année). Alors, c’est le Faaati, qui veut dire « faire le tour de l’île ». On part donc à plusieurs pour faire ce tour. En général, on dit quelques mots avec les personnes visitées, ou on se contente de donner un cout de klaxon quand on passe devant chez quelqu’un qu’on connait.

Aujourd’hui, il y a des associations qui organisent des Faaati dans des trucks, ça permet de continuer la bringue et c’est aussi plus touristique.

Le Tere Fa’a’ati, le tour festif de Tahiti en truck traditionnel
Le Tere Fa’a’ati, le tour de Tahiti en truck traditionnel © tahitileblog.fr

Le 2 janvier, tere fa’a’ati ia Moorea

Le traditionnel tere fa'a'ati' de Moorea. ©Hubert Liao:Polynésie la 1ère
Le tere fa’a’ati’ de Moorea à moto. ©Hubert Liao, Polynésie la 1ère

Les Polynésiens ont une bonne faculté à embrasser de nouveaux rites ou en en créer. Ainsi, sur l’île de Moorea, le 2 janvier, des centaines de motards et motocyclistes se réunissent pour fêter le passage à la nouvelle année sous la bannière… de la prévention routière !

Meilleurs voeux gascons

Après ce rapide regard sur des Français de l’autre côté de la planète, nous vous souhaitons une excellente année 2024 avec autant de présence de la langue « régionale » à l’école que dans ces îles enchanteresses. Et nous vous souhaitons plein d’imagination et de créativité pour faire vivre notre culture dans notre pays.

Anne-Pierre Darrées

écrit en orthographe nouvelle 

Références

Cordyline, Auti de Tahiti, la plante sacrée
Dites-le en tahitien
Tere faaati
Légende de la création du monde par Ta’aroa

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *