Édouard Lartet, Gascon fondateur de la préhistoire

Museum de Toulouse
image_printImprimez la page

Édouard Lartet (1801-1871) nait à Castelnau-Barbarens, dans le Gers. Il fait des études de droit et s’intéresse aux sciences naturelles. Avocat à Ornezan, il consacre ses loisirs à la géologie et à la paléontologie. Il devient un des premiers préhistoriens.

Édouard Lartet découvre le gisement de Sansan

Edouard Lartet
Edouard Lartet

Pour le remercier de ses conseils d’avocat, un paysan de Sansan offre à Édouard Lartet une dent de mastodonte en 1833. En effet, à chaque labour, il remonte des os. D’ailleurs le lieu s’appelle lo camp de las òssas [le champ des squelettes ou le champ des os].

Dans ce gisement qu’il fouille pendant 10 ans, Édouard Lartet identifie 90 espèces de mammifères et de reptiles fossiles. Dès 1834, il publie ses découvertes et reçoit des crédits du ministre de l’instruction publique (François Guizot) pour poursuivre les fouilles. Grâce à Édouard Lartet, l’État rachète le site en 1848. Enfin, il devient la propriété du Museum d’histoire naturelle de Paris et les fouilles durent jusque dans les années 1990.

Macrotherium sansaniense découvert à Sansan – Muséum d’histoire naturelle

Plus tard, en 1836, Édouard Lartet découvre la mâchoire d’un singe fossile. Sa découverte « fait le buzz » comme on dirait aujourd’hui car, à l’époque, on pensait impossible l’existence de singes fossiles.

Immédiatement, une commission d’enquête du Muséum d’Histoire naturelle de Paris vient faire une enquête et confirme la découverte. C’est une preuve de la théorie de l’évolution qui s’oppose au créationnisme, en vogue à l’époque (croyance qu’une création divine est responsable de la vie et de l’univers).

Édouard Lartet entreprend des fouilles en Gascogne

Dents du singe des chênes (Dryopithecus fontani)

En 1856, Édouard Lartet découvre le «singe des chênes» (Dryopithecus Fontani), fossile découvert près de Saint-Gaudens. On le considère longtemps comme un ancêtre de l’homme.

En 1857, il décrit un oiseau à dents (Pelargonis miocaenus) à partir d’un humérus fossile trouvé en Armagnac par l’abbé Dupuy. À Simorre, il découvre un rhinocéros fossile (Brachypothérioum brachypus). À Sansan et Villefranche d’Astarac, des ossements permettent de reconstituer l’Archeobelodon. D’ailleurs, une réplique du squelette grandeur nature vient d’être installée sur l’Archéosite de Sansan.

Archaeobelodon filholi – Musée d’Histoire Naturelle de Paris

Édouard Lartet entreprend des fouilles à Massat en Ariège et à Aurignac en Haute-Garonne. Il trouve des silex taillés, des restes d’animaux et un foyer.  Ainsi, ses découvertes confortent la théorie de Jean-François Noulens (1802-1890), un autre Gascon géologue et paléontologue né à Venerque en Haute-Garonne, qui pense que l’homme est contemporain des espèces animales disparues.

L’abbé Breuil reprend les travaux d’Édouard Lartet à Aurignac en 1906. Et le site donnera son nom à la première culture du Paléolithique supérieur : l’Aurignacien.

Crâne de panthère découvert à Montmaurin – Haute-Garonne

En 1861, Édouard Lartet propose une première chronologie de l’ère quaternaire qui tient compte des squelettes fossiles et des outils qu’il découvre dans les mêmes couches géologiques : l’âge de l’ours des cavernes, l’âge du mammouth et du rhinocéros laineux, l’âge du renne et l’âge de l’auroch.

Édouard Lartet à l’origine des fouilles en Périgord

Henry Christy fouille avec Edouard Lartet dans le Périgord
Henry Christy

Édouard Lartet fait des fouilles en Périgord en 1863. En compagnie de Henry Christy, paléontologue anglais qui parcourt le monde pour réunir une collection d’objets préhistoriques qui sont aujourd’hui au British Museum, il fouille les sites du Moustier, du Pech de l’Azé et de La Madeleine.

Dans la grotte de la Madeleine, Édouard Lartet découvre une gravure de mammouth sur une défense de cet animal, preuve de l’existence de l’art préhistorique. La publication de ses découvertes lui vaut une belle notoriété. Puis on l’appelle à La Roche-Solutré, site préhistorique qu’on vient de découvrir près de Mâcon, pour valider les hypothèses des découvertes.

Baton percé – La Madeleine – Museum de Toulouse

En 1869, Édouard Lartet est nommé professeur au Muséum national d’histoire naturelle à Paris. Malade, il meurt à Seissan sans avoir pu enseigner.

Les travaux d’Edouard Lartet sont poursuivis par son fils

Louis Lartet, fils de Edouard Lartet
Louis Lartet

Édouard Lartet épouse Léonie Barrère en 1840. Son fils Louis (1840-1899) nait le 18 décembre à Castelnau-Magnoac. Il devient assistant au Muséum d’histoire naturelle de Paris et effectue des missions de recherche en Espagne et en Palestine.

En 1868, Louis Lartet fouille le site des Eyzies, récemment découvert en Dordogne. Là, il trouve le squelette de l’homme de Cro-Magnon. D’ailleurs, il doit son nom au lieu de sa découverte : en occitan, Cròs signifie creux ou grotte ; Manhe signifie grand.

La guerre de 1870 ramène la famille d’Édouard Lartet en Gascogne. Louis devient chargé de cours à la Faculté des sciences de Toulouse. En 1879, il est titulaire de la chaire de géologie et de minéralogie.

Silex de Cro-Magnon – Museum de Toulouse

Louis Lartet poursuit les recherches préhistoriques en Gascogne et enrichit le fonds de la Faculté des sciences, aujourd’hui déposé au Museum d’Histoire naturelle de Toulouse.

La section médecine-sciences de la Bibliothèque universitaire de Toulouse acquiert en 1902 les papiers scientifiques d’Édouard Lartet et de son fils Louis.

Les sites de paléontologie en Gascogne

La Gascogne est riche en sites de paléontologie. Depuis les travaux d’Édouard Lartet, de nombreuses découvertes ont été faites.

Pour ceux qui s’intéressent à ces découvertes, plusieurs sites sont ouverts au public.

Musée de l’Aurignacien – Aurignac (Haute-Garonne)

Le paléosite de Sansan, dans le Gers, propose un sentier pédagogique de 3 km avec des panneaux didactique pour découvrir l’histoire du site et les fouilles d’Edouard Lartet.

Le musée de l’Aurignacien à Aurignac, en Haute-Garonne, propose un musée récemment rénové, des ateliers didactiques et un sentier découverte :

Le muséum d’histoire naturelle de Toulouse présente de magnifiques collections dans tous les domaines, scientifiques parmi lesquelles ont peut voir les découvertes d’Édouard Lartet et de Louis Lartet.

Le site de fouilles de Montréal du Gers appartient au Museum d’histoire naturelle de Toulouse. On y fait des fouilles depuis 1997. C’est un des sites majeurs d’Europe dans lequel on a trouvé quatre nouvelles espèces d’animaux fossiles, dont un cerf-girafe. Il est ouvert au public. On y organise des stages de fouilles pour les adolescents.

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Rencontre avec Edouard Lartet, Paléosite Sansan
Bulletin de la société préhistorique française, « Edouard Lartet (1801-1871) et la paléontologie humaine », Goulven Laurent, 1993, p.22-30
L‘origine de l’Homme: Édouard Lartet (1801-1871). De la révolution du singe à Cro-Magnon, Nathalie Rouquerol et Jacques Lajoux, 2021, Editions Loubatières

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.