Les aventures extraordinaires de Jean-Baptiste Ducasse

image_printImprimez la page

Jean-Baptiste Ducasse (1646-1715) nait à Saubusse, port fluvial sur l’Adour, situé à 45 Km en amont de Bayonne. Hum ! On pense plutôt qu’il est né à Pau d’une famille huguenote et qu’il a fourni un faux certificat de naissance d’un homonyme pour faciliter sa carrière dans la Marine. Mais quelle riche carrière !

Jean-Baptiste Ducasse l’« Africain »

Jean-Baptiste Ducasse, portrait de Hyacinthe Rigaud
Jean-Baptiste Ducasse, portrait de Hyacinthe Rigaud

On sait peu de choses sur ses débuts de marin, sinon qu’il embarque à bord de bâtiments de la Compagnie des Indes qui exploite des comptoirs le long de la côte africaine. Or, un arrêt du Conseil d’Etat du Roi de 1673 oblige la Compagnie à vendre ses comptoirs à la Compagnie du Sénégal. Et elle obtient le privilège exclusif du négoce entre le cap Blanc (nord de la Mauritanie) et le cap de Bonne Espérance.

En 1676, la Compagnie du Sénégal nomme Jean-Baptiste Ducasse capitaine de vaisseau. L’année suivante, le voilà à la fois gouverneur de la côte occidentale de l’Afrique et commandant des forces de terre et de mer de la compagnie.

Pendant ce temps, de 1672 à 1678, la Guerre de Hollande oppose Français et Hollandais. Et ces derniers sont de rudes concurrents pour le commerce français. Toutefois, l’Amiral Jean d’Estrées (1624-1707) leur prend Cayenne et l’ile de Tobago. Sur le chemin du retour, il leur prend l’ile de Gorée au large de Dakar.

L’occupation de l’ile de Gorée

Carte du Sénégal par Delisle, 1717 - Jean-Baptiste Ducasse devient Gouverneur du Sénégal
Carte du Sénégal par Delisle, 1717

Le 15 novembre 1677, Jean-Baptiste Ducasse occupe l’ile de Gorée qui devient propriété de la Compagnie du Sénégal. Il supplante les Hollandais dans leurs trois comptoirs de Rufisk situé près de Dakar et de Joal et de Portudal sur le fleuve Gambie. En 1678, il prend le fort hollandais de l’ile d’Argüin au nord de la Mauritanie.

Mais, l’année suivante, les Hollandais suscitent des révoltes dans leurs anciens comptoirs. Jean-Baptiste Ducasse y met un terme et obtient la possession des terres entre le Cap-Vert et la Gambie sur six lieues de large. C’est la création de la colonie française du Sénégal. Alors, Jean-Baptiste Ducasse cède son poste de Gouverneur et devient un des Directeurs de la Compagnie du Sénégal.

Ile de Gorée, Fort d'Estrées
Ile de Gorée, Fort d’Estrées

Jean-Baptiste Ducasse, Gouverneur de Saint-Domingue

Les puissances européennes aux Antilles au XVIe siècle
Les puissances européennes aux Antilles au XVIe siècle

La Guerre de la Ligue d’Augsbourg éclate de 1688 à 1697. Elle touche les colonies d’Amérique.

Jean-Baptiste Ducasse capture une frégate hollandaise qu’il ramène à La Rochelle. Le roi, ayant eu connaissance de ses exploits, lui offre d’entrer dans la Marine royale avec le grade de lieutenant de vaisseau. Il obtient son brevet le 15 mars 1696.

Le voilà naviguant sur les mers, faisant le coup de force contre les Hollandais, escortant des navires marchands et attaquant des iles des Antilles. En 1691, parvient la nouvelle que les Espagnols ont pris Cap-Français, la ville la plus importante de la partie française de Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti).

Jean-Baptiste Ducasse part aussitôt pour les Antilles. Il délivre la Guadeloupe. Ses manœuvres obligent la flotte anglaise à s’éloigner des Antilles. Il relâche en Martinique, puis part pour Saint-Domingue où les Anglais et les Espagnols essaient de débarquer. C’est là qu’il reçoit de lettres le nommant gouverneur de Saint-Domingue.

La suprématie française dans les Antilles

Jean-Baptiste Ducasse organise le pillage de Carthagène en 1687
Le pillage de Carthagène en 1687

Ducasse oblige les Espagnols à se retirer. Et le tremblement de terre de la Jamaïque éloigne les Anglais. Alors, Jean-Baptiste Ducasse met de l’ordre dans l’administration de Saint-Domingue. Il rétablit les services publics, fait construire des fortifications et un hôpital, oblige les curés à ouvrir des registres d’état civil. De plus, il institue un échange de prisonniers avec les Anglais et les Espagnols. Agriculture et commerce se rétablissent. En 1692, il adresse un long rapport au Ministre de la Marine sur les possibilités de mise en valeur de Saint-Domingue. En réponse, il est nommé capitaine de vaisseau le 1er janvier 1693.

Jean-Baptiste Ducasse ne cesse d’attaquer les colonies anglaise et espagnoles. Il réussit même à ravager et rançonner la Jamaïque. Il évite même une invasion de Saint-Domingue en 1694.

La paix de Ryswick étant signée, le roi rappelle Ducasse en 1700 pour participer aux négociations pour la délimitation des parties française et espagnole de Saint-Domingue.

Jean-Baptiste Ducasse l’ « Espagnol »

La situation politique change en Europe. Charles II d’Espagne cède son royaume au duc d’Anjou, second fils du dauphin, qui prend le nom de Philippe V. La France se trouve l’alliée de l’Espagne et Jean-Baptiste Ducasse doit maintenant protéger les vaisseaux qu’il attaquait quelques années plus tôt. Il devient plénipotentiaire et négocie plusieurs traités avec l’Espagne.

La bataille de Malaga (1704)
La bataille de Malaga (1704)

Le 20 juillet 1701, Louis XIV le nomme Chef d’escadre. En suivant, en 1702, les Espagnols le nomment capitaine général, ce qui correspond à amiral en France. Il est chargé d’escorter une flotte espagnole avec le duc d’Albuquerque, vice-roi de la Nouvelle Espagne, à son bord. Une escadre anglaise essaie de les arrêter mais Jean-Baptiste Ducasse coule la plupart de ses vaisseaux. Sur le chemin du retour, son escadre rencontre de nouveau une flotte anglaise qui, bien que supérieure en nombre, n’ose pas l’attaquer. D’ailleurs, de retour à Londres, l’amiral anglais est déchu de ses fonctions.

Jean-Baptiste Ducasse combat aux côtés des Espagnols lors de la Guerre de succession d’Espagne (1701-1714). Il est blessé à la bataille navale de Malaga.

Le siège de Barcelone

En 1705, Barcelone est prise par les impériaux. Le roi d’Espagne charge Jean-Baptiste Ducasse de se rendre à la Cour de France pour demander du secours pour reprendre la ville, d’autant que les Anglais occupent maintenant Gibraltar au sud. Il est persuasif. Une escadre française appareille de Toulon mais des erreurs stratégiques conduisent à abandonner le siège de Barcelone.

Jean-Baptiste Ducasse reçoit l’ordre de sauver la flotte espagnole de Cadix. Alors, le 12 octobre 1707, il quitte Brest avec une flottille, se rend à Carthagène où il reçoit le brevet de lieutenant général des Armées Navales, c’est-à-dire de vice-amiral. Monsieur de Saint-Simon, peu bienveillant d’ordinaire pour Ducasse, enregistre cette nomination, en disant : Il y a eu deux lieutenants généraux : le mérite fit Ducasse ; la faveur fit d’O. Et sur le chemin du retour, il capture six vaisseaux anglais.

Comment sauver l’or espagnol

Philippe V, roi d'Espagne
Philippe V (1683-1746), roi d’Espagne par Louis-Michel van Loo

Lors d’une seconde expédition, une forte escadre anglaise croise aux Antilles. Jean-Baptiste Ducasse fait charger l’or sur ses propres navires et fait partir la flotte espagnole. Pendant que les Anglais font la course, il sort de Carthagène et ramène l’or en Espagne. Le roi de France le fait commandeur de l’Ordre de Saint-Louis ; le roi d’Espagne le fait chevalier de la Toison d’or. Monsieur de Saint-Simon écrit encore : Le roi d’Espagne en fut si aise, qu’il fit Ducasse chevalier de la Toison d’or, au prodigieux scandale universel. Quelque service qu’il eût rendu, ce n’était pas la récompense dont il dût être payé. Ducasse était connu pour le fils d’un petit charcutier qui vendait des jambons à Bayonne.

 

La fin du grand Amiral Jean-Baptiste Ducasse

La paix d’Utrecht est signée le 11 avril 1713. Tout rendre dans l’ordre, sauf à Barcelone et aux Baléares qui continuent leur sédition contre Philippe V. En janvier 1714, Jean-Baptiste Ducasse se voit confier le commandement des armées et des flottes françaises et espagnoles qui doivent assiéger Barcelone.

Mais la santé de l’amiral est chancelante. Il arrive à Toulon le 22 février. Après plusieurs mois de siège, fatigué par la maladie et ses multiples blessures, l’amiral cède son commandement au Bailli de Bellefontaine et rentre en France : Collioure, Toulouse, las bains de Cauterets, Paris, les bains de Bourbon-l’Archambault où il meurt le 27 juin 1715. Il est enterré dans l’église de Saubusse.

L’avis de Saint-Simon sur Jean-Baptiste Ducasse

Le duc de Saint-Simon fait l'éloge de Jean-Baptiste Ducasse
Le duc de Saint-Simon en 1728

Dans ses Mémoires, M. de Saint-Simon en fait un portrait élogieux (extraits) : C’était un des meilleurs citoyens et un des plus généreux hommes que j’aie connus et duquel tout le monde faisait cas lorsque son état et ses services l’eurent mis à la portée du monde et de la cour. C’était un homme d’une grande valeur, de beaucoup de tête et de sang-froid dans les grandes entreprises, et fort aimé dans la marine, par la libéralité avec laquelle il faisait part de tout et la modestie qui le tenait en sa place. [….]. Il mourut fort âgé et plus cassé encore de fatigue et de blessures. Il aurait été maréchal de France, si son âge l’eût laissé vivre et servir, mais il était parti de si loin qu’il était vieux lorsqu’il arriva.

Notre Gascon est à l’origine de la colonie française du Sénégal, du maintien de la présence française aux Antilles, du maintien des Bourbon sur le trône espagnol, de l’intégrité de l’empire espagnol des Amériques. Cela fait beaucoup pour le fils d’un marchand de jambon de Bayonne comme le dit M. de Saint-Simon !

L’extraordinaire ascension de Jean-Baptiste Ducasse n’a pas de précédent dans la Marine.

Le siège de Barcelone (11 sept. 1714)
Le siège de Barcelone (11 sept. 1714)

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Wikipédia
Histoire maritime de Bayonne. Les corsaires sous l’ancien régime, Édouard Ducéré, 1895, Gallica.fr
Relation fidèle de l’expédition Carthagène, Jean Du casse, 1699

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *