1

Blaise de Monluc

Blaise de Monluc (1501-1577) est un seigneur gascon qui a connu toutes les guerres du XVIe siècle : guerres d’Italie, guerres de religion. C’est un de ces Gascons si appréciés dans les armées de l’époque. Témoin de son temps, il écrit ses Commentaires.

Une jeunesse au château de saint Puy

Blaise de Monluc (1501 1577)
Blaise de Monluc (1501-1577)

Blaise de Monluc nait au château de Saint-Puy, en Armagnac, entre Valence sur Baïse et Lectoure. Son père possède plusieurs seigneuries. Et sa mère possède le château d’Estillac dans lequel Blaise de Monluc passera la plus grande partie de sa vie. Il a cinq sœurs et six frères, dont Jean qui deviendra évêque de Valence et de Die.

La famille n’est pas riche et elle ne peut pas payer une éducation à Blaise qui n’en recevra que des rudiments. Aussi, sa jeunesse est campagnarde et il se destine à la carrière des armes.

Grâce à un autre gascon, Bertrand de Goth, seigneur de Rouillac et voisin de Saint-Puy, il entre comme page à la cour d’Antoine de Lorraine à Nancy. Là, il parfait son éducation et se perfectionne à l’escrime et à l’équitation. Sorti de page à 14 ans, il s’enrôle comme archer dans les troupes du duc.

Charles VIII (1470 - 1498)
Charles VIII (1470-1498)

Cependant, les guerres d’Italie ont commencé en 1494. En effet, Charles VIII a hérité de la maison d’Anjou et de ses droits sur Chypre et Jérusalem. Aussi, il est entré en Italie, s’est emparé de Naples. Et il est devenu roi de Naples et de Constantinople. S’ensuivent vingt ans de guerres en Italie dans lesquelles Blaise de Monluc prendra une place importante.

Donc, Blaise de Monluc quitte la Lorraine et part pour Milan. Là, il retrouve ses deux oncles maternels qui lui procurent une place d’archer dans la compagnie de Thomas de Foix, sire de Lescun, qui deviendra le Maréchal de Foix.

Blaise de Monluc pendant les guerres d’Italie

Blaise de Monluc participe à la bataille de la BIcocca (1522)
Bataille de la Bicocca (1522)

Les hostilités reprennent en 1521. Rapidement, le 27 avril 1522, les Français sont battus à La Bicocca, près de Milan. Et le 15 mai, Blaise de Monluc est fait prisonnier à Crémone. Libéré en juillet, il rentre en Gascogne et sa compagnie s’installe à Beaumont de Lomagne.

Parallèlement, les Français prennent Fontarabie le 15 mai 1522. Et, en septembre 1523, les Impériaux assiègent Saint Jean de Luz. Blaise de Monluc participe au combat d’Ahetze et contient les Espagnols, permettant au gros de l’armée française de s’enfermer dans Bayonne. Sa bravoure et son sens tactique sont remarqués.

François Ier (1494-1547)
François Ier (1494-1547)

En 1524, François Ier franchit les Alpes pour reconquérir le Milanais. À la bataille de Pavie, le roi est fait prisonnier. Blaise de Monluc aussi, mais comme il est trop pauvre pour payer sa rançon, on le relâche.

Après l’échec devant Naples et la déroute française de 1527, Blaise de Monluc rentre en Gascogne où il se marie. Il aura quatre enfants.

Or, les armées de Charles Quint envahissent la Provence et assiègent Marseille. Alors, Blaise de Monluc prend la tête d’un raid nocturne contre un moulin qui assurait l’approvisionnement en farine des soldats de Charles Quint. Il y met le feu et les Impériaux doivent lever le siège.

Henri II (1519 - 1559)
Henri II (1519-1559)

Blaise de Monluc devient capitaine de l’infanterie gasconne. Il joue un rôle important lors de la bataille de Cérisolles et est fait chevalier sur le champ de bataille. En 1548, il prend le poste de gouverneur de Moncaliéri puis de Sienne. D’ailleurs, il défend la ville et soutient un siège de dix mois. Mais, il doit se rendre et les Espagnols lui rendent les honneurs. Pour sa conduite, le roi Henri II le fait chevalier de l’Ordre de Saint-Michel.

Enfin, le traité de Cateau-Cambrésis des 2 et 3 avril 1559 met fin aux guerres d’Italie. Blaise de Monluc rentre en Gascogne.

Blaise de Monluc est fait prisonnier à la bataille de Pavie (1523)
La bataille de Pavie (1523)

Blaise de Monluc et l’engagement dans les guerres de religion

La France est en proie aux troubles religieux, notamment en Gascogne.

Dans son château d’Estillac, Blaise de Monluc reçoit plusieurs délégations de Huguenots pour le convaincre de rejoindre leur parti. Devant son refus, il manque d’être assassiné.

Catherine de Médicis à la tête du parti catholique
Catherine de Médicis (1519-1589)

Catherine de Médicis le charge de lever des troupes en Gascogne. En 1562, il sillonne la Gascogne de Bordeaux à Agen et d’Auch à Toulouse. Son arrivée, accompagné de deux bourreaux, et les pendaisons qu’il organise ramènent le calme dans le pays. Il dit dans ses Commentaires : « on pouvoit cognoistre par là où j’estois passé, car par les arbres, sur les chemins, on en trouvoit les enseignes. Un pendu estonnoit plus que cent tuez ».

Blaise de Monluc devient Lieutenant général en Guyenne. Il bat Symphorien de Duras à Targon le 15 juillet, puis à Vergt le 9 octobre. La paix d’Amboise se signe en 1563. Paix provisoire. Pourtant, lors des troubles de 1567, les mesures prises par Blaise de Monluc font que la Gascogne reste relativement calme. Il participe au siège de La Rochelle et prend l’ile de Ré en mars 1568. La paix de Longjumeau se signe le 23 mars.

En 1569, Gabriel de Lorges, comte de Montgommery, celui-là qui a mortellement blessé le roi Henri II lors d’un tournoi, part d’Albi et va délivrer Navarrenx assiégée. De son côté, Blaise de Monluc assiège Mont de Marsan et reprend la ville. Aussitôt, il ordonne l’exécution de la garnison pour venger celle qui avait été massacrée à Navarrenx.

En juillet 1570, il assiège Rabastens, en Bigorre. Alors qu’il monte à l’assaut, Blaise de Monluc reçoit un coup d’arquebuse qui le défigure et l’oblige à porter un masque de cuir jusqu’à sa mort.

Une fin de carrière dans les honneurs

Château d'Estillac de Blaise de Monluc
Château d’Estillac

La paix de Saint-Germain se signe le 8 août 1570. Le roi tente une politique de conciliation avec les Huguenots et Blaise de Monluc en fait les frais. On lui retire la fonction de Lieutenant général en Guyenne, on l’accuse de détournement de fonds et on épluche ses comptes. Le duc d’Anjou, le futur Henri III, intervient pour que le procès sur ses comptes se termine en faveur de Blaise Monluc.Retiré dans son château d’Estillac, il écrit ses Commentaires qui racontent ses campagnes et donnent de précieux conseils aux capitaines des générations futures. Henri IV les qualifiera de « Bréviaire du combattant ».

En 1573, le duc d’Anjou le nomme conseiller dans son état-major lors du siège de La Rochelle. En septembre 1574, il devient Maréchal de France.

Les commentaires de Messire Blaise de Monluc
Commentaires de Messire Blaise de Monluc

Mais, en 1575, il échoue au siège de Gensac dans l’Entre-Deux-Mers, et ne peut prendre le château de Madaillan, près d’Agen. Humilié par ses deux échecs, il abandonne la carrière militaire – il a 74 ans – et se retire au château d’Estillac pour terminer ses commentaires. Il meurt le 26 aout 1577.

Ses fils ont combattu à ses côtés. Marc-Antoine meurt au siège d’Ostie en 1556, Pierre-Bertrand meurt en 1566 lors du sac de Funchal sur l’île de Madère, Jean devient évêque de Condom après une brillante carrière militaire, François-Fabian est blessé au siège de Rabastens et tué à celui de Nogaro en 1573.

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Blaise de Monluc, un chef de guerre gascon de Denis Labau, Latitude Sud.
Commentaires et lettres, de Blaise de Monluc, tome 5, Alphonse de Ruble, 1872
Wikipédia