Gascogne, quel est ton climat ?

Les_chasseurs_dans_la_neige_Pieter_Brueghel_l'Ancien - Climat
image_printImprimez la page

Quel sera le climat demain, avec le réchauffement climatique ? Une grande question aujourd’hui. Et, au fait, quel climat existait hier chez nous, en Gascogne ? Nos anciens nous le disent.

Le climat aux siècles précédents

Si l’on écoute nos grands-parents ou nos arrières-grands-parents, ils nous parlent de leurs jeux d’enfant sur la mare glacée. Un phénomène devenu bien exceptionnel de nos jours. Le froid était-il coutumier de nos hivers ? François Marsan a publié un ouvrage, Météorologie ancienne du midi-pyrénéen,  dans lequel on a surtout noté les événements exceptionnels.

1618. – Les 21 et 22 octobre, à Grézian (Vallée d’Aure), sur la lune nobelle fit long temps inconstant comme on n’en vit jamais tant de pluye que neige, à cause du grand vent qu’il faisait et torbilhon de la neige, estoit impossible de marcher dehors ; à peyne pouvoit-on accomoder les bestailhs. (Extrait du Livre de raison de Dominique Mascaron, fermier du Roi, Ex Nostris)

Pourtant l’année suivante, il n’y a pas eu ni pluie ni neige du tout à Grézian. En lisant ces témoignages, on peut quand même avoir une idée du climat en Gascogne. En effet, se dégagent, malgré la diversité des années, des saisons plutôt marquées, alternant le froid de l’hiver, les pluies du printemps et les étés très chauds.

Un climat tempéré et violent

Ce qu’on peut noter aussi ce sont les dégâts des intempéries. Orages, vents, neiges emportent des maisons, des récoltes, des personnes.

1777 – 1778. – Pendant l’hiver, il tomba d’immenses quantités de neige dans les vallées du Lavedan et surtout dans celles de Barèges et d’Azun.
En Barèges, nombre de maisons et plus de cinquante granges furent écrasées avec le bétail qu’elles renfermaient.
En Azun, quelques maisons et un nombre considérable de granges furent écrasées; une dizaine de personnes et beaucoup de bétail périrent sous les ruines (Annales du Lavedan, par Jean Bourdette, t. IV, page 155).

La tradition orale d’une époque sans neige

La grande force d’un peuple est de transmettre de génération en génération le souvenir des faits. Ainsi, deux personnages mythiques, Milharis et Mulat Barbe, nous racontent l’arrivée de la première neige dans nos contrées.

Le mythe de Milharis

Milharis, éleveur de mille vaches dans la montagne d’Arizes, du côté du Pic du Midi de Bigorre, avait mila ans manca un dia / mille ans moins un jour. Un jour, une substance froide et blanche tombe du ciel. Milharis connait la prophétie, il mourra le premier jour de neige et, avec lui, les temps anciens. Il fait venir ses deux fils, leur demande de choisir une vache du troupeau et de la suivre. Elle les mènera à un endroit où, avec leur descendance, ils feront fortune. La vache s’arrête dans des marécages de sources chaudes. Ce sera Bagnères de Bigorre. La vache, changée en pierre, trône encore (parait-il) sur les hauteurs de la région…

La Croix de Béliou et le mythe de Milharis ?

Avant sa mort et le départ de sa famille, Milharis a demandé au plus vigoureux de ses fils de ramasser de la neige pour en faire une boule et la jeter en haut de la montagne. Milharis souhaite être enterré là où tombera la boule de neige. Le jeune homme, pas très orienté ou n’ayant pas bien compris, jette la boule de neige vers la vallée. Cette erreur amènera la neige et le froid vers la plaine. Et Milharis mourra dans les hauteurs, le manteau de neige pour linceul. Sa tombe est marquée de la croix de Béliou. Sur l’une des faces on distingue la tête d’un personnage probablement d’une divinité indigène antérieure au christianisme, sur l’autre, a été gravé, visiblement plus tard, le Christ sur sa croix.

Le mythe de Mulat Barbe

Tempête de neige - climat en Gascogne

Un autre mythe, proche, nous est parvenu, celui de Mulat Barbe. L’homme a labouré la montagne de Camplong et cultivé les céréales sur le plateau situé au pied du cirque d’Estaubé. A la première neige, le vieux patriarche, aveugle, annonce la fin du temps des anciens dieux et l’avènement du Dieu unique : Crestiantat arregne / Que le christianisme règne. Il se suicide ou demande à ses fils de mettre fin à ses jours (les deux versions existent). Il serait enterré sur place, près de Gèdre, dans un lieu où l’herbe ne pousse pas. Après sa mort, ses fils descendirent dans la vallée pour apprendre aux hommes l’art de cultiver le blé.

Si ce deuxième mythe paraît trop chrétien pour être très ancien, le premier, transmis de bouche à oreille de Gascon depuis 3 000 ans, a peut-être un fondement de vérité. Nous parle-t-il d’un temps sans neige ?

Un climat tropical ?

Òrri de Tredòs - Alt 1955m - alignement en couloir (75m)- Restes d'habitat sous un climat tropical (1)
Òrri de Tredòs – Alt 1955m – alignement en couloir (75m) – Revue du Comminges

Les archéologues ont fouillé nos montagnes. Après la glaciation de Würm, il y a 10 000 ans, le climat se réchauffe. Vers 6500 avant JC, les glaciers installés dans les Pyrénées laissent place à des lacs de montagne.

Entre – 7000 et – 1000, il fait bien chaud sur terre. Donc au néolithique et pendant l’âge de bronze, la vie tempérée en altitude est plus adaptée à l’homme que la vie tropicale dans les plaines. En altitude, pas d’enneigement, permettant aux bêtes de pacager toute l’année, des estanhs et des pluies assurent les besoins en eau et permettent de cultiver. Pas besoin de se déplacer!

Cabana de Marimanha - Alt 2010 m - gravure en faux relief elliptique - Restes d'habitat sous un climat tropical (1)
Cabana de Marimanha – Alt 2010 m – gravure en faux relief elliptique – Revue du Comminges

Alors nos ancêtres s’installent à plus de 1500 m et même plus de 2000 m. Les traces de leur habitat sont bien nettes et vous pouvez en voir dans plusieurs régions dont une trentaine sur le plateau de Beret – Baqueira – Baciver – Marimanha.

C’est à partir de -1000 que le refroidissement de la terre fera descendre nos aïeux en-dessous de 1300m et que s’installera l’estiu / l’été, le retour aux bien nommées estivas / estives. Nos savants confirment donc le mythe de la première neige.

Quant au futur climat, nous vous laissons les prophéties.

Références

Météorologie ancienne du Midi-Pyrénéen, Bulletin de la Société Ramond 1906–1907, François Marsan
Mythologie bigourdane et procès mythologique, Les recueils de littérature orale en pays d’oc, Xavier Ravier, 2004, p 39–58
Revue de Comminges 2015, Les hautes terres protohistoriques des Pyrénées aranaises, Isaure Gratacos, p 269–348

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *