La cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges

Saint-Bertrand de Comminges - vue générale
image_printImprimez la page

 La cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges est bâtie au sommet d’un oppidum et domine le paysage. D’où que l’on vienne, sa silhouette caractéristique la fait reconnaitre. Elle fait partie de la première liste des monuments historiques classés de 1840. Et elle est sur le Patrimoine mondial au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, en 1998.

L’œuvre de Bertrand de l’Isle (XIe-XIIe siècles)

Statue de Saint-Bertrand au cloître
Statue de Saint-Bertrand au cloître

Les destructions des Vandales en 409 entrainent le repli de la ville sur l’oppidum enserré de remparts. On construit une première église. Elle sert de base à la cathédrale romane voulue par Bertrand de l’Isle, évêque de Comminges de 1073 à 1123.

Bertrand de L’Isle (L’Isle-Jourdain dans le Gers) est cousin des comtes de Toulouse. Il applique la Réforme grégorienne dans son diocèse et consacre sa vie au soulagement des pauvres, ramenant la sécurité sur les chemins, favorisant l’établissement de marchés et le commerce, rétablissant la justice. Aussi, à sa mort, le peuple réclame sa béatitude.

Cathédrale de Saint-Bertrand - Tympan - Adoration des Mages
Tympan – Adoration des Mages

Bertrand de Goth et la cathédrale gothique (XIIIe – XIVe siècle)

Cathédrale de St-Bertrand - Façade Ouest
Cathédrale de St-Bertrand – Façade Ouest

De la cathédrale romane, il ne subsiste que des bases de murs et la façade de la nef. On a remanié le cloitre roman aux XIIe et XIIIe siècles. L’entrée se situe dans un clocher aménagé en tour de défense avec des hourds. De plus, on restaure le clocher entre 1883 et 1887, et on restitue les hourds selon une peinture du XVIe siècle placée sur le mausolée du saint. Un tympan roman figurant l’Adoration des Mages surplombe la porte. À noter, l’évêque qui se tient debout près de la Vierge serait Saint-Bertrand lui-même.

Bertrand de Goth, évêque de 1295 à 1299, élu Pape en 1305 sous le nom de Clément V, lance la construction d’une cathédrale gothique. Il en confie la surveillance à Adhémar de Saint-Pastou, chanoine, dont l’inscription funéraire indique : « En l’an 1387, le 3 décembre, mourut Adhémar de Saint-Pastou chanoine et sacriste de cette église, qui avait été désigné jadis par le pape Clément V pour y être le maître de l’œuvre nouvelle dont il posa la première pierre en l’an 1307. Que leurs âmes reposent en paix. Amen ».

Le cloitre
Le cloitre

Ses successeurs poursuivent les travaux pour se terminer sous l’épiscopat de Bertrand de Cosnac (évêque de 1352 à 1374). Celui-ci fait construire une chapelle, côté sud, pour abriter les reliques de Saint-Bertrand. Hélas, elle déstabilise l’édifice et oblige à placer des arcs-boutants aux contreforts.

La translation des reliques de Saint-Bertrand (XIVe siècle)

Saint-Bertrand - Translation des reliques, peinture du mausolée)
Translation des reliques, peinture du mausolée

Clément V, un des Papes gascons et évêque de Comminges de 1295 à 1299 revient dans le Comminges en 1309 pour la translation des reliques de Saint-Bertrand. Un tableau représente cet évènement dans la chapelle Saint-Roch de la cathédrale.

Suivi d’un long cortège de cardinaux et d’évêques, il part de Toulouse le 8 janvier 1309. Puis il passe par Muret, Carbonne, l’abbaye de Bonnefont, Saint-Gaudens et arrive à Saint-Bertrand de Comminges, le 15 janvier. La translation des reliques a lieu le 16 janvier.

Les fêtes de la translation des reliques durent deux jours. 

Le mausolée de Saint-Bertrand (XVe siècle)

Pierre de Foix (évêque de 1422 à 1450) et Jean de Foix-Béarn (évêque de 1466 à 1501) construisent le mausolée de Saint-Bertrand sur l’emplacement des reliques du Saint. Le pape Clément V y avait placé les reliques en 1309. On les met dans le mausolée en 1476.

Mausolée de Saint-Bertrand de Comminges
Mausolée de Saint-Bertrand de Comminges

Le mausolée de Saint-Bertrand contient une châsse d’argent et d’ébène dans laquelle reposent les restes de Saint-Bertrand. Il est couvert de peintures sur pierre relatant sa vie miraculeuse. Le panneau de la queue de la mule et celui du tribut du beurre racontent un épisode de l’évangélisation de la Bigorre par Saint-Bertrand. En val d’Azun, des habitants coupent la queue de sa mule. Pour les punir, le Ciel envoie des fléaux qui durent 5 ans « les arbres ne donnèrent plus de fruits, les champs de culture et les femmes et femelles de progénitures ». Ils demandent pardon et s’engagent à donner à l’évêque leur production de beurre de la semaine précédant la Pentecôte. Ce tribut est payé jusqu’à la Révolution.

Les embellissements de Jean de Mauléon (XVIe siècle)

Saint-Bertrand de CommingesL'Adoration des Mages
L’Adoration des Mages

Jean de Mauléon (évêque de 1523 à 1551) construit la sacristie et la salle capitulaire. Il fait exécuter de nouveaux vitraux, installe le chœur des chanoines, le retable du Maitre-autel et l’orgue. Les éléments des vitraux d’origine sont rassemblés dans les trois verrières centrales.

Il offre aussi une série de neuf tapisseries racontant les principales scènes de la vie de Marie. C’est le maitre de Montmorency, un artiste des Flandres, qui les réalise. Il en reste deux qui sont exposées dans la chapelle Sainte-Marguerite. Elles mesurent 1,80 m de haut et 2,97 m de long et représentent l’Adoration des Mages et la Présentation au Temple. On les restaure en 2010.

Le chœur inauguré en 1535 comprend 66 stalles en bois et le trône épiscopal. Séparées des fidèles par un jubé, les stalles sont occupées par le clergé qui assiste à la messe. Les fidèles disposent d’une chapelle pour la messe paroissiale.

Le crocodile
Le crocodile

La salle capitulaire renferme le trésor de la cathédrale. On y expose des objets liturgiques précieux. Notamment la chape de l’histoire de la Vierge Marie offerte par le pape Clément V, le bâton pastoral, dit de « la licorne », et la mitre ayant appartenu à Saint-Bertrand, ainsi qu’un anneau épiscopal du XIIe siècle.

Parmi les curiosités de la cathédrale, on voit un crocodile fixé sur un des murs. D’après la légende, un monstre habite dans la vallée de Labat d’Enbès. Il imite le cri des enfants pour les attirer et les dévorer. Saint-Bertrand le frappe de sa crosse, l’animal le suit jusque dans la cathédrale où il meurt. En réalité, il s’agit plutôt d’un exvoto dont on ne connait pas l’origine.

Cathédrale de Saint-BertandChoeur, stalles et jubé
Choeur, stalles et jubé

Les Jubilés

Clément V institue un Jubilé, c’est-à-dire une fête marquant la translation des reliques. On le célèbre chaque fois que la fête de l’Intervention de la Sainte-Croix, c’est-à-dire le 3 mai, tombe un vendredi. Le dernier Jubilé date de 2019. Le prochain le sera en 2024. D’abord, l’Archevêque de Toulouse préside la messe, puis il y a une procession des reliques.

Les Jubilés de 1806, de 1816 et de 1822 connaissent un très grand succès. Ils raniment le pèlerinage de Saint-Bertrand.

Le palais des évêques de Comminges à Alan

À l’opposé du cloitre, on voit les restes d’un bâtiment surplombant la ville, appelé le palais des évêques. Mais il semble plutôt qu’il s’agisse d’une partie du couvent dont il reste le bâtiment des Olivetains, du nom de l’ordre des moines qui l’occupent jusqu’en 1881. « Les Olivetains » est aujourd’hui un lieu d’expositions et d’accueil pour les visiteurs de Saint-Bertrand de Comminges.

Palais des évêques de Comminges à Alan (31)
Palais des évêques de Comminges à Alan (31)

D’ailleurs, le palais des évêques de Comminges est situé à Alan, près de Martres-Tolosane.

Jean de Foix transforme la demeure en palais décoré au gout de son époque. Sur le tympan de l’entrée, il fait sculpter une vache portant à son cou les armes des Foix-Béarn. En 1493, il fait réaliser un Missel enluminé par Pierre de Lanouhe.

Puis, à la Révolution, on vend le palais comme bien national, divisé en 11 parcelles. Progressivement abandonné, il menace de tomber en ruines.

Plus tard, en 1912, un antiquaire d’Avignon achète la partie du bâtiment où se trouve la vache et propose d’acheter la vache elle-même. En effet, il travaille pour M. Delmotte, célèbre antiquaire parisien. Mais les habitants d’Alan s’y opposent. M. Delmotte fait une nouvelle tentative en 1920 pour l’offrir au musée du Louvre ou à celui de Cluny.

Sauvez la vache d’Alan !

La vache du Palais des Evêques de Comminges
La vache du Palais des Evêques de Comminges

Le maire fait appel au Duc Edouard de Trévise qui publie, le 28 octobre, un article « Où doit paître la vache d’Alan » dans le journal L’Illustration. Il conclue : « Il (M. Delmotte) se demande où doit paître la vache d’Alan. Répondons-lui : jamais dans un square, même parisien, mais là où elle est attachée, par ses anciens maitres, par ses statuaires, par sa longue vie de loyaux services, par la curiosité si utile des touristes, par l’activité courageuse de ses gardiens actuels ». La vache est sauvée.

Les travaux de restauration du palais des évêques de Comminges commencent en 1969. Les actuels propriétaires refont la décoration intérieure et créent l’Association Arts et rencontres au palais d’Alan qui organise des concerts en été.

Références

Le diocèse de Comminges
Si vous voulez participer à la rénovation de la cathédrale

 

image_printImprimez la page

Une réflexion sur “La cathédrale de Saint-Bertrand de Comminges

  1. Le vagissement du crocodile qui imite le pleur d’un bébé. Légende ou réalité. En Algérie d’avant il y avait une légende semblable sur un cours d’eau de la région d’Oran.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.