Lâchez les taureaux ! Une tradition ancienne

Les courses de taureaux sont anciennes en Gascogne et font partie de son patrimoine culturel. Très populaires et source de désordres et d’excès, le pouvoir royal et ses représentants tentèrent vainement de les interdire.

Les courses de taureaux, une tradition populaire ancienne

Les courses de taureaux (ou de vaches) se pratiquaient dans la rue. Il s’agissait d’animaux destinés aux boucheries que l’on faisait courir. Les plus téméraires essayaient de piquer l’animal avec un aiguillon. Ils sautaient par dessus avec une perche. Ils tentaient d’esquiver la charge ou de la détourner en prenant les cornes et en s’écartant sur le côté.

Taureaux- bergers landais et vaches marinas
Bergers landais et leurs vaches marines

Le marquage des marines, vaches sauvages qui paissaient dans les dunes, donnait lieu chaque année à des courses. Elles attiraient un public nombreux. Là aussi, les plus téméraires défiaient les cornes pour attraper les vaches et les marquer.

 

Course de taureaux à Bazas
Course de taureaux sur la grand place de Bazas (33)

Très populaires, les courses de taureaux donnaient lieu à des accidents et à des débordements. Aussi, les autorités voulurent les interdire comme à Bayonne en 1289. Mais sans succès, tant la résistance du peuple fut grande.

A partir du XVIe siècle, nous avons de nombreux témoignages de courses de taureaux. Elles étaient organisées pour les fêtes patronales ou ou elle étaient improvisées le jour de l’envoi des bêtes à l’abattoir. Parfois on volait une bête à un boucher pour la faire courir, comme à Nogaro en 1751.

Le 29 août 1561, des courses de taureaux furent même données à Saint-Germain en Laye, dans une enceinte fermée, en l’honneur de Jeanne d’Albret et de son fils.

Les courses de taureaux dans la littérature

Pierre de Saint-Gemme – le Grand Roy amoureux (1603)

Pierre de Sainte-Gemme a publié à Lyon en 1603 Le grand roy amoureux, ouvrage dans lequel il fait raconter en gascon une course de taureaux à Saint-Sever par un des personnages :

Desia lou deputat Cosse abé aberte l’estable au furious Tau, louquau lous hills de la bile dab mille auts estrangés (que benguts à la heste s’eren dab’ets mesclats) comencaoüen a boulé dab las aguillades enhissa. Desia lou aben estonnat lous grits, la buts e lous chiulemens d’au pople. Qui lou costat l’i piqui, qui lou hé abansa, qui l’i hé sentit à la piquade d’au fron qu’un aguillonet a au cap de la late, qui huitch audaüan d’et, qui ba darré, qui lou deche courre à un aut & puch li da de l’aguillou, qui hé dab et à la barre panade.

A qui cou lou pople, aquet gaigne un aubre, l’aut dab lou capet pausat a bout de l’aguillade li hé la magaigne per l’amusa, assi courren touts per hè scapa à un que l’animau a estenut dab la corne, a la risen per bezé lou roumatge & lou pan d’au pabre d’auquau la besti a romput las causses chets l’offensa, & qu’est aut abandonade la late huithc.

Mont de Marsan - Place Saint Roch (début 19è)
Mont de Marsan – Place Saint Roch (début 19è) (1 sur 1)

Dejà, lo deputat Còsse avè aubèrt l’establa au furiós taur, lo quau los hilhs de la vila dab mila autes estrangèrs (que venguts a la hèsta s’èran dab eths mesclats) comencavan a voler dab las agulhadas hissar. Dejà lo avèn estonat los crits, la votz [los esclaquerats de votz], los shiulets deu pòple. Qui lo costat lo pica qui lo hè avançar, qui lo hè sentir a la picada deu front qu’un agulhonet a au cap de la lata, qui hug au davant d’eth, qui va darrèr, qui lo dèisha córrer [de cap] a un aute e puish li da de l’agulhon, qui hè dab eth a la barra panada. 

A qui cort lo pòple. Aqueth ganha un aubre, l’aute dab lo capèth pausat au bout de l’agulhada li hè minganas per l’amusar. Assi córren tots per hè escapar a un que l’animau a estenut dab la còrnaE. E la rísen per véser lo hormatge e lo pan deu praube deu quau la bèsti a romput las caussas chens lo herrir, e ‘queste aute abandonat la lata hug.

Déjà, le député Cosse avait ouvert l’étable au taureau furieux que les jeunes gens de la ville. Mille étrangers (qui, venus à la fête, s’étaient mêlés à eux) commencèrent à vouloir piquer avec des aiguillades. Déjà, les cris, les éclats de voix, les sifflements du public avaient effrayé l’animal. Qui lui pique le côté, qui le fait avancer, qui lui fait sentir en le piquant au front le petit aiguillon au bout de la gaule. Qui fuit devant lui, qui va derrière, qui le laisse courir vers un autre puis lui donne de l’aiguillon, qui joue avec lui au furet.

On court vers le taureau. Celui-ci gagne un arbre, cet autre avec son chapeau au bout de l’aiguillon fait des grimaces pour l’amuser. Tous se précipitent pour délivrer celui-là que l’animal a étendu d’un coup de corne. Et l’on rit pour voir le fromage et le pain du pauvre à qui la bête a déchiré les chausses sans le blesser. Et cet autre qui fuit en abandonnant sa gaule.

Les autorités tentent d’interdire les courses de taureaux

Chapelle Notre-Dame de la Course Landaise à Bascons
Chapelle Notre-Dame de la Course Landaise à Bascons

L’Église était fermement opposée aux courses de taureaux. À la suite d’une Bulle papale de Pie V, l’évêque d’Aire voulut interdire les courses dans son diocèse en 1634 et 1641 ; Il est vrai qu’une bête était entrée dans l’église de Saint-Sever pendant un office religieux !

À Aire, en 1773, il fallut recourir à la force armée pour protéger le chanoine et le jurat qui voulaient interdire les courses de taureaux dans la ville.

Toutes les tentatives de suppression se heurtaient à l’opposition du peuple. Malgré les interdictions répétées, les courses de taureaux se tenaient dans toute la Gascogne.

Arènes de Gabarret
Arènes de Gabarret (40)

Finalement, une ordonnance royale du 16 février 1757 autorisa les courses de taureaux en dehors des villes et dans des lieux clos de barrières. La condition était que les consuls et jurats en donnent l’autorisation.

Malgré cette ordonnance, les gouverneurs de Guyenne tentèrent vainement de les interdire.  Le Maréchal de Richelieu en 1766, le duc de Mouchy en 1782.

Le préfet des Landes interdit les courses de taureaux par deux arrêtés de l’an IX. Sans succès, car il dut les rapporter quelques mois plus tard. En 1808, le préfet du Gers prit un arrêté d’interdiction d’une course de taureaux à Plaisance. La raison: les désordres provoqués par son organisation. Elle eut quand même lieu.

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle.

Références

Articles dans le Bulletin de la Société des lettres et sciences des Landes, le Bulletin de la société de Borda et la Revue de Gascogne.
Le grand roy amoureux, Pierre de Sainte-Gemme