1

Le château de Pau, 800 ans d’histoire

D’abord, petit château défensif situé près d’un gué sur le Gave de Pau, Gaston Febus en fait une forteresse redoutable. Puis, résidence des rois de Navarre, Henri III de Navarre, le futur Henri IV de France, y voit le jour. Enfin, remanié plusieurs fois, le château de Pau est aujourd’hui un musée national. Les Béarnais en sont si fiers qu’ils disent Qui n’a vist lo castèth de Pau, n’a jamèi vist arren de tau [Qui n’a jamais vu le château de Pau n’a jamais rien vu de tel].

Du château à la forteresse

Un château est construit sur un éperon rocheux dominant un gué emprunté par les bergers ossalois qui font hiverner leurs troupeaux dans la lande du Pont-Long. Un bourg se développe à ses pieds. Il s’appelle Pal dans un texte de 1131 et Pau dans un autre de 1147.

Le château de Pau est un château vicomtal. Aussi, c’est là qu’on donne le nouveau For general de 1188.

Gaston Fébus (Livre de la Chasse)
Gaston Fébus (Livre de la Chasse)

Plus tard, Gaston Febus (1331-1391) établit un réseau de forteresses pour défendre le Béarn dont il affirme la neutralité en 1347 dans le conflit entre le roi de France et le roi d’Angleterre. Il remanie le château de Pau qui est au centre de son dispositif de défense.

Les travaux, sous la conduite de Sicart de Lordat, durent de 1370 à 1380. Il agrandit la plate-forme castrale, garnit de briques ses parois en inclinant le mur à 60 degrés. Puis, il construit une seconde enceinte plus bas, renforce les défenses par des créneaux et des mâchicoulis. Enfin, il bâtit un donjon de briques de 33 mètres qui porte la fameuse inscription : Febus me fe [Febus m’a fait].

Le château de Pau sous Fébus, par Raymond Ritter
Le château de Pau sous Fébus, par Raymond Ritter

Pourtant, les successeurs de Febus continuent d’habiter au château d’Orthez mais viennent faire de fréquents séjours au château de Pau. En particulier, les vicomtes de Béarn y réunissent les Etats de Béarn. Et Gaston IV (1423-1472) y fixera le siège de la Cort Major [Cour Majour].

 

Le Château de Pau : une résidence de plaisance

La cour intérieure du Château de Pau (E. Gluck - 1860)
La cour intérieure du Château de Pau (E. Gluck – 1860)

Gaston IV engage des travaux pour mettre le château de Pau au gout des résidences de l’époque. Il fait coiffer les tours d’un toit, surèlever les bâtiments d’un étage et percer des fenêtres. Les travaux durent 10 ans pour s’achever en 1472. Cependant, Gaston IV n’aura presque pas résidé au château de Pau.

Or, Gaston IV épouse Eléonore de Navarre et devient ainsi roi de Navarre. Alors, les rois de Navarre alternent leur résidence entre Pampelune et le château de Pau. Mais, en 1512, ils perdent la Haute Navarre. Et le château de Pau devient la résidence officielle des rois de Navarre.

Puis, Henri d’Albret (1503-1555) épouse Marguerite de France, la sœur de François Ier. Il lance des travaux d’embellissement du château de Pau. En particulier, on lui doit l’aménagement de la terrasse côté sud, le décor de la cour d’honneur, la réalisation de l’escalier d’honneur et la décoration des appartements.

Naissance d'Henri IV au Château de Pau - 13:12:1553)
Naissance d’Henri IV au Château de Pau – 13/12:/1553 (Deleria)

Après la mort de Marguerite, Henri d’Albret réside au château de Pau. Là, il se consacre à l’administration de ses États : il révise les fors, réorganise la justice, modernise l’agriculture, transforme la tour du moulin construite par Fébus, en atelier monétaire. Elle devient la Tour de la Monnaie.

Le 13 décembre 1553, Henri III de Navarre nait au château de Pau. La légende veut que sa mère, Jeanne d’Albret, chantait le cantique Nosta Dauna deu cap deu pont pendant l’accouchement et que son grand-père lui frotta de l’ail et du Jurançon sur les lèvres.

Les troubles religieux

Jeanne d'Albret (1528 - 1572)
Jeanne d’Albret (1528-1572)

Antoine de Bourbon (1518-1562), père d’Henri III, fait aménager le parc et les jardins du château de Pau. Le faste de la cour de Navarre n’a rien à envier à celui de la cour de France. D’ailleurs, on sert à table de la glace venue des Pyrénées. Pour l’époque, c’est un luxe inouï.

À la mort d’Antoine de Bourbon, Jeanne d’Albret se déclare protestante et impose la nouvelle religion dans ses états. L’armée française occupe brièvement le château de Pau en 1569.

Henri III de Navarre, futur Henri IV de France
Henri III de Navarre, futur Henri IV de France

En 1576, Henri III, jusqu’alors retenu à la Cour de France, s’enfuit et revient en Béarn. Il séjourne rarement au château de Pau et n’y reviendra plus à partir de 1587. Henri de Navarre devient roi de France en 1589.

Le château de Pau n’abrite plus que l’intendant, la chancellerie de Navarre et les prisons. Le marquis de La Force raconte que la veille de l’assassinat d’Henri IV, « il vint dans la ville et faubourgs de Pau une très grande quantité de vaches mugissant et beuglant de manière épouvantable […] et un taureau se jeta du pont en bas où il fut trouvé mort le lendemain ». En conséquence, le père de François Ravaillac est banni et enfermé dans le donjon du château de Pau.

Plus tard, devant le refus des Etats de Béarn de restituer les biens de l’Eglise catholique à son clergé, Louis XIII, fils d’Henri IV, prend la tête d’une armée et entre dans Pau en 1620. Il rétablit le culte catholique, annexe la Navarre et le Béarn à la France puis repart à Paris en emmenant avec lui 95 tableaux du château de Pau.

Le duc d'Epernon est présent alors de l'assassinat d' Henri IV
L’assassinat d’Henri IV (1610)

Le château de Pau s’endort

Le château de Pau abrite le gouverneur, l’intendant, le sénéchal, la cour des comptes de Navarre et sert de prison. On le confie aux ducs de Gramont qui ne réalisent que des travaux d’entretien, sauf la reconstruction des galeries orientales détruites par un incendie.

À la Révolution, Bertrand Barère le sauve de la destruction en réservant « au roi le château de Pau, avec son parc, comme un hommage rendu par la nation à la mémoire d’Henri IV ».

En 1796, le parc du château de Pau est aliéné. Une centaine de citoyens palois déforment une société pour le racheter et le conserver en promenade publique. La route de Bayonne le traverse et coupe en deux le parc. La place de Gramont est construite sur une partie du parc.

Le Château de Pau vu du parc
Le Château vu du parc

Pourtant, Louis XVIII fait rénover les appartements du château pour en faire une résidence royale. En 1848, l’émir algérien Abd el Kader est prisonnier au château de Pau. En partant, il n’a pas chanté le Bèth cèu de Pau mais aurait dit « Je quitte Pau de ma personne, mais j’y laisse mon cœur ». Il est vrai que plusieurs de ses enfants sont enterrés au cimetière de Pau.

Beth ceu de Pau par les Passo Cansoun

https://escolagastonfebus.com/wp-content/uploads/2022/06/bèth-cèu-de-pau-passo-cansoun-chanson-béar.mp3

Rénovation de la façade sud
Rénovation de la façade sud (1860)

Napoléon III relance les travaux en 1853 et remplace l’aile Est par un portique à trois arcades qui accueille, aujourd’hui encore, les visiteurs.

Enfin, le château de Pau devient palais national. Des présidents de la République, le roi d’Espagne et le roi d’Angleterre y séjournent. En 1927, le château de Pau devient un musée national, lieu de mémoire d’Henri IV, lo noste Enric, et de son règne.

Le musée du château de Pau

Le berceau d'Henri IV
Le berceau d’Henri IV

Le château de Pau fait l’objet d’une campagne de restaurations.

Les pièces aménagées sont meublées et décorées pour reconstituer un décor d’inspiration Renaissance. En outre, le château de Pau renferme 12 000 pièces et objets, dont une centaine de tapisseries des Gobelins des XVIe et XVIIe siècles et une collection de tableaux à la gloire d’Henri IV.

En particulier, la carapace de tortue qui a servi de berceau à Henri IV en est la pièce maitresse. Elle a failli être brulée à la Révolution.

De plus, le cabinet d’arts graphiques du château de Pau renferme une collection de 500 estampes et 300 dessins. Le médailler comprend 500 pièces (monnaies, médailles, décorations). Toutes ces collections sont présentées lors d’expositions temporaires.

La grande salle basse
La grande salle basse

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Le site Wikipédia du Château de Pau
Le Musée National du Château de Pau
La Société des Amis du Château de Pau