Le duel, une affaire de Gascons ?

image_printImprimez la page

Le duel est une pratique ancienne codifiée dans la loi des Burgondes en 501. D’abord, duel judicaire jusqu’en 1547, il devient, ensuite, duel d’honneur. Cette pratique est encore courante au début du XXe siècle.

Le duel judiciaire

Jugement par combat en Normandie au 13è siècle
Jugement par combat au 13è siècle, Wikimedia

Au Moyen Âge, le duel judiciaire est une pratique courante en Gascogne. C’est la batalha [bataille], ordonnée et présidée par le comte, le vicomte ou l’évêque.

La batalha est un mode de preuve. C’est le juge, son propre adversaire ou un témoin qui peut l’imposer. Attention, la refuser revient à avouer sa culpabilité. Ainsi, la charte de Bordeaux le prévoit : « Totz hom acussat de crim, opérat de batalha per aquet crim, si es vencut en camp o si defalh de venir au jorn assignat per combatre (…) » / Tot òme acusat de crime, aperat de batalha per aqueth crime, si es vençut en camp o si defalh de venir au jorn assinhat per conbàter (…) / Tout homme accusé de crime, appelé a la bataille pour ce crime, s’il est vaincu sur le champ ou s’il ne vient pas au jour assigné pour combattre (…).

La grande charte de Saint-Gaudens ouvre la batalha, appelée batalha arramida, aux chevaliers, aux bourgeois et aux vilains de la ville. C’est une épreuve importante car le vaincu se voit confisquer ses armes et doit payer une amende de 60 sous pour les nobles, 10 sous pour les bourgeois et 5 sous pour les paysans.

Plus tard, au XIIIe siècle, la plupart des coutumes des villes réservent le duel judiciaire aux cas les plus graves. Et, la plupart du temps, les habitants obtiennent le privilège de ne plus être contraints par duel ; on peut s’en retirer en payant une amende. Ainsi, les duels judiciaires disparaissent progressivement.

L’Eglise pour le duel judiciaire

Cependant, les religieux n’hésitent pas à recourir à la batalha. Par exemple, le monastère de Saint-Mont y a recours en 1104 dans un différend avec deux seigneurs de Nogaro. Dans une autre affaire, le monastère donne 150 sous au comte Centulle de Bigorre pour qu’il autorise un duel judiciaire. Pourtant, les papes Alexandre III et Célestin III luttent contre l’implication des religieux dans les duels judiciaires. Enfin, on n’en rencontre plus après le XIIIe siècle.

Le fameux « coup de Jarnac »

Guy Chabot baron de Jarnac se battit en duel
Guy Chabot baron de Jarnac, Gallica

En 1547, à Saint-Germain en Laye, Henri II et la Cour assistent au duel public entre le Baron de Jarnac et le Seigneur de la Châtaigneraie, favori du roi. Bien sûr, la foule des curieux est immense. Et les préparatifs sont si longs qu’ils durent la journée.

Enfin, le combat est annoncé par un héraut d’armes : « Aujourd’huy , dixième de ce présent mois de juillet, le Roy, nostre souverain Seigneur, a permis et octroyé le camp libre, seur à toute outrance, à François de Vivonne, sieur de La Chasteigneraye, assaillant, et Guy Chabot, sieur de Montlieu, deffendant et assailly, pour mettre fin par armes au différend d’honneur dont entre eux est question. Par quoy j’ay fait assavoir à tous, de par le Roy, que nul n’ait à empescher l’effect du présent combat, ne ayder ou nuire à l’un ou à l’autre desdits combattans, sur peine de vye ».

Les armes des deux protagonistes sont présentées, l’une après l’autre, à la foule et au roi. Après examen, les témoins les déclarent conformes.

Ensuite, précédés de trompettes, de tambours et de hérauts d’armes, les deux protagonistes se présentent devant le roi et jurent sur les Évangiles de se battre loyalement et de n’utiliser aucune formule ou incantation magique contre son adversaire.

Les armes sont une nouvelle fois examinées. Alors, un héraut d’armes lance le combat. Dans la mêlée, le baron de Jarnac blesse deux fois son adversaire au jarret. Il ne peut pas se relever. Vexé, La Chataigneraie se laisse mourir de ses blessures… Dès lors, Henri II n’autorise plus de duels en public. Mais ils vont se développer dans la sphère privée.

Duel entre Jarnac et la Chataigneraie
Duel entre Jarnac et La Chataigneraie, Gallica

Le duel d’honneur

En fait, le duel provoque une véritable hécatombe dans la noblesse.

Gentilshommes, lettrés, religieux et même des femmes s’affrontent en duel. Pourtant, des édits, sans cesse renouvelés, interdisent les duels. Hélas, ils restent sans effet car le roi accorde facilement des « lettres de grâce ». Même l’évêque de Lombez prend une ordonnance contre les duels en 1679.

En 1603, sept seigneurs gascons se battent en duel à Dému, deux sont tués, les autres reçoivent une lettre de grâce. Bravant l’interdit de 1626 de Louis XIII, le duc de Montmorency se bat en duel sous les fenêtres de Richelieu. Mal lui en a pris, il est condamné à mort et exécuté sur la place de Grève à Paris. De même, Pierre de Luppé, seigneur de Tillac en Armagnac, est condamné à mort en 1669 pour ses nombreux duels. Mais la sentence n’est pas exécutée, car le roi a besoin de soldats !

On voit les Gascons comme querelleurs et Edmond Rostand fait dire à Cyrano de Bergerac :
Attendez !… Je choisis mes rimes… Là, j’y suis.
Je jette avec grâce mon feutre,
Je fais lentement l’abandon
Du grand manteau qui me calfeutre,
Et je tire mon espadon ;
Élégant comme Céladon,
Agile comme Scaramouche,
Je vous préviens, cher Mirmidon,
Qu’à la fin de l’envoi, je touche !

Duel sous Henri IV
Duel sous Henri IV, Gallica

Le duel se démocratise

Duels entre soldats (1801)
Duels entre soldats (1801)

Après 1750, les duels sont moins nombreux. La Révolution les interdit comme signe de la féodalité mais le peuple s’en empare comme d’une nouvelle liberté. Alors, marchands et boutiquiers se livrent des duels. D’ailleurs, vers le milieu du XIXe siècle, journalistes, artistes, hommes politiques s’y adonnent. Toutefois, le sabre et le pistolet remplacent l’épée.

En 1868, deux femmes se battent en duel dans la forêt de Pessac en Gironde. L’objet du litige est un jeune comte que les deux parties se disputent. On choisit le pistolet. Le duel s’arrête à la première blessure. La police arrête les deux duellistes et les condamne à 15 jours de prison. Comme le duel est une affaire sérieuse, les témoins établissent un procès-verbal de rencontre. Le journal Le Bordelais le publie :

Duels de femmes à Bordeaux, Gallica (1868)
Duels de femmes à Bordeaux, Gallica (1868)

« Le quatre mai 1868, à deux heures de relevée, les soussignés réunis pour examiner le différend entre Madame Marie P…, dite Henriette de Saint-P…, et Madame Aimée R…, ayant reconnu que tout arrangement était impossible, ont décidé qu’une rencontre aurait lieu comme suit : Le duel aura lieu au pistolet de tir à vingt pas, deux balles seront échangées le cinq mai, à deux heures, dans la forêt de Pessac. Les conditions ci-dessus mentionnées ont été soumises aux parties et ratifiées par elles, avec promesse de s’y conformer ».

Le Charivari annonce les duels de la semaine

Le journal satirique parisien Le Charivari publie une rubrique hebdomadaire pour annoncer les duels. Le journal traite du duel avec légèreté et même une pointe de dérision. On y trouve par exemple dans le numéro du 7 septembre 1869, des annonces de Briselame, professeur d’escrime vantant les bons résultats de ses élèves ou des appels à candidat pour se battre en duel et « se donner des émotions » . On peut lire aussi :
Lundi – duel entre deux journalistes au Vésinet. Duel entre deux membres du Jockey à Viroflay. Duel entre deux boursiers à Vincennes.
Mardi – quatre duels entre journalistes, tous les quatre à Chatou. Il y aura du monde. Aussi est-il question d’organiser un train supplémentaire.
Mercredi – duel entre le comte de C et le marquis de F.
Nota Bene : c’est la quatrième fois que ces messieurs se battent ensemble, cette rencontre promet d’être très agréable. Nous ne saurions que trop conseiller aux étrangers et aux provinciaux de passage à Paris d’assister à cette intéressante lutte pour laquelle de nombreux paris sont déjà engagés.

Le Charivari du 8 septembre 1869
Le Charivari du 7 septembre 1869, Les Musées de la Ville de Paris

Le duel entre les hommes politique

Duel entre Paul Déroulède et Georges Clémenceau (1892)
Duel entre Paul Déroulède et Georges Clémenceau (1892), Wikimedia

Le 23 décembre 1892, Paul Déroulède se bat contre Georges Clémenceau, au champ de course du château de Saint-Ouen devant la foule. Trois jours plus tôt, dans un discours tenu à l’Assemblée, Paul Déroulède, le président de la Ligue des Patriotes avait accusé Clémenceau de corruption dans l’affaire de Panama. On échange six balles à vingt-cinq mètres, sans résultat.

Le Gascon Paul de Cassagnac compte à son actif douze duels à l’épée, au sabre et au pistolet. Il est journaliste.

Paul de Cassagnac
Paul de Cassagnac en 1912, Gallica

 

 

 

Dans un article, l’un de ses confrères a des mots très durs envers Marie-Antoinette que Paul Cassagnac admire. Il réplique durement dans un article. On s’envoie les témoins. Paul de Cassagnac gagne son duel. Toujours prompt à l’honneur, il donne un dernier duel contre le Préfet de Police de Paris et le blesse dans la rencontre.

Joseph Noulens bat Paul de Cassagnac, député du Gers, en 1902. Les deux fils de Paul de Cassagnac jurent de reprendre le siège de leur père. Lors de la campagne des législatives de 1906, une affiche annonce un meeting de Joseph Noulens à Riscle et le présente comme « le tombeur de Cassagnac ». Les esprits s’échauffent. Le duel a lieu sous la halle de Riscle devant une foule nombreuse. Joseph Noulens est blessé. Et il se fait réélire député.

Defferre, le dernier duelliste …

Duel Defferre - Ribière
Duel Defferre – Ribière (1967)

Le 21 avril 1967, Gaston Defferre, député et maire de Marseille, se bat en duel contre René Ribière. En effet, lors d’un débat houleux à l’assemblée nationale, Gaston Deferre apostrophe son adversaire d’un « taisez-vous, abruti ! ». La médiation du Général de Gaulle ne changera pas l’obstination de Defferre. René Ribière est blessé deux fois. Gaston Defferre gagne le duel. C’est le dernier duel connu…

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

La grande Charte de Saint-Gaudens
Bulletin soc. archéologique, historique, littéraire et scientifique du Gers
, 3ème trimestre 2016.
Le coup de Jarnac
Les duels célèbres, Charles-Marie de Vaux, Paris, 1884.

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.