Mais d’où viennent les Gascons ?

Gascons ? Vascons ? Les Vascones sont connus des Romains au Ier siècle. Ils vivent au nord de l’Ibérie (Espagne). Tacite et Pline nous disent qu’ils sont ravageurs, malfaisants, voleurs, perfides, semeurs de trouble. Les revoilà au VIe siècle au nord des Pyrénées.

Des Aquitains aux Francs

Jules César envoie son lieutenant, Publius Crassus, soumettre les Aquitains
Jules César

Les Aquitains occupent les pays situés entre la Garonne et les Pyrénées. Ils sont très proches des Ibères comme le montre la main d’Irulegi récemment découverte.

Jules César conquiert la Gaule. En 56 avant J.-C., il envoie son lieutenant, Publius Crassus, soumettre les Aquitains. Mais, l’entreprise n’est pas facile et Jules César doit conduire deux légions en 51 avant J.-C. pour en venir presque à bout. Encore deux nouvelles campagnes sont nécessaires en 38 et en 27 avant J.-C.

Les Aquitains sont intégrés dans la grande province romaine d’Aquitaniae qui va de la Loire aux Pyrénées. Puis, au IIIe siècle, la Novempopulanie prend Eauze pour capitale.

ès 475, les Wisigoths contrôlent le territoire aquitain
Le Royaume Wisigoth © Wikipedia

En 418, les Romains installent les Wisigoths comme « peuple fédéré » sur la Garonne. Toutefois, dans leur territoire, les Wisigoths suivent leurs propres lois et les Romains les leurs. En contrepartie, les Wisigoths doivent fournir des soldats aux armées romaines. Dans l’histoire récente, on dirait « un pays, deux systèmes ».

Ainsi, dès 475, les Wisigoths contrôlent un territoire qui va de la Loire à l’Espagne. Toulouse devient leur capitale. D’ailleurs, on découvrira les vestiges du palais des rois Wisigoths près de l’église de la Daurade à Toulouse.

 

Clovis tue Alaric
Clovis tue Alaric à Vouillé

Les Francs font de fréquentes incursions au sud de la Loire. Par exemple, en 507, Clovis bat Alaric, roi des Wisigoths, à Vouillé, près de Poitiers. En conséquence, Clovis se rend à Bordeaux et à Toulouse mais l’Aquitaine au sud de la Garonne n’est pas totalement soumis.

Toutefois, les Wisigoths se réfugient en Espagne et conservent la Septimanie (région de Narbonne et de Montpellier). Ils perdent leurs territoires lors de l’invasion arabe de 711 et sont à l’origine de la résistance qui conduit à la Reconquista. 

Une conquête difficile

Après son entrée à Bordeaux et à Toulouse, Clovis repart mais doit encore engager des batailles à Poitiers et à Tours. À leur tour, Thierry, fils de Clovis, et Geisalic, fils d’Alaric, poursuivent la guerre.  Mais Thierry échoue à prendre la Septimanie. Geisalic se rend à Aire, dernière résidence de son père, et conduit la résistance jusqu’à sa mort en 511.

Les Francs s’installent et reprennent l’organisation administrative des Wisigoths, notamment les trois duchés de Bordeaux (il va jusqu’à Oviedo en Espagne), de Poitiers (future possession d’Aliénor d’Aquitaine), et d’Auvergne (Bourges en est la capitale).

Plusieurs conciles tentent de rapprocher les coutumes religieuses des deux populations. On étend la fête des Rogations à tout le royaume franc, le jeûne rituel de 50 jours passe à 40 jours et devient le Carême, on abandonne le remariage avec le frère ou la sœur, on interdit l’hérédité des fonctions sacerdotales, et on rétablit l’autorité des évêques. Le plus important concile est celui d’Eauze en 551.

Trois duchés

Aqquitaine et Wisigoths : Vestige du palais des rois Wisigoths à Toulouse, image INRAP, Wikipédia
Vestige du palais des rois Wisigoths à Toulouse, image INRAP, © Wikipédia

Après la mort de Clovis, ses fils se partagent son royaume. Chacun reçoit une part des trois duchés. À chaque succession, un partage est fait sans qu’on puisse déterminer quelle partie revient à chacun tant les limites changent. Conflits armés et assassinats sont nombreux. Les armées parcourent le pays. C’est une véritable guerre civile.

Le pays au sud de la Garonne est aux mains de Gontran, petit-fils de Clovis. Mais, son frère Chilpéric lui fait la guerre. Il envoie Bladaste, duc de Toulouse, qui est battu par Gontran. Au même moment, le roi Wisigoth, allié de Chilpéric, conquiert le sud du duché de Bordeaux (région d’Oviedo). Et il pousse les Vascons vers le nord. Mais, Chilpéric meurt en 584. Alors, Gondwald réclame son héritage et se fait proclamer roi à Brive. Bordeaux devient sa capitale. Il rétablit les usages Wisigoths, crée un nouvel évêché à Bayonne. Pourtant, abandonné de tous, il est assassiné en 586 lors du siège de Saint-Bertrand-de-Comminges où il s’est réfugié.

L’irruption des Vascons

Dagobert reçoit le royaume Franc par les évêques et les grands de Burgondie. Bibliothèque municipale de Castres. Grandes chroniques de France, XIVème siècle.© Wikipedia.
Dagobert reçoit le royaume Franc par les évêques et les grands de Burgondie. Bibliothèque municipale de Castres. Grandes chroniques de France, XIVème siècle.© Wikipedia.

Les Vascons sont signalés pour la première fois par Grégoire de Tours qui rédige les Dix livres de l’histoire des Francs. Pour l’année 587, il écrit : Alors les Vascons, jaillissant des montagnes, descendent dans la plaine, ravageant vignes et champs, incendiant les maisons, enlevant de nombreux captifs et des troupeaux. Le duc Austrowald fit de nombreuses sorties contre eux, sans grand résultat.

En effet, les armées franques ont peu de succès. Et les Vascons avancent progressivement jusqu’à la Garonne. Vers 630, le chroniqueur franc Frégédaire parle de la Wasconia, le pays des Vascons. Les habitants sont les Wascones.

Pour les populations locales restées wisigothes, ce ne sont pas des envahisseurs. Culturellement, ils sont proches.

Les chroniques des Francs parlent de nombreux combats menés contre les Vascons. Frégédaire nous dit du roi Dagobert : entre la Loire et la frontière d’Espagne, ce qui est la Gascogne, il est connu qu’il a concédé à son frère Caribert, pour transiger et lui permettre de vivre à l’instar de la coutume privée, les comtés des monts Pyrénées et les cités. Quant aux comtés de Toulouse, Cahors, Agen, Périgueux, Saintes, il les lui a donnés à gouverner, étant à part ce qui s’entend de là aux monts Pyrénées, en le liant par l’engagement d’un pacte. Caribert choisit Toulouse comme résidence, et de là il régna sur une partie de la province d’Aquitanique. Comme on le voit, la Wasconie est grande pour les Francs.

Finalement, on sait peu de choses sur les Vascons et sur la Vasconie en dehors de ce que nous disent les chroniques des Francs. Elles ne sont évidemment pas objectives.

Plusieurs expéditions militaires sont organisées contra Wascones. En 636, l’armée de Dagobert pénètre en Soule. Les Vascons font leur soumission au plaid de Clichy en 637.

Après la mort de Dagobert, les chroniques franques ne parlent plus des Vascons.

L’émergence d’une principauté gasconne

Trop occupés en Neustrie et en Austrasie, les Francs ne s’intéressent plus aux Gascons et à la Gascogne qui devient peu à peu indépendante.

Les Francs à Roncevaux affrontant des Sarrasins à la peau foncée, miniature des Grandes Chroniques de France, v. 1375-1380
Les Francs à Roncevaux affrontant des Sarrasins à la peau foncée, miniature des Grandes Chroniques de France, v. 1375-1380 © Wikipedia

Loup est issu d’une grande famille gasconne. Il est couronné duc de Gascogne en 672. Son fils Eudes arrête l’avancée des arabes lors de la bataille de Toulouse en 721. Le Pape Grégoire le surnomme « le héros sauveur de la Chrétienté ». En 731, Charles Martel attaque le royaume d’Eudes qui se défend. Les Arabes en profitent pour détruire Bordeaux en 732 et se porter sur Poitiers. L’armée d’Eudes met à mal les troupes arabes et écrase une seconde colonne à Brioude. Charles Martel n’a plus qu’à s’attribuer la victoire à Poitiers.

En 768, Waïfre est en guerre contre Pépin le Bref. Il divise la Vasconie en deux duchés : le duché d’Aquitaine entre la Loire et la Garonne et le duché de Gascogne entre la Garonne et les Pyrénées.

Le Duché d’Aquitaine revient sous la domination des Francs. La Vasconie se donne un nouveau duc, Loup II, fils de Eudes. En 778, Charlemagne perd une partie de son armée à Roncevaux. En 812, les Francs lancent une nouvelle expédition qui passe par Dax. Décidément, ces Vascons sont durs à soumettre !

À l’occasion d’une querelle successorale, le duché de Gascogne et le duché d’Aquitaine se réunissent en 1063. La Gascogne conserve longtemps encore ses propres institutions.

Serge Clos-Versaille

écrit en orthographe nouvelle

Références

Wikipédia
Wascones in plana descendunt, Renée Goulard, 1997, p 257-281
Les Gascons (VIe-VIIe-VIIIe siècles), par Renée Mussot-Goulard, Editions Atlantica, 2001.