2019 Année internationale des langues autochtones

image_printImprimez la page

Parce que les langues ont un rôle majeur en termes d’identité, de diversité culturelle, d’intégration sociale, de communication, d’éducation et de développement, l’Assemblée Générale des Nations Unies (AGNU) a adopté une résolution (Réf A / RES / 71/178) sur les droits des peuples autochtones. Elle a proclamé l’année 2019 comme l’Année internationale des langues autochtones.

L’Escòla Gaston Febus, engagée dans la promotion de la langue et de la culture gasconne, ne peut qu’être ravie de cet intérêt mondial. Et, une fois n’est pas coutume, les textes de référence présentés dans cet article proviennent d’instances internationales. Quelle est la valeur à leurs yeux d’une langue autochtone ou régionale ?

Une année majeure pour les langues

L’AGNU travaille depuis plus de deux ans sur les conséquences de la disparition des langues autochtones et les pertes qui vont avec. Dans la résolution du 17 décembre 2018, l’AGNU exprime le besoin de reaffirming the importance of the International Year of Indigenous Languages to draw attention to the critical loss of indigenous languages and the urgent need to preserve, revitalize and promote indigenous languages, including as an educational medium, and to take further urgent steps to that end at the national and international levels. [réaffirmer l’importance de l’Année Internationale des Langues Autochtones pour attirer l’attention sur la perte critique des langues autochtones et l’urgente nécessité de les préserver, les revitaliser et les promouvoir par divers moyens dont l’éducation, et de prendre des mesures urgentes à cette fin au niveau national et international.]

L’AGNU invite d’ailleurs l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture , autrement dit l’UNESCO, à jouer le rôle de leader pour cette année et à mettre en place un comité de pilotage.

Pourquoi les langues sont importantes ?

Extrait du site de l’UNESCO :
À travers les langues, les gens participent non seulement à leur histoire, leurs traditions, leur mémoire, leurs modes de pensée, leurs significations et leurs expressions uniques, mais plus important encore, ils construisent leur avenir.

Les langues sont essentielles dans les domaines de la protection des droits humains, la consolidation de la paix et du développement durable, en assurant la diversité culturelle et le dialogue interculturel. Cependant, malgré leur immense valeur, les langues du monde entier continuent de disparaître à un rythme alarmant en raison de divers facteurs. Beaucoup d’entre elles sont des langues autochtones.

Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (en vert foncé, les pays qui ont ratifié la Charte)

Dans la communauté européenne, nous connaissons la question, il y a 108 langues différentes, langues nationales et régionales. Par exemple, 557 personnes en Cornouailles (Royaume uni) parlent le cornique. 95 millions de personnes parlent l’allemand.

Heureusement pour les petits, le Conseil de l’Europe a pris en charge la protection et la promotion des langues européennes, en particulier les régionales peu utilisées. En 1992, la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires a été signée par vingt-cinq États dont la France. Toutefois, notre pays ne l’a jamais ratifiée.

Les civilisations devant la diversité des langues

Il y a environ 7 000 langues dans le monde. 750 sont parlées par les 6 millions d’habitants de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Sinon le continent qui a le plus de langues est l’Afrique avec plus de 2 000 langues pour moins d’1 milliard d’habitants. A contrario, le continent le plus pauvre est l’Europe avec 225 langues pour 740 millions d’habitants.

Au-delà des chiffres, on peut surtout noter que la position des civilisations et des gouvernements est très diverse. Tout existe : vouloir unifier comme en France, faire cohabiter comme en Suisse…

La diversité des langues chinoises (source Wikipédia)

Un cas curieux est la Chine. Il y a dans ce pays dix groupes linguistiques majeurs mais, en fait, 200 langues distinctes avec souvent des prononciations tellement différentes qu’il est difficile aux Chinois d’une province donnée de comprendre ceux d’une autre province. Et les Chinois vivent depuis des millénaires avec cette variété. Mais les Chinois ont en commun leur écriture qui leur permet de lire la langue des autres provinces. Une écriture qui est basée sur des idéogrammes (représentation des concepts comme l’amour), des pictogrammes (représentation des objets comme un arbre) et des idéophonogrammes (donnant une indication phonétique). À noter le chinois mandarin est la première langue du monde avec ses 1,2 milliard d’utilisateurs, avant l’anglais.

La France, plus centralisatrice, a cherché à éradiquer ses 30 dialectes comme Henri Grégoire le promeut en 1794 dans son Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française.

La mort des langues

Claude Hagège

Des langues meurent régulièrement. C’est la conséquence de la suprématie des peuples dominants, que ce soit une domination militaire, politique ou socio-économique. Et, comme pour beaucoup d’autres sujets, nous vivons une accélération. Récemment, le linguiste français Claude Hagège nous dit qu’une langue meurt tous les 15 jours.

En même temps, le linguiste québecois Jacques Leclerc nous prévient. Si une fois le processus enclenché, la mort est quasi assurée, personne ne connaît le temps de l’agonie, ni la capacité de renaissance.

Jaques Leclerc

L’hébreu, cite-t-il, a cessé d’être parlé au IIe siècle, pour renaître au XXe siècle ! L’anglais est devenu une langue très minoritaire avec la domination des vikings au VIIIe siècle. Toujours faible au XVIIe siècle, sa mort avait été annoncée par quelques experts…

Les langues et les discours

Dans un article précédent, nous avions abordé le lien étroit reconnu par les sociolinguistes entre langue et culture.

Patrick Charaudeau, ancien directeur du Centre d’Analyse du Discours (1980 – 2009), affirme que la quête d’identité serait en fait une quête de différenciation. On se découvre en cherchant les différences. Il précise : Nous avons besoin de l’autre, de l’autre dans sa différence, pour prendre conscience de notre existence. Ainsi son identité, au-delà de la maîtrise de sa langue, de son orthographe, sa grammaire, serait directement liée à la maîtrise du discours, des manières de dire qui véhiculent l’univers social de la communauté.

manifestation en Languedoc

Ainsi cette année, pour les langues autochtones, régionales, minoritaires, n’est-elle pas une année de mise en valeur de la richesse des communautés à travers la langue ? Que ferons-nous pour notre culture ?

Références

Résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies, 17 décembre 2018
Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, versions en plusieurs langues
Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, Henri Grégoire, 1794
La mort des langues, L’aménagement linguistique dans le monde, Jacques Leclerc, 2018
Réflexions sur l’identité culturelle. Un préalable nécessaire à l’enseignement d’une langue, Patrick Charaudeau, 2005

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *