Oiseaux du pays… Ausèths deu país

image_printImprimez la page

Le guide des oiseaux de Gascogne

Oiseaux en gascon - la couverture de "Auseths" - Francis BeigbederLe Guide des oiseaux d’Europe, livre de Roger Peterson, 1954 est la référence depuis plus de 60 ans. Il a été traduit en douze langues, vendu à plus d’un million d’exemplaires. Les illustrations sont claires, les contenus succincts et précis. Chaque oiseau est présenté sous son nom latin, anglais, allemand, espagnol, français, hollandais, italien, suédois. Oui… mais pas en gascon !

Heureusement, Francis Beigbeder publie en 1986 Ausèths. Avec une infinie patience, l’auteur a collecté les noms donnés aux oiseaux sauvages dans les différentes régions de la Gascogne. Il nous présente aussi tous les mots pour décrire un oiseau du bèc ou peruc jusqu’à la coda ou la coa (queue) en passant par le gaver, guiser ou gola (gorge) ou le curron ou le cuu (croupion).

Des noms d’oiseaux

Oiseaux en gascon - le martin pêcheur

Le joli martin-pêcheur s’appelle kingfisher en anglais, Eisvogel en allemand, Ijsvogel en hollandais, Kungsfiskare en suédois, Martin-pescatore en italien et Martin pescador en espagnol.

En Gascogne, l’oiseau s’appelle enfant blu (enfant bleu) ou ausèth blu (oiseau bleu) dans le Gers, guardarriu (garde rivière) ou sent Martin (saint Martin) en Gascogne maritime. On utilise aussi viravent (tourne vent) ou encore Bernat pescaire, Martin pescaire ou Guilhèm pescaire (en remplaçant pescaire par pesquèr selon les coins) selon les trois prénoms Bernard, Martin ou Guillaume-pêcheur.

Des oiseaux symboles

Le Gascon qui aime les images, se réfère à des oiseaux. Il comparera le paresseux à un bruant : Que hè coma la verdaula, deu lheit a la taula, un dépensier à une poule : Hès pas coma las garias, grapas pas en esparricar, un ingrat à un corbeau : Neuritz corbaishs e que’vs tiraràn los uelhs, ou une bavarde à une oie : Ua hemna e un aucat que tenguerén tot un marcat*.

Oiseaux  en gascon - dessin d'un corbeau rigolardBien des proverbes utilitaires se réfèrent aussi aux oiseaux comme ce conseil : Quan canta lo corbàs, pren ta capa se t’en vas**.

*Il fait comme le bruant, du lit à la table… Ne fais pas comme les poules, ne gratte pas [la terre] en éparpillant… Nourrissez des corbeaux et ils vous arracheront les yeux… Une femme et une oie tiendraient tout un marché.
** Quand chante le corbeau, prends ta cape si tu sors.

Que disent les oiseaux gascons ?

À Aucun dans les Hautes-Pyrénées, les oiseaux parlent. La calla (caille) dit Tres per un, le pinçan marin (bouvreuil) Sofrit, sofrit et le pinçan (pinson) au chant si mélodieux Zi zi zi racalòri, Quan la cerisa sia madura, Jo que seréi neurit.

Enfin Elie Bonneau, de Montaner, a proposé un bien joli texte au concours bigourdan d’expression gasconne, La taula de multiplicacion, un conte que vau mes escotar que léger :

Quan la calla torna per noste au mes de mai que canta au miélher qui pòt, de matin, lo ser
e a l’escurada. Los qui comprenen lo parlar deus ausèths que saben çò qui canta. Que ditz :
« Sèt per ueit… set per ueit… »De segur qu’ei anada quauque drin a l’escòla mes, cap d’ausèth, que s’a desbrombat. Non hè pas sonque pausar la question.E las bèstias qui l’entenen que responen tà har créder que son mes sapientas qu’era. Jo qu èi volut saber, en las escotant, si cantavan la bona responsa. Qu’èi d’abord telefonat a Monsur lo Ministre de la Cultura tà saber si, au darrèr de totas las reformas de l’ensenhament, aquerò n’avè pas cambiat despuish que sòi sortit de l’escòla. Que m’a assegurat que non e que’u hèi confiança. Alavetz qu’èi passat quasi ua setmana a escotar cantar las bèstias deu parçan, las qui an duas patas, las qui n’an quate, las qui n’an mei e las qui n’an pas nada, tà’m har ua idèa deu lor saber. E ben ! Que v’èi a díser que las bèstias que cantan n’impòrta qué ! Aqueras feniantas qu’an de segur panat l’escòla hèra de còps. Mes alavetz quan « òm non sap pas, òm se cala ! ».Que’vs vau díser ací quauquas responsas qui èi entenut. Lo mensh qui pòdi diser, non son pas d’acòrd. Escotatz donc quan hè, segon eras, sèt per ueit !
Lo petit sapo, lo qui aperan cuc, que ditz : « Un, un, un ».
Lo gran harri, drin mei malin : « Dus, dus, dus ».
La. sèrp : « Tresss tresss tresss ».
La graulha : « Quaaate, quaaate ».
Lo pau : « Cinc, cinc, ciiinc ».
Lo vielh guiròt : « Sheisss, sheisssss ».
L’anhèth : « Sèèèt, sèèèt, sèèèèèt ».
La tora : « Ueiiit, ueiiiiit ».
Lo can : « Nau, naullh, nauhhhh ».
Lo martinet : « Vint, viiint, viiiint ».
La tortera : « Proooo, proooo ».
L’aulha : « Mei, meeeei, meeei ».
L’aso : « Seishanta, seish-anta ».
Lo chivau : « Hi, hi, hi », que s’arrid de l’aso mes no’n sap pas mei qu’eth.
Lo cocuth : « Beau-coup beau-coup ». Qu’ei un cocuth de París mes non conesish pas la responsa. E que disen que los parisencs qu’ac saben tot !E totun que n’i a un qui a trobat. Lo lapin ! Que s’a trobat la combina o que l’avé apresa a l’escòla. Qu’a lo parat de har petits cagalhòts. Que se n’a hèit ueit pielòts de sèt cada un e que’us a contats tots. Mes un lapin qu’a tanben lo malur de pas poder cantar. Alavetz non pòt pas díser la responsa ad arrés.E donc totun qu’èi entenut un ausèth a cantar la bona responsa. Si ! Si ! la garia deu vesin. Quan sòrt de har l’ueu que canta autant hòrt qui pòt : « Cinquanta sheis, cinquanta sheis » a tot copar ! Mes que’ vs vau díser ua causa : Si hè autant la fierosa, enter nosautes, n’a pas nat meriti ! Que saberatz qu’ei la garia deu regent.

Et les oiseaux dans la littérature gasconne ?

Oiseaux en gascon - Auseths de Prima - poésie de Joan-Geraut DASTROS (1594-1648) avec traduction en français
Ausèths de prima – Joan-Geraut DASTROS (1594-1648)

Francis Beigbeder termine son livre sur les Auseths avec une sélection de textes que les meilleurs auteurs gascons ont consacré aux oiseaux. Nous avons choisi un poème d’un de nos grands poètes Joan-Geraut DASTROS (1594-1648), un représentant tardif de ce que Pierre Bec appelle « Le Siècle d’Or de la Poésie Gasconne »

MOTS : calla, caille. — sapo, harri, crapaud. — pau, paon — guiròt, jars. — tora, buse. — tortera, tourterelle. — parat, chance, occasion. — cuc, alyte accoucheur, petit crapaud qui chante la nuit.

 

 

 

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *