Gaston Febus, un senhor letra-herit

Trois passions et une quatrième : la culture

Culture et livre de chasse de Gaston Febus - scène de présentation des cygnesLes passions de Febus sont Armas, amors e cassa (Armas, amors e caça en graphie actuelle) disait Peyre de Rius, son trobador. Mais de quels amours parle-t-il ? En ce temps d’amour courtois et de chansons, peut-être faudrait-il se rappeler combien Gaston Febus était un homme de culture, un lettré. Son goût pour la poésie ou la musique, sa bibliothèque de grands auteurs en témoignent.

Gaston Febus maîtrise cinq langues, écoute les chansons des grands poètes de l’époque, écrit surtout des cançons et gagne même un grand prix littéraire, las Joyos del Gay Saber, organisé par le Consistori del Gay Saber e de la Gayo sienço installé à Toulouse.

Rappelons-nous aussi que Febus ou Phebus est le nom d’Apollon en latin, dieu des arts, du chant, de la musique, de la beauté masculine, de la poésie, et conducteur des neuf muses. Est-ce pour cela que Gaston a choisi ce surnom ? Nul ne le sait.

Il nous reste peu de choses de son oeuvre. On lui attribue, sans certitude, la chanson Aqueras montanhas, dite aussi Se canti, qui est une chanson si populaire dans le sud de la France qu’elle est parfois considérée comme l’hymne des occitans.

Son Livre de chasse est resté pendant plusieurs siècles une référence pour l’éducation des nobles, La chasse y apparaît comme un art philosophique, un art qui élève les vertus de l’homme. Dans son Livre des oraisons, Febus témoigne de sa foi.

Plus d’information sur : Gaston Febus un seigneur lettré

Une copie du Livre de chasse est exposé au château de Mauvezin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *