14 – 18 vue par les Gascons : Le choc du retour à la maison

11 novembre 1918, l’armistice est signé. Pour certains c’est le retour à la maison, un retour non sans appréhension et un retour qui ne ressemblera pas toujours à celui que l’on souhaitait. Les combattants et l’arrière ont vécu cinq années bien différentes. Les retrouvailles ne se passeront pas sans difficulté. Et la langue y perdra.

La Guerre 14 – 18 vue par les Gascons, dernier épisode : Le choc du retour à la maison. Fait suite à l’épisode 1, La mobilisation, à l’épisode 2, Bégarie un destin tragique, à l’épisode 3 : les Territoriaux du Gers, à l’épisode 4 : les femmes dans la guerre, et à l’épisode 5 : Les félibres, petit ou grande patrie ?, épisode 6 : Une permission à la maison.

L’odeur du retour

1917 - Les USA s'engagent dans la guerre - le retour
1917 – Les USA s’engagent dans la guerre

Dès l’été 1918, les combattants sentent le changement. Ce n’était plus la guerre des tranchées, ils s’étaient remis en mouvement, le roi de Prusse avait perdu son avantage et les Américains étaient arrivés. Julien de Casebonne raconte : B’ey hè boû per debat las oumbres dous boscs de l’Argonne quoan lous canoûs noû peten, e despuch la noeyt dou 14 ou 15 be-s soun quàsi carats. (…) Qu’abem dounc passat quarante dies en prumère ligne qui soun estats quarante dies de bacances.

Be i hè bon per devath las ombras deus bòscs de l’Argonne quan los canons non petan, e despuish la nueit deu 14 o 15 be’s son quasi carats. (…) Qu’avem donc passat quaranta dias en prumèra linha qui son estats quaranta dias de vacanças. Qu’il fait bon sous les ombres des bois de l’Argonne quand les canons ne tonnent pas, et depuis la nuit du 14 ou 15, ils se sont quasiment tus. (…) Nous avons donc passé quarante jours en première ligne qui ont été quarante jours de vacances.

Tout le monde n’a qu’une pensée : N’ey pas lou moumen de-s ha tua. (N’ei pas lo moment de’s har tuar. Ce n’est pas le moment de se faire tuer).

L’armistici qu’ei signat

La signature de l'armistice dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne - Le retour
La signature de l’armistice dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.

L’information est donnée par les officiers le jour même. Les soldats ont bien compris qu’on ne va plus s’entretuer, respirer des gaz… la guerre est finie. C’est magnifique. D’abord, c’est la joie, puis l’effondrement, la fatigue qui tombe sur les épaules, le besoin de se reposer, de récupérer.

Les réactions sont diverses dans les régiments. Ici le colonel organise un bal avec musique et jeunes filles du coin. Les soldats ne s’y rendent pas. Qu’èm aquiu gourpits, estripats per la grane noubèle, coum estranglats dou miratgle qui hèm nous d’esta encoère en bite, et de chansse qui abèm abut ! O bé mésique, o bé dansa ! E lous pès escarnats, e… la cularrosse, e lou malandrè ? raconte Edouard Moulia, le journaliste orthézien.

Qu’èm aquiu gorpits, estripats per la grana novèla, com estranglats deu miragle qui hèm nos d’estar enqüèra en vita, e de chança qui avèm avut ! Òc ben mesica, òc ben dançar ! E los pès escarnats, e…la cularòssa, e lo malandrèr ? Nous voilà harassés, écrasés par cette grande nouvelle, stupéfaits du prodige que constitue notre survie jusqu’à ce jour, et la chance que nous avons eue ! Alors la musique, alors la danse ! Et nos pieds en sang, et… nos dos brisés, et notre épuisement ? (traduction de Jean-Pierre Brèthes)

Ailleurs, l’officier veut mettre à l’honneur sa troupe. Julien de Casebonne note. Lou brespe, lou coumandamen qu’abè prebist ue marche: militarisme inumâ! Marcha que calou ha, coum si arré noû ère; nat s… de coumandant n’abou l’iniciatibe d’û coutre-oùrdi.

Lo vrespe, lo comandament qu’avè previst ua marcha: militarisme inuman! Marchar que caló har, com si arren non èra; nat s… de comandant n’avó l’iniciativa d’un contra-ordi. L’après-midi, le commandement avait prévu une marche : militarisme inhumain : Marcher il fallut, comme si de rien n’était ; aucun s… de commandant n’avait eu l’initiative d’un contre-ordre.

Le retour à la maison

Manifestation patriotique à Vincennes lors de l'Armistice du 11 novembre 1918 avant le retour
Manifestation patriotique à Vincennes lors de l’Armistice du 11 novembre 1918

Il y a ceux qui sont partis au service militaire avant la guerre, un, deux, trois ans avant. Il y a ceux qui feront partie des armées d’occupation et ne reviendront qu’en 1920. Car seuls les hommes de 49 à 51 ans sont démobilisés et peuvent rentrer dès fin novembre 1918. Les 500 000 prisonniers de guerre peuvent aussi rentrer, souvent par leurs propres moyens, dans l’indifférence. Suivront ceux de 32 à 48 ans entre décembre et avril. Il ne faut pas aller trop vite car il faut signer la paix. Ce ne sera que le 28 juin 1919 (traité de Versailles) et le décret de démobilisation générale sera enfin signé le 14 octobre 1919. Ainsi certains peuvent être partis huit ans.

Huit ans de séparation, même s’il y a eu quelques permissions, huit ans de vie totalement différentes. Le retour est largement souhaité mais le retour est aussi appréhendé. Et certains sont difficiles. Revenir mutilé et affronter le regard de sa famille. Revenir mutilé dans une ferme où on attendait des bras pour travailler. Revenir et devoir subir des procédures infinies pour toucher sa pension. Revenir et voir des enfants grandis ou qu’on a à peine connus. Revenir et trouver une femme qui a tout assumé et qui ne veut plus être traitée en mineure. Revenir et ne pas retrouver de travail. Parce que des entreprises ont fermé, d’autres ont trouvé d’autres moyens de produire. Malgré l’obligation de reprendre les combattants, même des agents du service public se retrouveront sur le carreau.

Les grèves de 1920 après le retour
Les grèves de 1920

Dans certains endroits, les communes organisent des fêtes pour le retour des soldats. La population est heureuse de retrouver les hommes partis. Mais les soldats, qu’en pensent-ils ? Fêter quoi ? Les camarades tombés ? Voir dans ces rassemblements les veuves et les infirmes ? Beaucoup de combattants vont trouver ces fêtes indécentes, irrespectueuses.

Les combattants attendaient une reconnaissance, ils ne la trouvent pas. Ils ne peuvent raconter ce qu’ils ont vécu à des personnes qui ont eu d’autres difficultés, d’autres parcours et qui n’ont pas connu l’enfer et la camaraderie des tranchées. Alors, parfois, ils se rassemblent en amicale, ou ils se radicalisent.

Et la Gascogne dans ce retour ?

Le retour et monument aux morts réalisé par le sculpteur Ernest Gabard (1879-1957) à Sauveterre de Béarn
Le monument aux morts réalisé par le sculpteur Ernest Gabard (1879-1957) à Sauveterre de Béarn

La guerre a décimé la population et a brassé la population. Des réfugiés ou des évacués des zones exposées ou envahies par les Allemands ont pénétré toutes les régions françaises. Ce fut un choc culturel auquel s’ajoutèrent les différences de langues. Pour les gens du sud ce sont des étrangers français ou belges.

De plus, la guerre plonge le pays dans une crise économique qui renforcera des migrations de la campagne vers les villes où on parle plus souvent français. Un exploitant agricole mort, c’est souvent la vente de son exploitation. Le bouleversement est très fort.

Enfin la guerre a modifié le rapport région / nation. En rentrant au pays, dans le train, un officier entend un enfant dire Vòli anar a ma tatau (vòli anar a mon ostau / je veux aller à ma maison), il reprend la mère : vous devez lui apprendre la langue de la Patrie !

Et pendant plusieurs mois, en Gascogne, se succèderont des réceptions, des hommages principalement au maréchal Foch. En 1919 Reclams consacre plusieurs articles sur ce sujet, et même un numéro spécial. En fait, la grande guerre a mis la nation, la grande patrie, au premier plan. Et les félibres ont majoritairement emboité le pas. Après la guerre, ils resteront dans ce même état d’esprit. L’élan de la fin du XIXe siècle sur la fierté régionale, sur la redécouverte de sa culture ne sera pas vraiment reprise. Les félibres gascons, comme ceux des autres pays d’Òc n’ouvriront pas de réflexion sur l’identité ou la nationalité.

La guerre marque une transition vers un autre monde.

Références

U souldat biarnes a la guerre, Yulien de Caseboune
Le matricule 1628 pendant la guerre, Edouard Moulia
Chemins de mémoire, Direction des Armées
Armanac dera montanho 1919 – 1929
Les débuts de Reclams de Biarn e Gascougne, Jean-Marie Sarpoulet