14 – 18 vue par les Gascons : Une permission à la maison

image_printImprimez la page

Cette guerre qui devait être rapide et qui n’en finit pas. Cette guerre où l’on entend en permanence le bruit des obus, les cris des blessés, cette guerre, tout le monde voudrait s’en échapper. La permission, rare, est l’occasion de ré-apprécier un instant, le cœur endolori, le parfum de sa région, la douceur de la maison. Édouard Moulia raconte.

La Guerre 14 – 18 vue par les Gascons, épisode 6 : Une permission à la maison. Fait suite à l’épisode 1, La mobilisation, à l’épisode 2, Bégarie un destin tragique, à l’épisode 3 : les Territoriaux du Gers, à l’épisode 4 : les femmes dans la guerre, et à l’épisode 5 : Les félibres, petit ou grande patrie ?

Une permission se vos pletz

La guerre en chantant - permissionLa guerre doit être courte, alors il n’est pas prévu d’avoir des permissions. Le temps passe. La colère monte à l’arrière, on veut revoir ses proches. Les employeurs, les femmes de la campagne demandent le retour des bras pour les gros travaux. Sous la pression publique, relayée par les élus, le général Joffre décide mi-1915 d’accorder 6 jours de permission à chacun, à condition qu’il n’y ait pas de raison supérieure : relève en retard, offensive prévue… En septembre 1916, pour soutenir le moral des soldats et des gens restés au pays, le droit passera à 7 jours trois fois par an. En 1917, les insubordinations des soldats et la grogne des civils croissant, le général Pétain assouplira encore ce régime. À ces jours, sont ajoutés un délai de route calculé selon la distance. Pour les Gascons, cela représente trois jours.

Maladie appelée des pieds de tranchée : les pieds gelés - permission
Maladie appelée des pieds de tranchée : les pieds gelés

Les blessés, eux, ont 7 jours sûrs d’une permission de convalescence à la maison. Presque un plaisir d’être blessé, comme le rapporte Edouard Moulia dont les pieds ont gelé et qui a frôlé l’amputation : Se souffrim ? N’y pensa-m pas. S’és cau abraca las cames ? E qu’ey aquero puchque lou restan e ba damoura. En aboussen touts abut autan lous brabes amics qui la herralhe a esbrigalhats à ne pas trouban mey nat tros maye qu’u esquilhot !

Se sofrim ? N’i pensam pas. Se’s cau abracar las camas ? E qu’ei aquerò puishque lo restant e va damorar. E n’avossen tots avut autant los braves amics qui la herralha a esbrigalhats a ne pas troba-n mei nat tròç magèr qu’un esquilhòt. Souffrir ? Nous n’y pensons pas. Nous raccourcir la jambe ? Et qu’est-ce donc puisque le reste va nous rester ? Ah ! s’ils avaient connu un sort pareil les bons amis que l’acier a déchiquetés au point de ne pas retrouver de morceaux plus grands qu’une noix ! (traduction de Jean-Pierre Brèthes)

La première permission, une description émouvante d’Édouard Moulia

Le soldat peut-il comprendre ce qui se passe dans la région qu’il a quittée ? Les femmes, les anciens, les enfants peuvent-ils comprendre ce qui se passe au front ? Probablement pas. Mais tous rêvent de la fin des hostilités ou, au moins, d’un répit à la maison.

La matricule 1628 en permissionMieux que personne, ce soldat journaliste, félibre de l’Escòla Gaston Febus, a su écrire l’émotion du retour à la maison lors de sa première permission. Le texte, avec toute sa force, ne demande pas de commentaires.

Merci aux frères Moulia, imprimeurs à Orthez, petits-fils d’Édouard, de nous avoir autorisé la publication de cet extrait bouleversant. La référence du livre magnifique dont est tiré cet extrait est tout en bas de l’article.

L’article vous propose d’explorer :

le témoignage en graphie originale (en suivant),
le témoignage en graphie classique (en-dessous du premier),
enfin le témoignage en français dans la traduction de Jean-Pierre Brèthes.

De cap ta case

Manuscrit d'Edouard Moulia - permission
Manuscrit d’Edouard Moulia

Decap ta case ! La bère pause ! N’ey pas heyt dise arrey aus de nouste permou que bouy ha-us la susprése… e à you tabey.

A mesure qui loû trî débare de pous, l’estoumac que s’ém bousse, qué-m bad mourdén coum s’abi abalat peyrétes. Lou plasé, la gauyou, bahide…
Bourdèu ! Tè, lou bounets de per nouste ! E aqueth débisa qui counéchi… Que ba, que ba, qué-n bau décap ta nouste… Tè, lous pîs, dréts coum esparrous, las maysous blanques. E lou gabe…
Moun Diu, d’oun sorti you ! Dise que tourni béde tout aquéro qui ey tan de cops crédut de … Mercés, moun Diu ! Lou cô qué-m pallaque, adare. Ne poutch pas mey estam sédut. Que sey que dou trî enla que beyrey lusi, à guèuche, la biélhe tour de Mouncade e lou teyt de l’oustau oun bau, ta bètlèu, sémia la yoye !
Puyôu ! Batch ! Castétarbe… la Moutéte… lou Poun-Biélh… ­Adéchats, adéchats, causes de nouste !… L’alét qué-m manque e que cau que m’estuyi ta m’eschuga lous oélhs touts engourgoustits… Que bau, au doubleban, ploura coum ûe bit frésc talhade !

Bam ! E labéts souldatot, n’ès arribat adare, e ne cau pas ploura, bissè ?
Orthez ! Que débari à plasés…
— Tè ? se m’arcoélh u biélh amic qui-m a récounéchut maugrat u bèth mus de barbes. E n’ès pas mourt ?
Qué-m tàsti, en arridén :
— Nou, pas encoère.
— Qué s’abèn dit que t’abèn tuat qu’a u més.
— Quio, quio… Que ba, que ba…
E que m’escàpi en thanquan.
— Tè, qu’ès aquiu ? sé-m hè gn’aut. E qu’as lous pès, encoère ?
— E bahide, sé-m sémble !
— Tan mélhe. Qu’abèn dit per aciu qué-t ous abè caluts abraca…

Qué-m tourni escapa. Aquéths estanquéts qué-m desrounten. Se ne souy pas mourt, se n’ém an pas ségat lous pès… you que sey que ne s’én a pas mancat hère ! E poden sabé, aquéstes praubots de per aciu, so qui-s passe lahore ?Que m’espiyen coum ûe bèsti curiouse. Que sey que souy magre, aflaquit, e qu’ey oeyt més de barbes en brouchague. E qué-m hè, à you, aquero ?
So quim cau, ne soun pas plagnéts de curiousè : qu’ey la case… Qu’y souy yuste. U birepléc e que bey lou pourtau… Y bau arriba ? Las cames que s’ém pléguen… Lous bésis que m’apèren.. Que hey dou chourd…

Pam ! Pam !
B’ou récounéchi béroy aquéth cop de malhuque sus la tadye dou pourtau ! Qu’ey dat dus trucs, coum u mandian, ta qu’ém biénin ourbi e, per la sarralhe, que guigni qui ba biéne au colidor… Lou labrit qu’a énténut dou houns dou casau, e qu’ey lou purmè darrè lou barroulh en gnaulan tan qui pod. Que l’enguichi : css, css, ta hau esmalicia, puchque n’ém a pas récounéchut. Qu’ey bertad, qu’aulouréyi las poutingues dous espitaus din mey que quoan souy pertit !…
— Floc ! Gahéu ! se dic labéts déns la sarralhe.
D’arrauyous qui ère, lou câ que s’ey carat. Lou qui l’apère p’ou sou noum qu’ey de case. Qu’a récounéchut la bouts e l’apérét, e adare que trépe de gauyou, que ploure, que saute cabbath lou pourtau…

Tan qui gnaulabe, las sos e lou pay au cap dou casau qu’at déchan tout ta biéne ourbi. Adare, puchque lou Floc e s’ey carat, que hèn mey biste ta arriba, permou u counéchut que déut esta aquiu. E qui ey ?
Pénsat s’ey bésougn d’ayude ta ourbi ! Né-m souy pas desbroumbat encoère la manicle de la sarralhe. Que la sabi percisémén manéya tout choaus, lous sés de sourtide à l’escounut !… Que souy entrat en u bouhat de bén. Lou Floc, né-m ou poutch pas tira de dessus de tan é-m bôu ha amigalhes…
— Tè, qu’ès tu ? sé-m dits lou pay, din esmudit…
E, bouque clabérade, oélhs humits, ûe pause qué-s sarram déhèt…
Que souy à case !…

Retour en tête

De cap tà casa

Lou matricule 1628 - permissionDe cap tà casa ! La bèra pausa ! N’èi pas hèit díser arren aus de noste permor que voi ha-us la suspresa… e a jo tanben.
A mesura qui lo trin devara de pos, l’estomac que se’m boça, que’m vad mordent com s’avi avalat pèiretas. Lo plaser, la gaujor, bahida…
Bordèu ! Ten, lo bonets de per noste ! E aqueth devisar qui conéishi… Que va, que va, que’n vau de cap tà noste… Ten, los pins, drets com esparrons, las maisons blancas. E lo gave…
Mon Diu, d’on sòrti jo ! Díser que torni véder tot aquerò qui èi tant de còps credut de… Mercés, mon Diu ! Lo còr que’m pallaca, adara. Ne poish pas mei esta-m sedut. Que sèi que deu trin enlà que veirèi lusir, a guèucha, la vielha tor de Moncada e lo teit de l’ostau on vau, tà bèthlèu, semiar la jòia !
Puyòu ! Batch ! Castetarba… la Motèta… lo Pont-Vielh… Adeshatz, adeshatz, causas de noste !… L’alet que’m manca e que cau que m’estuji tà m’eishugar los uelhs tots engorgossits… Que vau, au dobleban, plorar com ua vit fresc talhada !

Vam ! E lavetz soldatòt, n’ès arribat adara, e ne cau pas plorar, bissè ?
Ortès ! Que devari a plaser…
— Ten ? Se m’arcuélh un vielh amic qui m’a reconeishut maugrat un bèth mus de barbas. E n’ès pas mort ?
Que’m tasti, en arrident :
— Non, pas enqüèra.
— Que s’avèn dit que t’avèn tuat qu’a un mes.
— Quiò, quiò… Que va, que va…
E que m’escapi en tancant.
— Ten, qu’ès aquiu ? Se’m hè nh’aut. E qu’as los pès, enqüèra ?
— E bahida, se’m sembla !
— Tant mélher. Qu’avèn dit per aciu que t’us avè caluts abracar…

Que’m torni escapar. Aqueths estanquets que’m desrontan. Se ne soi pas mort, se ne’m an pas segat los pès… jo que sèi que ne se’n a pas mancat hèra ! E poden saber, aquestes praubòts de per aciu, çò qui’s passa lahòra ?
Que m’espian com ua bèsti curiosa. Que sèi que soi magre, aflaquit, e qu’èi ueit mes de barbas en broishaga. E que’m hè, a jo, aquerò ?
Ço qui’m cau, ne son pas planhets de curiosèr : qu’ei la casa… Qu’i soi juste. Un viraplec e que vei lo portau… I vau arribar ? Las camas que se’m plegan… Los vesins que m’apèran… Que hèi deu shord…

Pam ! Pam !
V’u reconéishi beroi aqueth còp de malhuca sus la tacha deu portau ! Qu’èi dat dus trucs, com un mandiant, tà que’m viénin orbir e, per la sarralha, que guinhi qui va viéner au colidòr… Lo labrit qu’a entenut deu hons deu casau, e qu’ei lo purmèr darrèr lo varrolh en nhaulant tant qui pòt. Que l’enguishi : css, css, tà ha-u esmaliciar, puishque ne m’a pas reconeishut. Qu’ei vertat, qu’auloreji las potingas deus espitaus din mei que quan soi partit !…
— Flòc ! Gahè-u ! ce disi lavetz dens la sarralha.
D’arraujós qui èra, lo can que s’ei carat. Lo qui l’apèra peu son nom qu’ei de casa. Qu’a reconeishut la votz e l’aperet, e adara que trepa de gaujor, que plora, que sauta capvath lo portau…

Tant qui nhaulava, las sòrs e lo pair au cap deu casau qu’ac deishan tot tà viéner orbir. Adara, puishque lo Flòc e s’ei carat, que hèn mey viste tà arribar, permor un coneishut que devut estar aquiu. E qui ei ?
Pensatz s’ei besonh d’ajuda tà orbir ! Ne’m soi pas desbrombat enqüèra la manicla de la sarralha. Que la sabi percisement manejar tot shuaus, los sers de sortida a l’esconut !… Que soi entrat en un bohat de vent. Lo Flòc, ne m’u poish pas tirar de dessús de tan e’m vòu har amigalhas…
— Ten, qu’ès tu ? Ce’m ditz lo pair, din esmudit…
E, boca claverada, uelhs umits, ua pausa que’s sarram dehèt…
Que soi a casa !…

Retour en tête

En route vers chez moi avec une permission

Edouard Moulia - récit de permission
Édouard Moulia

En route vers chez nous ! Quels heureux instants ! Je n’ai rien annoncé aux miens parce que je veux faire la surprise, à eux… et à moi aussi.

À mesure que le train prend de la vitesse, mon estomac se serre, il est parcouru d’élancements comme si j’avais mangé des éclats de silex. Le plaisir, la joie, bien sûr…
Bordeaux ! Tiens, des bérets de chez nous ! Et cette langue que je reconnaissais… Ça va, ça va, on se rapproche de chez nous… Et voici les pins, droits comme barreaux d’échelle, les maisons blanches. Et le gave…
Mon Dieu, d’où je reviens ! Dire que je revois tout cela moi qui ai si souvent cru que… Merci, mon Dieu ! Maintenant, le sang bout dans mon cœur. Je ne peux plus rester assis. Je sais que depuis le train je vais voir se détacher, à gauche, la vieille tour Moncade et le toit de la maison sous lequel je vais, très bientôt, répandre la joie !
Puyoô ! Baigts ! Castétarbe… La Moutète… Le Pont-Vieux… Salut, salut décor familier !… J’en ai le souffle coupé et il faut que je me détourne pour essuyer mes yeux engorgés de larmes… Je vais, mille dieux, pleurer comme le sarment qu’on vient de tailler !

Ben ! Et alors petit soldat, te voilà arrivé maintenant, et il ne faut pas pleurer, n’est-ce pas ?
Orthez ! Je descends avec bonheur…
— Tiens donc ? me dit à la descente une vieille connaissance qui m’a reconnu malgré la vieille barbe à mes joues. Tu n’es donc pas mort ?
Je me tâte en éclatant de rire :
— Non, pas encore.
— On nous avait dit que tu avais été tué le mois dernier.
— Mais oui, mais oui… ça va, ça va…
Et je m’esquive en boitant.
— Tiens, tu es là ? me dit un autre. Et tu as encore tes pieds ?
— Bien sûr, il me semble bien !
— Tant mieux. On avait dit dans le coin qu’il avait fallu te les amputer…

Je m’esquive de nouveau. Ces arrêts me perturbent. Si je ne suis pas mort, si on ne m’a pas coupé les pieds… moi je sais qu’il ne s’en est pas fallu de beaucoup ! Peuvent-ils deviner, les pauvres malheureux, ce qui se passe là-bas ?
On me regarde comme une bête curieuse. Je sais que je suis maigre, efflanqué, et que j’ai en broussaille une barbe de huit mois. Et qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse, ça, à moi ?
Ce dont j’ai besoin, ce n’est pas d’une curiosité pleine de compassion : c’est de la maison… J’y arrive presque. Un virage et je vois la porte cochère… Vais-je y arriver ? Mes jambes chancellent… Des voisins m’interpellent… Je fais le sourd…

Pan ! Pan !
Que je reconnais bien ce coup de marteau sur le grand clou de la porte ! J’ai frappé deux coups, comme un mendiant, pour que l’on vienne m’ouvrir et par la serrure j’épie : qui va arriver par le corridor ?… Le labrit a entendu du fond du jardin et il est le premier arrivé derrière le verrou, aboyant tout ce qu’il sait. Je l’excite : kss, kss, pour le mettre en rage, puisqu’il ne m’a pas reconnu. Il est vrai que je sentais le médicament et l’hôpital plus que quand je suis parti !…
— Floc ! Attrape-le ! dis-je alors dans le trou de la serrure.
Enragé juste avant, le chien s’est tu. Celui qui l’appelle par son nom est de la maison. Il a reconnu la voix et l’ordre et maintenant il trépigne de joie, il pleure, il saute sur la porte…

Pendant qu’il aboyait, mes sœurs et mon père s’étaient interrompus pour venir ouvrir. Maintenant, comme Floc s’est tu, ils se hâtent d’arriver, parce que c’est une connaissance qui doit être là. Mais qui ?
Pensez bien que je n’ai pas besoin d’aide pour ouvrir ! Je n’ai pas encore oublié le mécanisme de la serrure. Je savais très bien la manœuvrer tout en douceur, les soirs de sortie en cachette !… Je suis entré en un souffle de vent. Mon Floc, je ne peux pas m’en dégager, tant il veut me prodiguer de caresses…
— Ah ! c’est toi ? me dit mon père, tout interdit…
Et, sans un mot, les larmes aux yeux, un long moment nous restons enlacés…
Je suis chez moi !

Retour en tête

Référence

Le Matricule 1628 pendant la guerre, Lou Matricule 1628 péndén la guerre, (version bilingue gascon-français) – Edouard Moulia, imprimerie Moulia, 64, avenue Adrien Planté 64300 Orhez (20 euros au comptoir, 25 euros en cas d’expédition).

Les images liées à Édouard Moulia ont été fournies aimablement par les frères Moulia.

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *