Halhas et autres feux de la Saint-Jean

Halha ou feu de la Saint-Jean gascon
image_printImprimez la page

Les feux de la Saint-Jean, une tradition millénaire qui a une personnalité particulière en Comminges. L’association Eth Ostau Comengés s’est mobilisée pour mieux faire connaître cette tradition.

La Saint-Jean, une tradition qui s’était perdue ?

Selon Fêtes et coutumes populaires, Charles Le Goffic, 1911, les feux de la Saint-Jean ont presque disparu en France. Parmi les villes, seuls Brest et Bordeaux fêteraient encore Saint-Jean en ce début de XXe siècle. À Bordeaux, on allume un bûcher sur les places publiques de quelques quartiers populaires. L’un apporte un fagot, l’autre un vieux panier hors d’usage… Des rondes se forment, on chante, les enfants tirent des pétards.
À Brest, les gens promènent des torches, les lancent en l’air et elles retombent en laissant une poussière lumineuse.

Pourtant, dans certaines campagnes, dont les vallées pyrénéennes, cette tradition subsiste mieux.

Différentes façons de fêter la Saint-Jean

Saint-Jean dans le PoitouLe Goffic décrit la fête à Saint-Jean-du-Doigt en Bretagne. Le tantad (feu de joie en breton) était dressé devant l’église. Un ange descendait sur un fil de fer et, du cierge qu’il tenait à la main, allumait le bûcher. Le soir de la Saint-Jean, le Saint faisait tourner le vent au nord-est, éloignant ainsi les flammes de l’église. Ari an aotrou sant Yan en he pardon (Voici Monsieur saint Jean qui arrive à son Pardon) disaient alors les habitants.

Dans le Poitou, on tirait des charrettes enflammées.

Las halhas, la Saint-Jean en Comminges

Préparation des halhots et de la halha de Saint-Jean
Érection d’une halha et fabrication d’un halhòt

En Comminges, on repère et on prépare un tronc de conifère. Puis on le fend sur sa longueur et sur son pourtour. Enfin on place des coins de bois dans les fentes. Ce grand fuseau est dressé le soir de la fête et on y met le feu. Les Catalans appellent ces flambeaux, falles, les Languedociens, brandons et les Gascons, halhas.

Saint-Jean en commingesEth Ostau Comengés a fait un travail minutieux de collecte et de diffusion de ces traditions sur le Comminges et la Barousse pour rendre effective l’inscription de ces traditions au Patrimoine Culturel Immateriel de l’Humanité de l’UNESCO.

Leur superbe livre bilingue gascon commingeois – français Era Sent Joan – Comminges et Barousse en donne des détails passionnants et des photos uniques.

La Saint-Jean au Festival Smithsonian Folklife

Saint-Jean - Smithonian Folklife Festival-2018Nos traditions (Torches a summer Solstice Tradition, vocabulary of the falles...) sont présentées en 2018, au Festival Smithsonian Folklife à Washington (USA). La première exposition de culture populaire immatérielle au monde.

Extrait du communiqué préparé par Eth Ostau Comenges:

Ad aquera ocasion, era Catedra d’Educacion e Patrimòni Immateriau deras Pireneas dera Universitat de Lleida (Catalonha) que presenterà eths elements majors deth patrimòni immateriau pirenenc e exemples de halhòts comengeses que i seràn exposats. Era Catalonha qu’estèc causida peths organisators deth Smithsonian Institute pera sua longa tradicion d’organisacions, tan formalas coma difusas, qu’an coma objectiu de manténguer hòrt eth sentiment d’identitat locala. Qu’ei donc gràcias ara determinacion catalana qu’era cultura gascona podec trobar plaça en aqueth temps major d’escambis e de discussions entre eras culturas deth món, lonh deths jutjaments de valor, deths estereotips e deths enjòcs politics. À cette occasion, la Chaire d’Éducation et Patrimoine Immatériel des Pyrénées de l’Université de Lleida (Catalogne) présentera les éléments majeurs du patrimoine immatériel pyrénéen et des exemples de halhòts (flambeaux) commingeois y seront exposés. La Catalogne a été choisie par les organisateurs du Smithsonian Institute pour sa longue tradition d’organisations, autant formelles que diffuses, ayant pour but de maintenir un fort sentiment d’identité locale. C’est donc grâce à la pugnacité catalane que la culture gasconne a pu avoir sa place dans ce grand temps d’échanges et de discussions entre les cultures du monde, loin des préjugés, des stéréotypes et des enjeux politiques.

Rassembler les acteurs autour de la Saint-Jean

Sait-Jean - le Brandon de SarpQue podem donc constatar un interès plan viu – autant ara escala locala, pirenenca o internationala – e qu’èm uroses de constatar que un pialèr d’actors an hame de tornà’s apoderar aquera tradicion. Tanplan qu’ei bilhèu arribat eth moment de lançar ua vertadera sinergia populara en Comenge-Varossa e perqué pas crear, coma se hè dejà en Catalonha, ua associacion de halhaires, un collectiu qu’ammasseria eths actors – comunas, comitats deras hèstas, benevòles – d’aquera tradicion? ce ditz Joan-Pau Ferré, capdau deth Ostau Comengés.

“Nous constatons donc un vif intérêt, que ce soit à l’échelle locale, pyrénéenne ou internationale. Nous sommes heureux de voir que de nombreux acteurs ont la volonté de se réapproprier cette tradition. Aussi, le moment est peut-être venu de lancer une vraie synergie populaire en Comminges-Barousse. Pourquoi pas créer, comme cela existe déjà en Catalogne, une association de halhaires, un collectif qui regrouperait les acteurs – mairies, comités des fêtes, bénévoles – de cette tradition ?” précise Jean-Paul Ferré, président d’Eth Ostau Comengés.

Référence

Era Sent Joan – Comminges et Barousse, Jean-Paul Ferré, Bernat Ménétrier, Eth Ostau Comengés, 2018

 

image_printImprimez la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *