Mardi gras : Sent Pançard que torna au país

Mardi gras, c’est la fin de la période de Carnaval et l’occasion de festivités. En Gascogne, on mange des crespèths, de la viande grasse, on défile avec Carnaval et, dans le Béarn, Sent Pançard rentre au pays!

Carnaval, une période faste

On appelle Carnaval la période qui va de l’Épiphanie (6 janvier) au début du carême (mercredi des Cendres). Les 7 derniers jours de Carnaval sont dits jours gras ; ainsi, le dernier jour de la période de Carnaval, c’est le mardi gras. La date dépendant de celle de Pâques, elle change tous les ans. Grosso modo, le mardi gras a lieu entre mi-février et mi-mars.

Avant d’entrer dans les 40 jours du carême, il fallait fêter Carnaval. Alors, ce mardi gras était traditionnellement un jour de liesse et de fête, sous le signe de la liberté et de l’insouciance… avant l’abstinence. On se déguisait, on jouait de la musique, on chantait, on mangeait bien et surtout on faisait ce qui serait interdit pendant le carême ! Les ébats charnels n’étant pas de mise dans la période du carême, un proverbe gersois nous rappelle malicieusement :

Carnabal dambe la moulhè / Pascos dambe le curè
Carnaval dambe la molhèr/ Pascas dambe lo curè
Carnaval avec sa femme / Pâques avec le curé

Quelques traditions culinaires de Mardi gras

La promenade des bœufs – 18 février 1925 (Archives de la Petite Gironde)

Le jour du Mardi Gras on finissait la viande grasse. Parfois on tuait le bœuf gras après l’avoir fait marcher dans la ville en procession.

On en profitait aussi pour faire des crespèras (crêpes) ou des crespèths (beignets, merveilles) de préférence bien gros. C’était un dessert apprécié mais épuisant à préparer.

Mardi Gras - Les crespèths (beignets, merveilles)
Los crespèths (beignets, merveilles)

Simin Palay nous rappelle : Maintenant (c’est ici le secret des gros beignets) travailler longuement la pâte, la tournant dessous, dessus, la tailladant avec le bâton, sans arrêt, jusqu’à ce que la fatigue vous fasse tomber les bras : Tout gourmandè que coste. [Tot gormandèr que còsta / Toute gourmandise coûte].
Ainsi la pâte, mise dans la friture allait tourner, danser, ha lou culhebet / har lo culhevet / faire la cabriole.

Pour résumer, Honoré Dambielle nous rappelle le proverbe :

Carnabal aprocho
Cau tourna la brocho
Carnabal esquisso
Cau minja saucisso
Carnabal s’en ba
Le cau arresta
Carnaval aprocha
Cau tornar la bròcha
Carnaval esquissa
Cau minjar saucissa
Carnaval se’n va
Le cau arrestar

Carnaval approche / Il faut tourner la broche
Carnaval épuise / Il faut manger saucisse
Carnaval s’en va / Il faut l’arrêter (traduction d’Honoré Dambielle)

Le rituel de Carnaval

La journée, le défilé racontent une histoire. La trame générale est celle-ci. Le roi Carnaval arrive à la porte de la ville et en prend les clefs, c’est la dada de las claus [la remise des clefs]. Le pouvoir institutionnel remet le pouvoir à la rue. Carnaval que ha las viradas de tòcamaneta deu rei, il parcourt la ville en musique et en chanson, salue tout le monde. Puis, avec le soir, viendra le jugement de Carnaval, la proclamation de sa condamnation et la cérémonie de pénitence publique c’est-à-dire le bûcher.

Le carnaval béarnais est un des cinq plus réputés de France. Il est beaucoup plus riche, rassemblant de nombreux personnages qui vont jouer des rôles bien définis dans le défilé.

Les personnages du carnaval béarnais

Mardi Gras - Sent Pançard
Sent Pançard

Sent Pançard [Saint Ventru], c’est le fêtard. Il représente la société et sa décadence. Son épouse, Carronha [Charogne], est vertueuse, trompée et plutôt acariâtre. Quarèsma [Carême] est carrément puritain, et, bien sûr, c’est aussi le rabat-joie. Et enfin Sent Porquin [Saint Porcelet] et ses saucisses, c’est l’orgie, le laissez aller, le dieu de Sent Pançard quoi !

Mardi Gras - Caronha
Carronha

Il y a bien d’autres personnages, et vous pouvez en savoir plus sur le site carnaval-biarnes.com. Par exemple, les ours, ces animaux sauvages représentent la sexualité, la tentation de la chair. Ils vont donc chasser les jeunes filles. Soudain les cors résonnent et des jeunes gens chasseront les ours, les rasant, les tuant, les castrant. Les chasseurs d’ours exhibent ainsi des trophées. Alors los orsatèrs [les montreurs d´ours] vont ranimer la bête en lui soufflant « la vie » dans le derrière à l´aide de leur bâton. On est dans l’animalité que symbolise l’ours !

Mardi Gras - Quarèsma
Quarèsma

On a aussi le sage aulhèr [berger], Bacús [Bacchus] symbole de l’ivresse, ou l’Òs en cama [Os en jambe] le symbole de l’étourderie et du désordre, etc.  Ce carnaval est l’occasion de se refamiliariser avec tout le panthéon gascon.

Sent Pançard à mardi gras

Mardi Gras - Le procès de Sent Pançard
Le procès de Sent Pançard

Sent Pançard était parti en Aragon pour échapper au bûcher, laissant sa femme Carronha en Béarn. À son retour, tout le monde l’accueille, sa femme, ses amis, même ses maîtresses. D’ailleurs Carronha en a assez de ce mari volage et le tance. Ayant obtenu les clés de la ville, il se promène dans les rues, avec tous les personnages possibles de débauche et de vice. Quaresma essaie de lui faire entendre raison, en vain.

Contents de se voir, Sent Pançard que se’n va hartà’s [va ripailler] avec les habitants. Inutile de dire que tout est en excès, porcs gras, vin…

Mardi Gras - Sent Pançard finit brûlé
Sent Pançard finit brûlé

Pourtant, le pauvre Sent Pançard finira devant la cour où on l’accuse de tous les maux du peuple :  des disputes de couple, des chamailleries entre voisins, de la faim, des maladies… Et bref, on le condamne au bûcher. Les gendarmes l’emmènent à l’exécution. Sent Pançard s’enfuit… en Aragon ! Et la foule ne peut plus que brûler une effigie.

Ende los pècs de heavy metal

Lo grop Boisson Divine que perpausa Sent Pançard, musica e tèxte gascon dambe arrevirada en anglés e en francés suu lor site.

 

 

– Alavetz, qu’ès tornat !
Ditz-me, grana fripolha
On èras tu passat ?
Qu’an de saber lo monde !– Qu’arribi d’Aragon
De darrèr la montanha
Que torni en gran’ gaujor
Tà fóter la pagalha.Sent Pançard que se’n ei tornat
La hèsta que va aviar
Sent Pançard non n’ei pas plegat
Glòria, glòria tà
Sent Pançard que se’n ei tornat
Lo rei que va hestejar
Sent Pançard non n’ei pas plegat
Sexe e libertat, Sent Pançard !!

– Mes qu’ès enqüèra viu
Dab dessús la holia
Quiò Dimars Gras perdiu
Jo non serèi tranquila.

– Aquò mei que segur
Que te’n vas véder hèra ;
Que pòts sarrar lo cuu
Jo qu’èi la desconèra.Sent Pançard que se’n ei tornat…– Si’t balhi uei la clau
D’aquesta bona vila
Ne siis pas hastiau !
Aquò dit shens arríder.

– Amics ! Jo qu’èi la clau,
La clau de la timpona,
Fotem lo huec a Pau
La hèsta sia bona !
Alavetz quin ve va ?
Que va plan la canalha !
Etz prèst a har petar
« Aqueras Montanhas » ?

Sent Pançard que se’n ei tornat…

Références

Nos proverbes gascons, Honoré Dambielle, 1928, Imprimerie Léonce Cocharaux
La cuisine du pays, Simin Palay, 1978, Editions Marrimpouey
Carnaval-biarnes.com
« Les gendarmes capturant Sent Pançard, pour le mener au bûcher… », – « photo mise en avant « publiée par la République des Pyrénées le 22 février 2014

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *