Le gascon, culture et langue indissociables ?

Gascon - Culture et langue-à la une

Devons-nous considérer comme indissociables la culture et la langue d’une région ? Les Gascons ont-ils une culture propre ? Et dans ce cas, les Gascons perdent-ils leur culture en oubliant leur langue ? Quelques réflexions pour la rentrée appuyées sur des travaux dont celui du philologue Léonce Couture. Continuer la lecture de Le gascon, culture et langue indissociables ?

Les devises de Febus, comment les écrire ?

Devises de Gaston Febus - Febus me feTrois devises pour Gaston Febus

Trois devises sont attachées à Gaston Febus. On peut lire Febus me fe sur la tour du château de Pau ou de Montaner. Febus aban est son cri de guerre, pourrait-on dire. Enfin, la troisième est Tòcas-i se gausas (en graphie occitane actuelle) ou Touches-y si tu oses (en français).

Comment écrire ces devises

Seulement voilà. Comment Gaston Febus et ses contemporains du XIVe siècle écrivaient-ils cette fière menace ?

Cette question nous a amené à ouvrir une nouvelle rubrique sur ce site, nommée Langue.

Et pour la réponse, un linguiste, Jean Lafitte nous fait une proposition grâce à une recherche documentée et précise. Les visiteurs pressés pourront aller directement à la troisième page, chapitre Conclusion ou à la page du site La devise de Gaston Febus.

Gasconnismes, faut-il se soigner ?

Gasconnismes - la couverture du livre de M. DesgrouaisLes gasconnismes : Henri IV en faisait lui-aussi

Bien parler une langue, tout un programme ! Quand nous nous y essayons, nous traduisons parfois quelques locutions de notre langue maternelle, qui sont impropres dans la langue d’élocution. Les Gascons n’échappent pas aux gasconnismes quand ils parlent français.

Notre Henri IV, parfaitement instruit, utilisait lui-aussi, quelques gasconnismes. Vastin Lespy en releva quelques-uns dans les lettres du roi. Par exemple, Je ne me suis pu trouver sur le port à votre arrivée. Les Gascons reconnaîtront la position du personnel et le choix de l’auxiliaire No’m soi podut trobar…

Plus tard, au XVIIIe siècle, M. Desgrouais, professeur au collège royal, entreprend d’éduquer ses concitoyens. Il relève avec attention les “erreurs” des Gascons. Il voudrait les aider à corriger leurs gasconnismes dans leur façon de parler le français. Continuer la lecture de Gasconnismes, faut-il se soigner ?