L’extraordinaire apprentissage d’Antòni Nogués

Antòni Nogués, médecin et chirurgien barcelonais, apprend l’aranais au moment de prendre sa retraite. S’éloignant des exercices scolaires, il s’essaie à une autre méthode : apprendre la langue en traduisant les grands classiques des autres pays ! Si l’essai est difficile, il persiste et nous offre ainsi, en gascon du val d’Aran, plusieurs livres de référence. Continuer la lecture de L’extraordinaire apprentissage d’Antòni Nogués

Alexis Peyret, bâtisseur d’un nouveau monde

Alexis Peyret, un Béarnais exilé pour ses idées républicaines en Argentine, deviendra une figure majeure de la construction de ce nouveau pays. Il gardera contact avec son Béarn natal et avec sa langue jusqu’à écrire en gascon. Dans la série Les Gascons de renom avec Joseph du Chesne, Jean Laborde, André Daguin, Ignace-Gaston Pardies et Marcel Amont. Continuer la lecture de Alexis Peyret, bâtisseur d’un nouveau monde

Marcel Amont et la redécouverte du Béarn

Marcel Amont

Marcel Amont, un des derniers grands du music-hall, part à Paris faire carrière. L’âge avançant, il réalise son ancrage profond en Béarn et en témoigne. Dans la série Les Gascons de renom avec Joseph du Chesne, Jean Laborde, André Daguin et Ignace-Gaston Pardies. Continuer la lecture de Marcel Amont et la redécouverte du Béarn

La nouvelle un genre qui sied aux Gascons

La nouvelle est un genre peu goûté en France. Ce n’est pas le cas en Gascogne grâce à un terreau où contes et récits ont longtemps fait les délices des discussions. En fait, la nouvelle est un genre littéraire difficile. Après un bref rappel de ce qu’est la nouvelle, parcourons Isabèu de la valea et Entà créser au món, recueils de deux auteurs gascons de nouvelles, Éric Gonzales et Pierre Bec. Continuer la lecture de La nouvelle un genre qui sied aux Gascons

2019 Année internationale des langues autochtones

Parce que les langues ont un rôle majeur en termes d’identité, de diversité culturelle, d’intégration sociale, de communication, d’éducation et de développement, l’Assemblée Générale des Nations Unies (AGNU) a adopté une résolution (Réf A / RES / 71/178) sur les droits des peuples autochtones. Elle a proclamé l’année 2019 comme l’Année internationale des langues autochtones. Continuer la lecture de 2019 Année internationale des langues autochtones

Gascons de renom : Joseph du Chesne, chimiste et médecin

L'achimiste - Joseph du Chesne

En cette nouvelle année, l’Escòla Gaston Febus propose d’ouvrir une nouvelle série : Gascons de renom. Une occasion de découvrir ou revisiter nos célèbres ancêtres. Le premier épisode est consacré à l’immense Joseph du Chesne qui restera une référence pour tous les chimistes. Continuer la lecture de Gascons de renom : Joseph du Chesne, chimiste et médecin

Le bien manger gascon, une longue tradition

Fêtes de fin d’année, moments de hartèra et de bien manger. Comment échapper à l’art de la table gasconne ? L’occasion aussi de se souvenir des pratiques alimentaires ancestrales et des écrivains qui ont su en parler avec talent. Jean-Claude Ulian et Jean-Claude Pertuzé présentent des textes littéraires, des conseils alimentaires du XVIe siècle et des recettes dans leur excellent livre, Gascons à table, qui reçut le prix Prosper Estieu 2006.

Continuer la lecture de Le bien manger gascon, une longue tradition

Le gascon, culture et langue indissociables ?

Gascon - Culture et langue-à la une

Devons-nous considérer comme indissociables la culture et la langue d’une région ? Les Gascons ont-ils une culture propre ? Et dans ce cas, les Gascons perdent-ils leur culture en oubliant leur langue ? Quelques réflexions pour la rentrée appuyées sur des travaux dont celui du philologue Léonce Couture. Continuer la lecture de Le gascon, culture et langue indissociables ?

Les devises de Febus, comment les écrire ?

Devises de Gaston Febus - Febus me feTrois devises pour Gaston Febus

Trois devises sont attachées à Gaston Febus. On peut lire Febus me fe sur la tour du château de Pau ou de Montaner. Febus aban est son cri de guerre, pourrait-on dire. Enfin, la troisième est Tòcas-i se gausas (en graphie occitane actuelle) ou Touches-y si tu oses (en français).

Comment écrire ces devises

Seulement voilà. Comment Gaston Febus et ses contemporains du XIVe siècle écrivaient-ils cette fière menace ?

Cette question nous a amené à ouvrir une nouvelle rubrique sur ce site, nommée Langue.

Et pour la réponse, un linguiste, Jean Lafitte nous fait une proposition grâce à une recherche documentée et précise. Les visiteurs pressés pourront aller directement à la troisième page, chapitre Conclusion ou à la page du site La devise de Gaston Febus.

Gasconnismes, faut-il se soigner ?

Gasconnismes - la couverture du livre de M. DesgrouaisLes gasconnismes : Henri IV en faisait lui-aussi

Bien parler une langue, tout un programme ! Quand nous nous y essayons, nous traduisons parfois quelques locutions de notre langue maternelle, qui sont impropres dans la langue d’élocution. Les Gascons n’échappent pas aux gasconnismes quand ils parlent français.

Notre Henri IV, parfaitement instruit, utilisait lui-aussi, quelques gasconnismes. Vastin Lespy en releva quelques-uns dans les lettres du roi. Par exemple, Je ne me suis pu trouver sur le port à votre arrivée. Les Gascons reconnaîtront la position du personnel et le choix de l’auxiliaire No’m soi podut trobar…

Plus tard, au XVIIIe siècle, M. Desgrouais, professeur au collège royal, entreprend d’éduquer ses concitoyens. Il relève avec attention les « erreurs » des Gascons. Il voudrait les aider à corriger leurs gasconnismes dans leur façon de parler le français. Continuer la lecture de Gasconnismes, faut-il se soigner ?